Ramush Haradinaj

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ramush Haradinaj (né le 3 juillet 1968 à Glodjane, près de Dečani) est un homme politique kosovar, ancien chef militaire de l'Armée de libération du Kosovo (UÇK) et ancien premier ministre du Kosovo (de décembre 2004 à mars 2005).

Il est inculpé en mars 2005 par le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie de La Haye pour des crimes de guerre qu'il aurait commis en tant que commandant de l'UÇK, ce qui le conduit à démissionner de son poste de Premier ministre du Kosovo. Son procès commence le 5 mars 2007. Il est acquitté le 3 avril 2008. Pendant sa détention, de nombreux concerts et manifestations de soutien sont organisés au Kosovo pour aider la famille Haradinaj à payer les frais engendrés par le procès.

Le 21 juillet 2010, le TPIY a ordonné sa remise en détention. Le procès doit être jugé à nouveau car la Cour estime qu'il n'y a pas eu de protection suffisante des témoins. Cette décision de la Cour affaiblit le parti d'opposition qu'il mène, l'Alliance pour l'avenir du Kosovo (AAK, en albanais : Aleanca për Ardhmërinë e Kosovës), un an avant les élections législatives prévues au printemps 2011, qui sont avancées à décembre 2010 et dans lesquelles l'AAK progresse de 2 sièges (12 sièges au total). Lors de son procès le 18 août 2011, il est accusé de meurtres et de tortures[1]. Il est remis en liberté conditionnelle par le TPIY en mai 2012 et revient à Pristina[2]. Haradinaj est acquitté en novembre 2012[3]. Son acquittement, précédé de celui d'Ante Gotovina, amène de nombreuses critiques contre le TPIY[4].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « L'ancien Premier ministre du Kosovo accusé de meurtres », Radio-télévision belge de la Communauté française,‎ 18 août 2011
  2. « TPI : libération conditionnelle pour Ramush Haradinaj, de retour à Pristina », Le Courrier des Balkans,‎ 10 mai 2012
  3. « Le bilan du TPIY en question après des acquittements », Le Monde,‎
  4. Pierre Hazan, « Les victimes serbes ignorées par la justice internationale », Le Monde,‎ 14 décembre 2012