Rajput

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Un Râjput

Les Rajputs - fils de prince, de râja (prince) et putra (fils) - forment la majorité des habitants du Rajasthan, autrefois le Râjputâna, et une partie de celle du Gujarat.

La Tour de la victoire, à Chittorgarh (1927)


Histoire[modifier | modifier le code]

La majeure partie des Rajputs appartient à la caste des Kshatriyas.
Leurs royaumes se trouvant près de la passe de Khyber, la voie classique d'entrée dans le sous-continent indien, ils se sont trouvés confrontés à la plupart des invasions qu'il a connues, en particulier celles des Arabes et des Moghols. Les Râjputs, eux-mêmes, sont probablement en partie des descendants d'envahisseurs, en particulier des Huns hephtalites ou Shvetahûna, peut-être de Kouchans et de Scythes, assimilés plus tard par les brahmanes à des Kshatriyas en remerciement pour leur lutte contre l'islam. Malgré leur vaillance sans conteste, leurs origines diverses les empêchèrent de s'unir efficacement contre l'invasion musulmane tout d'abord, puis contre les prétentions mogholes. Après l'épisode marathe, ils acceptèrent pourtant assez facilement la domination britannique durant le Raj qui stabilisa les dynasties, leur assurant une pérennité qu'elles n'avaient jamais vraiment connue auparavant.

Origines mythologiques[modifier | modifier le code]

Du point de vue mythologique, les deux clans Rajputs les plus anciens sont supposés être issus du Soleil et de la Lune, souvent représentés dans leurs armoiries. L'ancêtre de la troisième lignée, celle des Agnikula (de agni, feu), serait surgi du feu sacrificiel allumé au cours d'une cérémonie par Vasishtha près du lac Nakhi au mont Abu et créé dans le but de combattre des démons.

Chacun de ces clans sera à l'origine de sous-clans dont certains ont eu une importance historique :

Les bardes râjasthâni gardent la mémoire, dans leurs chants, des hauts faits d'armes de la lutte des rajputs contre les musulmans et les Moghols, et des suicides collectifs par le feu — ou jauhâr — de leurs femmes pour échapper à l'indignité de tomber entre les mains de l'ennemi.

Notes et références[modifier | modifier le code]