Passe de Khyber

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Passe de Khyber
Image illustrative de l'article Passe de Khyber
Vue en direction de l'est, vers la plaine, de la route menant au col.
Altitude 1 072 m
Massif Safed Koh
Coordonnées 34° 05′ 36″ N 71° 09′ 05″ E / 34.0933, 71.1513 ()34° 05′ 36″ Nord 71° 09′ 05″ Est / 34.0933, 71.1513 ()
Pays Drapeau du Pakistan Pakistan Drapeau de l’Afghanistan Afghanistan
Vallée Vallée de ?
(sud-est)
Vallée de ?
(nord-ouest)
Ascension depuis Peshawar Jalalabad
Déclivité moy. 3,1 % 2,1 %
Kilométrage 21 km 28 km
Accès A1 N5

Géolocalisation sur la carte : Pakistan

(Voir situation sur carte : Pakistan)
Passe de Khyber

La passe de Khyber, ou défilé de Khaïber (ourdou : درۂ خیبر ; persan : تنگه خیبر), est un long col de 58 kilomètres sinuant entre les monts Safed Koh et Kachmund. C'est l'un des passages les plus importants entre l'Afghanistan et le Pakistan, à environ 1 070 m d'altitude, entre les villes de Peshawar, Jalalabad et Kaboul.

Géographie[modifier | modifier le code]

Col de montagne de l'Afghanistan

La passe — qui est sous contrôle pakistanais sur la plus grande partie de sa longueur — mène à Kaboul par le nord-ouest de Peshawar. Elle comporte une route depuis 1879 et une ligne de chemin de fer (en), achevée en 1925 à l'époque du Raj britannique. Celle-ci ne compte pas moins de 34 tunnels et 92 ponts, construits au prix astronomique de plus de 2 millions de livres sterlings. À son point le plus étroit, la passe ne fait que 15,85 m (52 pieds) de large, mais elle s'élargit parfois jusqu'à 1 600 mètres.

Elle débute à 18 kilomètres de Peshawar au fort de Jamrud (construit en 1823 par les Sikhs, où le fameux général Hari Singh Nalwa (en) est mort et enterré). Une arche en pierres de style médiéval, la Bab-i-Khyber, fut érigée en 1964 tout près du fort en même temps qu'une plateforme d'observation destinée aux dignitaires. Le col culmine à 1 072 m, à la ville contrebandière de Landi Kotal[1], située à 8 kilomètres de la frontière afghane, et se termine à Torkham.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les armées ont tiré profit de la passe depuis 330 av. J.-C., quand Alexandre le Grand et son armée l'ont franchie pour atteindre l'Inde. La passe de Khyber est l'une des plus réputée mondialement, et empreinte d'un lourd passé, souvent violent car utilisée dans le cadre d'invasions. Les Perses, les Mongols et les Tartares l'ont également franchie pour répandre l'islam en Inde.

Elle accueillit aussi en janvier 1842 le Dr William Brydon, seul survivant (européen) d'une colonne de 16 500 militaires et civils britanniques menée par le général William Elphinstone et décimés par des guerriers ghilzai à la passe de Gandamak (entre Kaboul et Jalalabad). Cet endroit demeure un témoin silencieux d'événements historiques majeurs pour cette région du monde où, selon le soldat britannique George Molesworth (en), « il ne se trouve pas une pierre qui n'ait déjà été teintée de sang[réf. nécessaire] ».

De nos jours, la passe de Khyber est franchie par deux voies principales, l'une pour le trafic motorisé, l'autre (légèrement plus élevée) pour les caravanes traditionnelles. La route relie principalement la ville de Kaboul à celle de Peshawar. Zone à dominante pachtoune, la passe était relativement sûre avant la guerre d'Afghanistan[2], étant gardée par des hommes des tribus locales, payées par le gouvernement, tandis que les crimes commis contre les voyageurs étaient sujets à des punitions collectives[2]. Depuis la guerre, les Talibans ont investi la région, contraignant l'armée pakistanaise à fermer la voie, de plus en plus souvent, lors des offensives militaires, tandis que l'OTAN cherchait d'autres voies, notamment à partir de la Russie et de l'Asie centrale, pour approvisionner la coalition[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir 237 in Students' Britannica India, Dale Hoiberg & Indu Ramchandani, Popular Prakashan, 2000
  2. a, b et c Richard A. Oppel, Jr., Pakistan Briefly Reopens Key NATO Supply Route, New York Times, 2 janvier 2009.

Voir aussi[modifier | modifier le code]