Quarteron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie. Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom.
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article homophone, voir Carteron.

Le nom de quarteron a plusieurs significations :

  1. des unités de mesure représentant un quart (25 %) de quelque chose, habituellement un quart de livre[1], soit 125 g, ou un quart de cent éléments, soit 25 (notamment pour les œufs, les noix...).
  2. Quarteron renvoi a chaque teinte entre le noir et le blanc, qui a eu son qualificatif. Dans les Antilles françaises, en Espagne, au Portugal, au Brésil et dans les États du sud des États-Unis, l'importance de l'origine raciale ne s'arrêtait pas à la première génération. Le terme quarteron signifie que l'individu a un quart de sang noir et octavon qu'il en a un huitième (les qualificatifs ont par exemple été utilisés concernant Alexandre Dumas père et fils). Une classification raciale selon la part de «sang noir» s'est mise en place.
  • Un enfant issu d'une union noir-blanc est un mulâtre (mulâtresse) c'est-à-dire métis.
  • Un enfant issu d'une union mulâtre-blanc est un quarteron (quarteronne)
  • Un enfant issu d'une union mulâtre-noir est un câpre (câpresse) ou un griffe (griffonne)
  • Un enfant issu d'une union quarteron-blanc est un octavon (octavonne).

Le mot quarteron peut aussi être utilisé dans le sens de « petit groupe de personnes », généralement avec une connotation péjorative[1]. L'utilisation peut-être la plus célèbre du mot dans ce sens est due au président de la République Charles de Gaulle, parlant d'« un quarteron de généraux en retraite » (le 23 avril 1961) au sujet des généraux Raoul Salan, André Zeller, Maurice Challe et Edmond Jouhaud, responsables du putsch d'Alger. L'utilisation du mot quarteron dans ce sens, et avec cette connotation, est toutefois attestée en français bien avant le général De Gaulle. Ainsi Romain Rolland parle-t-il en 1916 d'un « quarteron de politiciens » pour dénoncer les chefs d'État responsables à ses yeux de la Première Guerre mondiale[2]. Il est à noter que le terme, employé dans ce sens, ne fait pas référence à un nombre précis d'individus. La particularité de l'emploi du terme par De Gaulle tient donc au fait que les généraux incriminés étaient au nombre de quatre - un chiffre qui fait écho à l'étymologie du mot, même si au sens strict un quarteron aurait dû compter vingt-cinq éléments.

patronymes[modifier | modifier le code]

Quarteron est un nom de famille notamment porté par :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Définition de quarteron, sur le site cnrtl.fr
  2. R. Rolland, « Aux peuples assassinés », 1916, rééd. dans Textes politiques, sociaux et philosophiques choisis, Paris, Éditions sociales, 1970, p. 154.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :