Pierre Vallières

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher


Pierre Vallières, né le dans l'est de Montréal et mort le , est un journaliste et écrivain québécois. Il est surtout l'auteur d'essais militants très polémiques et de livres traitant de l'indépendance du Québec.

Biographie[modifier | modifier le code]

IEn 1964, il fonde avec Charles Gagnon la revue Révolution québécoise. Il est secrétaire du Syndicat des journalistes de Montréal (1964-1965). Il devient en 1965 le premier permanent du Mouvement de libération populaire.

En 1966, il devient, toujours avec Charles Gagnon, un des chefs idéologiques du Front de libération du Québec (FLQ) et entame une grève de la faim au Siège des Nations unies pour protester contre la situation difficile du Québec.

Il est l'un des dirigeants du groupe Vallières-Gagnon du Front de libération du Québec-FLQ arrêté à New York. Expulsé des États-Unis en janvier 1967, il est appréhendé au moment de son entrée au Canada, pour homicide involontaire relative à la mort de Thérèse Morin (5 mai 1966), puis condamné à la prison à vie en même temps que Charles Gagnon; le jugement est cassé en appel, mais il est jugé coupable à la suite d'un nouveau procès, puis condamné à 30 mois de prison au cours desquels il consacre ce temps à l'écriture d'un certain nombre d'ouvrages. Il sera libéré le 24 juin 1971[1].

Son ouvrage le plus connu est Nègres blancs d'Amérique, qui compare la situation des Québécois à celle des Afro-Américains en lutte pour leurs droits civiques. Il s'est en partie inspiré des thèses d'André Laurendeau, qui avait énoncé la théorie anti-duplessiste du complot financier anglo-québécois[2].

Il appelle également à la lutte armée. Il revient à Montréal peu de temps après les événements de la Crise d'Octobre 1970 et renonce à la violence. Il se joint alors au Parti québécois malgré l'hostilité de René Lévesque à son égard, et reprend sa carrière de journaliste et écrivain.

Le fonds d'archives de Pierre Vallières est conservé au centre d'archives de Montréal de Bibliothèque et Archives nationales du Québec[3].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Nègres blancs d'Amérique, autobiographie précoce d'un « terroriste » québécois. Montréal : Éditions Parti pris, 1967
  • Vivre sans temps morts, jouir sans entraves ! Paris, 1970
  • L'urgence de choisir. Montréal Parti-Pris, 1971;
  • Pour un front commun multinational de libération. Avec Charles Gagnon. S.l. : Front de libération du Québec, 1971
  • Un Québec impossible. Montréal : Éditions Québec/Amérique, 1977
  • L'exécution de Pierre Laporte : les dessous de l'Opération Essai. Montréal : Éditions Québec/Amérique, 1977
  • Les scorpions associés. Avec René Lévesque. Montréal : Éditions Québec-Amérique, 1978
  • La démocratie ingouvernable. Montréal : Québec/Amérique, 1979
  • La liberté en friche. Montréal : Éditions Québec/Amérique, 1979
  • Changer de société. Avec Serge Proulx. Montréal : Québec/Amérique, 1982
  • Les héritiers de Papineau : itinéraire politique d'un "nègre blanc" (1960-1985). Montréal, Québec : Québec/Amérique, 1986
  • Noces obscures. Montréal : L'Hexagone, 1986
  • FLQ : un projet révolutionnaire : lettres et écrits felquistes (1963-1982), Outremont : VLB, 1990 (avec R. Comeau, et D. Cooper)
  • Le devoir de résistance. Montréal : VLB, 1994
  • Paroles d'un nègre blanc. Avec Jacques Jourdain et Mélanie Mailhot. Montréal : VLB éditeur, 2002

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pierre Vallières sur mémoireduquebec.com
  2. “The Negro-King Theory”, La théorie du roi nègre
  3. Fonds Pierre Vallières (MSS293) - Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]