Pied-de-mouton

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Hydnum repandum

Hydnum repandum, de ses noms vernaculaires principaux, le Pied-de-mouton, encore appelé Hydne sinué, est un champignon comestible basidiomycète de la famille des Hydnaceae. Il est connu en Béarn sous le nom de broquichou, et en Dordogne comme barbissou. Il est appelé Stoppelpilz en francique lorrain et en alsacien.

Taxonomie[modifier | modifier le code]

Nom binomial accepté[modifier | modifier le code]

Hydnum repandum L. 1753 [1]

Synonymes[modifier | modifier le code]

  • Dentinum repandum (L.) Gray 1821
  • Dentinum rufescens (Schaeff.) Gray 1821
  • Fungus erinaceus Vaill. 1723
  • Hydnum album Pers. 1818
  • Hydnum aurantium Raf. 1813
  • Hydnum bicolor Raddi 1807
  • Hydnum bulbosum Raddi 1807
  • Hydnum clandestinum Batsch 1783
  • Hydnum diffractum Berk. 1847
  • Hydnum flavidum Schaeff. 1774
  • Hydnum imbricatum
  • Hydnum medium Pers. 1800
  • Hydnum pallidum Raddi 1807
  • Hydnum repandum repandum L. 1753
  • Hydnum rufescens
  • Hydnum rufescens Schaeff. 1774
  • Hydnum washingtonianum Ellis & Everh. 1894
  • Hypothele repanda (L.) Paulet 1812
  • Sarcodon abietinus R. Heim 1943
  • Sarcodon repandus (L.) Quél. 1886
  • Tyrodon repandus (L.) P. Karst. 1881

Description du sporophore[modifier | modifier le code]

Hymenophore

Chapeau 3 à 15 cm, bosselé, très variable, blanc-crème.

Cuticule

Rose orangée pâle.

Hymenium

Aiguillons 3 à 6 mm, crème, légèrement décurrents (descendant le long du pied), fragiles et facilement détachables.

Sporée

Crème.

Stipe

Pied, 3 à 7 cm, variable mais généralement trapu, blanchâtre, excentré.

Chair

Chair ferme mais cassante, blanche mais virant à l'orange, presque toujours saine.

Odeur et saveur

Agréable et douce.

Habitat[modifier | modifier le code]

Mycorhizique, il pousse en lignes, quoique parfois également de manière isolée, d'août à novembre, voire décembre, en sous-bois de feuillus ou conifères[2].

Comestibilité[modifier | modifier le code]

Le pied-de-mouton est reconnu comestible. On apprécie sa chair croquante, quoique parfois amère chez les sujets âgés[3] .

Espèce proche[modifier | modifier le code]

Hydnum rufescens, forêt de Longeville-lès-Saint-Avold

Hydnum rufescens, l'hydne roussissant, également comestible, tantôt considéré comme une variété, tantôt comme une espèce à part entière, présente les différences suivantes :

  • Il est de couleur roussâtre, de forme moins irrégulière, plus circulaire.
  • Il est plus petit, plus grêle, plus mou.
  • Son pied est plus centré et les aiguillons ne sont jamais décurrents.
  • Il croît essentiellement sous les pins, les sapins et dans les bois de hêtres.

Confusions possibles[modifier | modifier le code]

Pied-de-mouton

Du fait de la présence d'aiguillons, le pied-de-mouton est très reconnaissable et ne peut guère se confondre qu'avec certains sarcodons, éventuellement amers.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Les Champignons, Roger Phillips, éditions Solar, ISBN 2-263-00640-0
  • Champignons du Nord et du Midi, André Marchand, tome I / IX, Hachette, ISBN 84-499-0649-0
  • Champignons, Jakob Schlitter et Fred Waldvogel, Editions Silva, Zürich 1972

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Linné :In: Sp. pl. 2:1178, 1753
  2. Dans le sud des Ardennes françaises, il est souvent associé à des reprises de hêtres en zone éclairée et proche du bas de pentes légères, finement tapissées de lierre. Sa cueillette est souvent abandonnée parce qu'il est complètement caché par de trop importantes épaisseurs de feuilles mortes de gros hêtres tombant brutalement courant novembre.
  3. Il est préférable d'ôter - en grattant avec le pouce ou une petite cuillère - les aiguillons pour supprimer l'âpreté tout de même raisonnable. Elle a l'avantage de ne pas réduire à la cuisson. Eviter de l'épicer par trop pour vous saisir de son exhalation et de sa saveur. Le mieux, pour certains convaincus bien sûr, consiste à le déguster seul - donc sans accompagnement - par simple cuisson dans une poêle légèrement beurrée à feu doux / moyen

Sur les autres projets Wikimedia :