Picte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Picte (homonymie).

Le picte était la langue parlée par les Pictes, peuple des Lowlands d'Écosse, entre le IIIe siècle et le IXe siècle. Les preuves de l'existence de cette langue se limitent à des noms de lieux et de personnes trouvés sur des monuments et dans des textes d'époque. À son apogée, il semblerait qu'elle ait été parlée des Shetland au Fife.

Classification[modifier | modifier le code]

Le problème de la classification de la langue picte fut en partie résolu en 1582, par l'universitaire humaniste (de langue gaélique à l'origine) George Buchanan, qui expliqua que le picte était une langue similaire au gallois, au gaulois et à l'écossais. Les recherches postérieures sur cette langue furent considérées comme de simples post-scriptums des travaux de Buchanan[1]. John Pinkerton, quant à lui, a tenté de démontrer dans ses travaux de 1789 que le picte était une langue germanique originaire de Scandinavie et serait l'ancêtre du scots moderne.

Sources du vocabulaire[modifier | modifier le code]

Le matériel linguistique limité que constituent les noms de lieux et les noms de personnes semble plaider en faveur de l'hypothèse selon laquelle les Pictes parlaient une forme de celtique insulaire lié aux langues brittoniques du sud[2] bien que l'on écrive souvent que le picte aurait été plus proche du gaulois que des langues brittoniques[3]. Colomba, un Gaël, eut besoin d'un interprète chez les Pictes, et Bède écrivit qu'ils parlaient une langue différente de celle des Britons, affirmations qui ne révèlent rien sur la nature du picte. On a aussi affirmé qu'une ou plusieurs langues non indo-européennes avaient survécu chez les Pictes, avec des arguments développés à partir de la théorie longtemps répandue que les langues et cultures ne pouvaient se répandre que par des invasions ou des migrations[4]. Des éléments pré-indo-européens peuvent être trouvés assez fréquemment dans des noms de lieux du nord de l'Écosse et une théorie veut que certaines inscriptions oghamiques pictes représenteraient également des exemples de cette langue.

Onomastique[modifier | modifier le code]

Les noms de lieux permettent de déduire les foyers historiques de population picte en Écosse. Ceux qui comprennent comme premier élément Aber- « embouchure », Lhan- « cimetière », Pit- « portion, partie, ferme », ou Fin- « colline [?] » témoignent de régions autrefois habitées par les Pictes (Par exemple : Aberdeen, Lhanbryde, Pitmedden, Pittodrie, Findochty, etc.). Cependant, c'est Pit- qui est l'élément le plus caractéristique, puisqu' Aber- peut également être trouvé à des endroits de langue cambrienne. Certains des éléments pictes, tels que Pit-, furent formés après l'ère picte et peuvent se référer à de précédents « comtés »[5]. D'autres proposent également les éléments de noms de lieux comme pert « haie » (gallois perth : Perth, Larbert, etc.; gaulois pert- : Pertuis, Perte, etc.), carden « bosquet » (gallois cardden : Pluscarden, Kincardine, etc.), pevr « brillant » (gallois pefr : Strathpeffer, Peffery, etc.)[6].

Les preuves des noms de lieux peuvent aussi révéler la propagation du gaélique chez les Pictes. Ainsi, Atholl, signifiant Nouvelle-Irlande, est attesté dès le début du VIIIe siècle. Fortriú possède également des noms de lieux suggérant une colonie ou une influence gaélique[7]. Il y a de nombreux mots empruntés au picte dans l'écossais moderne, comme beinn, mais peu ont survécu en Doric.

L'ethnonyme Picte peut être rapproché de celui des Pictons (Poitou, Poitiers), autre peuple celtique, puisqu'il contient le même élément Pict-.

Historique[modifier | modifier le code]

  • En dehors des noms de personnes, Bède donne un seul nom de lieu picte (HE, I, 12), quand il traite du mur d'Antonin :

« Il débute à une distance de deux miles du monastère d'Abercurnig, à l'ouest, en un lieu nommé Peanfahel en langue picte, Penneltun en anglais, et s'étale vers l'ouest, finissant près de la ville d'Alcluith. »

  • Peanfahel — aujourd'hui Kinneil, en (en) Bo'ness — se révèle contenir des éléments de la même famille que le brittonique penn (fin ou tête) et le gaélique fal (mur)[8].
  • Campion dans son "histoire d'irlande" (1571) donne l' étymologie de Riddesdale qui viendrait de Rheudisdale qui peut être décomposé selon lui en
             -dahal mot picte signifiant part et

             -Rheuda (ou Rheuter), fils de Fergusius, prince irlandais venu s'installer en territoire picte.[9]

Rheudisdale signifirait donc "part de Rheuda" ou "appartenant à Rheuda".

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cette vue peut, parfois, être une simplification exagérée : Forsyth, dans Language in Pictland, offre une certaine participation au débat, et Cowan dans « Invention of Celtic Scotland » peut être utile pour avoir une vue plus large.
  2. Forsyth, Language in Pictland, Price "Pictish", Taylor, "Place names", Watson, Celtic Place Names. Pour la vision de Kenneth H. Jackson, voir « The Language of the Picts » in Wainright (ed.) The Problem of the Picts.
  3. Ferguson, The Identity of the Scottish Nation.
  4. Forsyth, Language in Pictland ; les relations entre le Basque et le picte d'après Federico Krutwig, sur le site anglais de Gorka J. Palazio.
  5. Pour les noms de lieux en général, voir Watson, Celtic Place Names, pour shires/thanages voir Barrow, « Pre-Feudal Scotland. »
  6. Glanville Price, « Pictish », p. 128.
  7. Watson, Celtic Place Names.
  8. Nicolasen, Scottish Place-Names, pp. 204-205.
  9. p49 Edmund Campion History of Ireland V2 1571, reimprimé en 1809 ; for "dahal" in their language [the picts] signifieth "part"

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ball, Martin J. and James Fife (eds.), The Celtic Languages, London, Routledge, 2001, ISBN 0-415-28080-X
  • Cox, R. A. V., « Modern Scottish Gaelic Reflexes of Two Pictish Words: *pett and *lannerc. », dans Ronald Black, William Gillies, Roibeard Ó Maolalaigh (éd.), Celtic Connections: Proceedings of the Tenth International Congress of Celtic Studies, vol. 1., East Linton, Tuckwell Press, 1999, p. 504
  • Ferguson, William. ; The Identity of the Scottish Nation, Edinburgh University Press, 1999, ISBN 0-7486-1071-5
  • Forsyth, K., Language in Pictland : the case against 'non-Indo-European Pictish, dans Studia Hameliana #2, Utrecht, de Keltische Draak, 1997, Etext, Rev. Damian McManus. Cambrian Medieval Celtic Studies #38 (Winter 1999), pp. 109–110
  • Forsyth, K.; « The Three Writing Systems of the Picts. » dans Black et al., 1999, p. 508
  • Griffen, T.D.; « The Grammar of the Pictish Symbol Stones », dans LACUS Forum 27, 2001, pp. 217–26
  • Nicolaisen, W.F.H., Scottish Place-Names., John Donald, Edinburgh, 2001, ISBN 0-85976-556-3
  • Okasha, E.; « The Non-Ogam Inscriptions of Pictland », dans Cambridge Medieval Celtic Studies #9, 1985, pp. 43–69
  • Price, Glanville, « Pictish », dans Glanville Price (ed.), Languages in Britain & Ireland. Blackwell, Oxford, 2000, ISBN 0-631-21581-6

Voir aussi[modifier | modifier le code]