Paul Henderson (hockey sur glace)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Paul Henderson.

Paul Henderson

Description de cette image, également commentée ci-après

Paul Henderson en 2013

Nationalité Drapeau du Canada Canada
Né le 28 janvier 1943,
Kincardine (Canada)
Joueur retraité
Position Ailier gauche
Tirait de la droite
A joué pour LNH
Red Wings de Détroit
Maple Leafs de Toronto
Flames d'Atlanta
Bulls de Birmingham
Toros de Toronto
Red Wings de Hamilton
Carrière pro. 1960 – 1981

Temple de la renommée de l'IIHF : 2013

Paul Garnet Henderson (né le 28 janvier 1943 à Kincardine dans l'Ontario) est un joueur de hockey sur glace canadien, jouant au poste d'ailier gauche. Il a joué treize saisons en LNH pour les Red Wings de Détroit, les Maple Leafs de Toronto et les Flames d'Atlanta. Mais il reste cependant mieux connu pour avoir marqué le but de la victoire contre l'URSS dans le huitième et ultime match de la Série du siècle 1972.

Carrière de joueur[modifier | modifier le code]

Jeunes années[modifier | modifier le code]

Junior, Paul Henderson joue, de 1960 à 1963, pour les Red Wings de Hamilton, équipe membre de la AHO et affiliée aux célèbres Red Wings de Détroit. Il participe d'ailleurs à la victoire de l'équipe à la Coupe Memorial en 1962. Ces excellents résultats lui permettent de jouer deux matchs avec l'équipe mère dès la saison 1962-1963. L'année suivante, il partage son temps entre les Red Wings et les Hornets de Pittsburgh, qui évoluent en LAH.

Des Red Wings aux Maple Leafs[modifier | modifier le code]

Dès la saison 1964-65, Henderson joue à plein temps en LNH avec notamment Pit Martin et Larry Jeffrey. La saison suivante, il marque pour la première fois de sa carrière plus de vingt buts (22 exactement) et aide détroit à atteindre la finale de la Coupe Stanley où son équipe et lui perdent en six matchs face aux redoutables Canadiens de Montréal.

Pendant la saison 1966-67, il manque 24 matchs à cause d'une blessure, ce qui ne l'empêche pas de marquer 21 buts. À la fin de la saison 1968, il est échangé par les Red Wings en même temps que Norm Ullman, Floyd Smith et Doug Barrie contre trois joueurs des Maple Leafs de Toronto : Garry Unger, Pete Stemkowski et surtout Frank Mahovlich. Détroit obtient également des droits sur Carl Brewer. Il finit donc la saison avec Toronto. L'année suivante, avec sa nouvelle équipe, il marque 27 buts et commence à former une redoutable ligne d'attaque avec son ancien coéquipier de détroit Norm Ullman ainsi qu'avec le jeune Ron Ellis, valeur montante de Toronto. La triplette Ullman-Henderson-Ellis établit un nouveau record de points pour une ligne d'attaque pour l'équipe de Toronto. À cette même époque, Henderson établit respectivement 60 points (saison 1970-71) et 38 buts (saison 1971-72) en une seule saison.

Cependant, bien que cette période soit couronnée de succès personnels pour Henderson, les Maple Leafs n'arrivent pas à franchir le cap du premier tour lors des quatre séries éliminatoires auxquelles ils participent au cours des sept saisons où Henderson est présent. Ayant joué 33 matchs dans ces séries en trois saisons avec les Red Wings, il n'en fait que 19 en sept ans avec Toronto.

Série du siècle 1972[modifier | modifier le code]

Ces succès lui permettent également d'obtenir une place dans l'équipe nationale en vue de la Série du siècle 1972 qui verra s'affronter pour la première fois depuis longtemps le Canada et l'URSS. En effet l'équipe à la feuille d'érable boycotte les grands rendez-vous internationaux car elle ne peut aligner ses joueurs professionnels provenant de la LNH. Cette série de huit matchs a donc pour but de déterminer quelle équipe domine réellement le hockey mondial. Elle se tient en septembre 1972 à la fois au Canada (les quatre premières rencontres) et en Union soviétique (les quatre dernières confrontations) et les entraîneurs de l'équipe nationale, Harry Sinden et John Ferguson pensent que Henderson peut apporter un soutien essentiel à leur sélection. Ils ne se doutent pas à ce moment-là le rôle décisif que ce dernier jouera dans la victoire finale du Canada.

Dans la première partie de la série, qui voit le Canada concéder deux défaites et un match nul pour une seule victoire seulement, Henderson ainsi que Ron Ellis et Bobby Clarke constituent certainement la ligne d'attaque la plus consistante de l'équipe canadienne, marquant trois buts.

Ayant perdu le cinquième match, le premier se déroulant à Moscou, les joueurs canadiens sont condamnés à remporter les trois derniers matchs s'ils veulent gagner cette série. Cette victoire se dessine dès le sixième match où Henderson marque le but vainqueur. Lors du match suivant plus physique, alors que les deux équipes sont à égalité (3 partout), Henderson sur une assistance de Serge Savard marque le but libérateur à seulement deux minutes et six secondes de la fin de la partie.

Revenus à la hauteur des Soviétiques (trois victoires pour les deux équipes et un match nul), les Canadiens remportent l'ultime match à nouveau sur un but d'Henderson, marqué à 34 secondes de la fin de la rencontre. Ce but, appelé but du siècle a permis à Henderson d'acquérir une place particulière dans l'histoire du hockey canadien.

Série du siècle 1974 et départ de la LNH[modifier | modifier le code]

Quelques semaines après cette éprouvante victoire débute la saison 1972-73 de la LNH. Fatigué, Henderson ne dispute que 40 matchs avec Toronto. Passablement affaiblie par l'élimination en AMH, l'équipe termine loin de la qualification pour les séries éliminatoires.

L'année suivante, Henderson marque 24 buts en 69 matchs avec les Maple Leafs et participe à la Série du siècle 1974. Cette série voit cette fois l'opposition de joueurs de l'AMH (parmi lesquels Gordie Howe) et d'Union Soviétique. dans la sélection canadienne, seuls Henderson, Frank Mahovlich et Pat Stapleton ont participé à la série de 1972.

Moins dynamiques que deux ans auparavant (la majorité des joueurs proviennent de ligues mineures ou sont des vétérans), le Canada perd cette série quatre victoires à une et trois matchs nuls. Les Soviétiques dont l'équipe n'avait presque pas changé prenaient dès lors leur revanche.

Avant cette défaite, estimant que l'atmosphère de l'équipe n'était plus assez bonne, Henderson quitte les Maple Leafs dont le propriétaire Harold Ballard cherche à obtenir les services de nouveaux joueurs.

Dernières années[modifier | modifier le code]

Restant à Toronto, Henderson rejoint l'équipe des Toros de Toronto, membre de l'AMH pour la saison 1974-75. Deux ans plus tard, la franchise déménage à Birmingham et change de nom : elle s'appelle désormais les Bulls de Birmingham. En sept saisons avec cette franchise, Henderson marque plus de 160 buts et prend part aux séries éliminatoires. En septembre 1979, il revient en LNH en signant en tant qu'agent libre chez les Flames d'Atlanta. Il partage dès lors sa saison entre Atlanta et Birminghamn désormais membre de la LCH. Pendant les trente matchs qu'il joue avec Atlanta, Henderson marque ses 13 derniers points en LNH et prend sa revanche contre Ballard quand il marque deux buts dans la victoire (5 à 1) des Flames contre les Maple Leafs en mars.

Il prend ensuite sa retraite définitive de la LNH et joue une ultime saison avec Birmingham avant de se retirer des patinoires en 1981.

Récompenses et distinctions[modifier | modifier le code]

Records[modifier | modifier le code]

Statistiques[modifier | modifier le code]

Pour les significations des abréviations, voir statistiques du hockey sur glace.

Avec son équipe[modifier | modifier le code]

Statistiques par saison[1],
Saison Équipe Ligue Saison régulière Séries éliminatoires
PJ  B   A  Pts Pun PJ  B   A  Pts Pun
1960-61 Red Wings de Hamilton AHO 30 1 3 4 9 12 1 1 2 4
1961-62 Red Wings de Hamilton AHO 50 24 19 43 68 10 4 6 10 13
1962-63 Red Wings de Détroit LNH 2 0 0 0 9          
1962-63 Red Wings de Hamilton AHO 48 49 27 76 53 3 2 0 2 0
1963-64 Red Wings de Détroit LNH 32 3 3 6 14 14 2 3 5 6
1963-64 Hornets de Pittsburgh LAH 38 10 14 24 18          
1964-65 Red Wings de Détroit LNH 70 8 13 21 30 7 0 2 2 0
1965-66 Red Wings de Détroit LNH 69 22 24 46 34 12 3 3 6 10
1966-67 Red Wings de Détroit LNH 46 21 19 40 10          
1967-68 Detroit Red Wings LNH 50 13 20 33 35          
Maple Leafs de Toronto LNH 13 5 6 11 8          
1968-69 Maple Leafs de Toronto LNH 74 27 32 59 16 4 0 1 1 0
1969-70 Maple Leafs de Toronto LNH 67 20 22 42 18          
1970-71 Maple Leafs de Toronto LNH 72 30 30 60 34 6 5 1 6 4
1971-72 Maple Leafs de Toronto LNH 73 38 19 57 32 5 1 2 3 6
1972-73 Maple Leafs de Toronto LNH 40 18 16 34 18          
1973-74 Maple Leafs de Toronto LNH 69 24 31 55 40 4 0 2 2 2
1974-75 Toros de Toronto AMH 58 30 33 63 18          
1975-76 Toros de Toronto AMH 65 26 29 55 22          
1976-77 Bulls de Birmingham AMH 81 23 25 48 30          
1977-78 Bulls de Birmingham AMH 80 37 29 66 22 5 1 1 2 0
1978-79 Bulls de Birmingham AMH 76 24 27 51 20          
1979-80 Flames d'Atlanta LNH 30 7 6 13 6 4 0 0 0 0
1979-80 Bulls de Birmingham LCH 47 17 18 35 10          
1980-81 Bulls de Birmingham LCH 35 6 11 17 38          
Totaux LNH 707 236 241 477 304 56 11 14 25 28

Avec le Canada[modifier | modifier le code]

Statistiques internationales
Année Équipe Ligue PJ  B   A  Pts Pun
1972 Drapeau du Canada Canada 8 7 3 10 4
1974 Drapeau du Canada Canada 7 2 1 3 0
Totaux   15 9 4 13 4

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Fiche de carrière sur http://www.legendsofhockey.net.

Sources[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]