Parabole du pharisien et du publicain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Pharisien et le publicain est une parabole transmise par Jésus-Christ dans l'Évangile selon Luc. Elle aborde les sujets de la justice et l'humilité.

Le pharisien et le publicain, fresque baroque dans la basilique de Ottobeuren.

Texte[modifier | modifier le code]

Évangile selon Luc, chapitre 18, versets 9 à 14 : «  Il dit encore cette parabole, en vue de certaines personnes se persuadant qu'elles étaient justes, et ne faisant aucun cas des autres : Deux hommes montèrent au temple pour prier; l'un était pharisien, et l'autre publicain. Le pharisien, debout, priait ainsi en lui-même : O Dieu, je te rends grâces de ce que je ne suis pas comme le reste des hommes, qui sont ravisseurs, injustes, adultères, ou même comme ce publicain; je jeûne deux fois la semaine, je donne la dîme de tous mes revenus. Le publicain, se tenant à distance, n'osait même pas lever les yeux au ciel; mais il se frappait la poitrine, en disant: O Dieu, sois apaisé envers moi, qui suis un pécheur. Je vous le dis, celui-ci descendit dans sa maison justifié, plutôt que l'autre. Car quiconque s'élève sera abaissé, et celui qui s'abaisse sera élevé. »

Traduction d'après la Bible Louis Segond.


Le Pharisien et le publicain par James Tissot, exposé au Brooklyn Museum, à New York.

Interprétation[modifier | modifier le code]

Pour le docteur de l'Église Jean Chrysostome, dans son homélie n°2 sur la conversion, justice et humilité sont les deux valeurs défendues par Jésus-Christ dans cette parabole. L'archévèque se place en personne critique envers le pharisien et clame: « Misérable sois-tu, toi qui oses porter un jugement sur la terre... As-tu encore besoin de condamner ce publicain... Que de suffisance dans ces paroles ! ...Pourquoi manifester un tel orgueil ? ». Jean Chrysostome conclut: « Et, pour avoir fait preuve d'humilité, il (le publicain) a été justifié ... (et) le publicain s'en allait, le cœur renouvelé d'une justice retrouvée... » [1].

Benoît XVI lors de l'Audience générale du 30 août 2006 commente rapidement un passage de cette écrit de saint-Luc : « Jésus indique même un publicain anonyme comme exemple appréciable d'humble confiance dans la miséricorde divine » [2].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Homélies sur la conversion, n°2 de Jean Chrysostome [1]
  2. Audience générale du 30/08/06 de Benoit XVI, 4ème paragraphe [2]