Papyrus grecs magiques

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les papyrus grecs magiques, appelés dans les éditions savantes Papyri Graecae Magicae (PGM), est le nom conventionnel donné à un groupe de manuscrits découverts en Égypte et datant de la fin de l'époque ptolémaïque à l'époque de la domination romaine et couvrant une période du IIe siècle avant notre ère au Ve siècle.

Leur nom provient du fait qu'ils contiennent des paroles, des formules et des rituels qualifiés de magiques[1].

Ces manuscrits ont commencé à être familiers au monde savant dès le XVIIIe siècle quand ils sont apparus sur le marché des antiquités.

Un des plus importants de ces manuscrits et le plus élaboré est celui qui est connu sous le nom de Liturgie de Mithra[2].

Pensée religieuse des premiers siècles en Égypte[modifier | modifier le code]

Ces manuscrits témoignent d'une pensée religieuse faite de syncrétisme et montrent un lent passage du paganisme au christianisme ; on y trouve un mélange de religion hellénique, égyptienne, hébraïque, babylonienne souvent sous un verni chrétien, témoignant des idées circulant en ce carrefour de civilisation qu'était alors la vallée du Nil. On y trouve aussi un essai de syncrétisme entre dieux grecs et égyptiens.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Karl Preisendanz, et al., Papyri Graecae Magicae. Die Griechischen Zauberpapyri. (2 vols) première édition, 1928-1931.
  • Karl Preisendanz et Albert Henrichs, Papyri Graecae Magicae. Die Griechischen Zauberpapyri. (2 vols) Stuttgart: Teubner, seconde édition 1974-1974.
  • H. D. Betz, et al., The Greek Magical Papyri in Translation. Including the Demotic Texts, Chicago : University of Chicago Press, 1986.
  • L. Muñoz Delgado, Léxico de magia y religión en los papiros mágicos griegos, dans : Diccionario Griego-Español, Anejo V. Madrid: CSIC, 2001.
  • Michael Martin, Les Papyrus grecs magiques, Le Manuscrit, Paris 2010.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Hans Dieter Betz (éd), The Greek Magical Papyri in translation, University of Chicago Press, 1985.
  2. Ronald Hutton, Witches, Druids and King Arthur, 2006, p. 116 : "The most famous of these texts is the so-called Mithras liturgy...".

Article connexe[modifier | modifier le code]