Papyrus Westcar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le papyrus Westcar, du nom de Miss Westcar qui l'avait rapporté d'Égypte, est un manuscrit qu'elle offrit à Karl Richard Lepsius en 1838. À la mort de l'égyptologue, en 1886, le manuscrit fut enregistré à l'Ägyptisches Museum de Berlin sous le numéro 3033.

Datation[modifier | modifier le code]

Ce papyrus est daté, d'après la main du scribe, fin de la période Hyksôs et donc de la fin de la XVIIe ou du début de la XVIIIe dynastie. Mais le texte est en fait écrit selon la grammaire du moyen égyptien et le texte original dont il est copié date probablement de la XIIe dynastie.

Contenu du papyrus[modifier | modifier le code]

Les Contes du Papyrus Westcar ou Contes des Magiciens à la cour de Khéops, légitiment la montée au trône des trois premiers rois de la Ve dynastie. (Voir l'article Théogamie).

Il manque le début du manuscrit mais on peut imaginer que le roi Khéops demande aux princes ses fils de le distraire, chacun par une histoire de son invention ; ce serait donc neuf récits que pouvait renfermer le manuscrit complet : plus de la moitié aurait disparu, il n'en reste que quatre :

  • « Un prodige sous le roi Djéser », dont il ne reste que la formule finale.
  • « Un prodige sous le roi Nebka ou Le conte du mari trompé » est narré par le prince Khéphren : l'épouse d'Oubaoné est éprise d'un riche personnage qu'elle retrouve dans son jardin. Mis au courant par son jardinier, le mari prépare sa vengeance en fabriquant un crocodile en cire afin que, lorsque l'amant se baignera dans la pièce d'eau, le jardinier y jetant le crocodile, celui-ci prendra vie et emportera l'amant. Informé de l'histoire, le roi Nebka condamna l'épouse infidèle à être brûlée.
  • « Un prodige sous le roi Snéfrou ou Le conte des rameuses », dû au prince Baoufrê, relate l'aventure de jeunes filles en barque avec le roi sur les eaux d'un lac. La cheftaine des rameuses, ayant laissé tomber à l'eau un bijou en forme de poisson, cesse de ramer et avec elle toute l'équipe. À la demande du roi, un magicien sépare les eaux, retrouve le bijou et le rend à sa propriétaire.
  • Djédefhor, au lieu d'inventer une histoire, fait venir le prestidigitateur et prophète Djédi. Ce dernier, après avoir exécuté quelques tours de magie, annonce à Khéops l'avènement des trois premiers rois de la future Ve dynastie. Un passage du papyrus décrit l'accomplissement de cette prédiction : la femme d'un prêtre du dieu d'Héliopolis qui avait un temple dans la ville voisine de Sakhebou, Reddjédet, reçoit la visite du dieu dont elle a trois fils. L'un d'entre eux (le premier né) devient le premier roi de la Ve dynastie[1]. Pour aider Reddjédet à accoucher, lui a envoyé les déesses Isis, Nephtys, Meskhenet et Héqet, accompagnées de Khnoum. À la fin de ce récit, le manuscrit s'arrête brusquement.

Il s'agit du plus ancien document découvert décrivant un spectacle de magie.

Papyrus Westcar, Ägyptisches Museum de Berlin

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Extrait du quatrième conte du papyrus Westcar, traduction O. Lefebvre, Romans et contes égyptiens, p. 88 :

    « Ne sois pas trop puissant dans son sein, en ce tien nom de Ouser-ref ! Cet enfant lui glissa alors des mains : c'était un enfant d'une coudée dont les os étaient solides ; il avait les membres incrustés d'or et portait une coiffure en lapis-lazuli véritable. Elles le levèrent après qu'on eut coupé le cordon ombilical et qu'il eut été placé sur un cadre de briques. Puis Meskhenet alla vers lui et dit : "Un roi qui exercera la royauté dans le pays entier !" »