Patrimoine culturel en Belgique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le bouclier bleu avec la phrase Beschermd Monument sur le beffroi de Bruges.

Les biens classés (Kulturdenkmal ou Beschermd erfgoed) désignent, pour chaque région, les monuments protégés de Belgique.

Les institutions[modifier | modifier le code]

Commission royale des monuments et des sites[modifier | modifier le code]

La Commission royale des monuments et des sites était une institution de Belgique, créée par le roi Léopold Ier par un arrêté royal du 7 janvier 1835 afin de procéder à la conservation des bâtiments historiques du tout jeune état. Elle était composée de neuf membres :

En 1968, la commission est scindée en une section francophone et une section néerlandophone. En 1989, la compétence du patrimoine est transférée aux régions. Depuis cette date, il existe donc trois commissions distinctes : La Commission royale des monuments, sites et fouilles (Wallonie), le même organisme pour la région de Bruxelles-Capitale est la Koninklijke Commissie voor Monumenten en Landschappen . En 1993, la Région wallonne délègue ses compétences en matière de monuments, de sites et de fouilles à la Communauté germanophone, qui crée la Königliche Denkmal-, Landschafts- und Ausgrabungskommission [1].

Personnalités liées à la Commission royale des monuments et des sites[modifier | modifier le code]

Structures modernes[modifier | modifier le code]

Région wallonne[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Institut du patrimoine wallon.

En région wallonne, les protections sont initiées par la direction de l’aménagement du territoire[2]. L'organisation des journées européennes du patrimoine est faite par l'Institut du patrimoine wallon[3].

Région flamande[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Onroerend Erfgoed.

Bruxelles-Capitale[modifier | modifier le code]

Gestion des monuments[modifier | modifier le code]

Conséquences juridiques[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir François-Emmanuel de Wasseige, « La Commission royale des Monuments et des Sites », dans : Demeures Historiques et Jardins, n° 168, décembre 2010, p. 21-27
  2. Direction générale opérationnelle - Aménagement du territoire, Logement, Patrimoine et Energie
  3. Site de l'Institut du Patrimoine

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]