Oubli

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L’oubli (du latin oblītus, dérivé de ob- liveo, au sens de "devenir noir") est un état caractérisé par l'apparente absence ou disparition de souvenirs encodés dans la mémoire à long terme d'un individu[1].

Définition[modifier | modifier le code]

En Psychologie[modifier | modifier le code]

L'oubli est un processus progressif ou spontané qui fait que l'individu ne peut se rappeler les souvenirs qu'il avait enregistrés. Il est cependant considéré comme bénéfique d'oublier une certaine quantité de souvenirs que le cerveau "juge" inutiles. Ce tri par l'oubli aurait lieu principalement durant le sommeil. Il existe cependant certains entrainements mnémotechniques visant à diminuer volontairement l'oubli d'information, principalement en se remémorant activement l'information.
La consommation de certaines substances psychoactives peut favoriser ou lutter contre l'oubli. L'oubli peut également être due à des causes traumatiques, on parle alors d'amnésie.
Une défaillance des mécanismes d'oubli peut être la cause d'une hypermnésie, une trop grande accumulation de souvenir, qui peut être considérée comme une pathologie (condition cependant rarissime).

Chartes de protection de la personne[modifier | modifier le code]

Des dispositions légales récentes encadrent l'usage des données personnelles notamment dans le cadre d'applications informatiques

- Voir en France, la surveillance opérée des pratiques et la réglementation édictée par la CNIL, ou « Commission Nationale Informatique et Libertés » .
- D'autre part - et de plus en plus- des Chartes du droit à l'oubli numérique prévoient la possibilité pour une personne de demander l'effacement des données le concernant, voire la permission explicite d'un individu pour qu'une entreprise puisse traiter des données personnelles.

Le phénomène des « écoutes » et la problématique du « profilage » des personnes sont particulièrement discutés de ce point de vue pour les usages illimités dans le temps et dans l'espace que peuvent en faire des opérateurs privés, les forces de l'ordre, voire les autorités judiciaires.

Évolution de la conception et du rôle de l'oubli[modifier | modifier le code]

Homère et Platon[modifier | modifier le code]

Le périple d’Ulysse l’a conduit, avec ses compagnons, à l’île des Lotophages, ou mangeurs de lotos, le « fruit de miel » qui provoquait un oubli artificiel, permettant à ces indigènes de vivre en paix. Aussitôt mangé par les émissaires d’Ulysse, le lotos ôtait toute envie de retour à la patrie [2].
Boire de l’eau du fleuve Amélès, dans la plaine du Léthé, occasionnait également aux âmes, après le trépas, la perte du souvenir de tout, d’après le récit d’Er, un soldat mort dans une bataille, rapporté par Platon [3]. Ce dernier fait dire à Socrate, dans son Phèdre, que l’écriture « ne produira que l’oubli dans l’esprit de ceux qui apprennent, en leur faisant négliger la mémoire. En effet, ils laisseront à ces caractères étrangers le soin de leur rappeler ce qu’ils auront confié à l’écriture, et n’en garderont eux-mêmes aucun souvenir. » [4],[5].

Nietzsche[modifier | modifier le code]

Dans sa préface à la seconde « Considération Inactuelle » , Nietzsche se définit comme résolument opposé à tout attachement au passé, qu’il nous incite à oublier, au nom du moment présent pleinement vécu : « Nous voulons servir l’histoire seulement en tant qu’elle sert la vie… L’homme… s’arc-boute contre le poids toujours plus lourd du passé. Ce poids l’accable ou l’incline sur le côté, il alourdit son pas, tel un invisible et obscur fardeau... Toute action exige l’oubli, comme tout organisme a besoin, non seulement de lumière, mais encore d’obscurité… » [6].

Freud[modifier | modifier le code]

La psychopathologie de la vie quotidienne de Freud est une approche lumineuse de la signification de l’oubli, et de sa fonction protectrice de l’ego. Freud a écrit : « … je suis arrivé à la conclusion que cet accident, si commun et sans grande importance pratique, qui consiste dans le refus de fonctionnement d’une faculté psychique (la faculté du souvenir), admet une explication qui dépasse de beaucoup par sa portée l’importance généralement attachée au phénomène en question …à côté du simple oubli d’un nom propre, il existe des cas où l’oubli est déterminé par le refoulement. » [7].

Ebbinghaus et sa "courbe de l’oubli"[modifier | modifier le code]

Le psychologue allemand Hermann Ebbinghaus effectue, en 1885, une expérimentation en testant sa propre capacité à retenir une liste de syllabes sans signification particulière. Il établit ainsi une « courbe de l’oubli », de forme exponentielle, selon laquelle une heure après avoir appris une liste de sons, la moitié est déjà oubliée ; par la suite le processus de perte devient plus lent, et même pendant une période relativement longue, le sujet peut encore mémoriser une partie des syllabes apprises[8].

L’oubli par repère manqué, selon Endel Tulving[modifier | modifier le code]

Postulant que les souvenirs ne sont oubliés qu’en apparence, car ils sont stockés dans notre cerveau mais souvent difficiles à remémorer, Endel Tulving a démontré que ces mêmes souvenirs peuvent être retrouvés par l’évocation de leur contexte sémantique ou circonstanciel, grâce à la mémoire épisodique, qui permet de retrouver la mémoire des faits, s’ils sont intégrés dans le contexte temporel, spatial et émotionnel où ils ont été appris. L’oubli serait ainsi le résultat de la perte des repères liés à l’acquisition d’une information donnée [9].

Interférence rétroactive[modifier | modifier le code]

Initiés par Hermann Ebbinghaus, de nombreuses études utilisant une méthodologie similaire à la sienne ont été effectués, en faisant apprendre par des sujets une liste de syllabes aléatoires, en suivant dans le temps l’oubli respectif, sous l’influence des diverses variables. Ces études ont permis de conclure que les informations acquises à un moment donné sont sujettes à oubli, si d’autres informations sont présentées pendant qu’un processus de consolidation n’a encore pas pu se former. On parle alors d’interférence rétroactive. L’on a démontré aussi que le repos, et en particulier le sommeil après l’apprentissage, réduisant l’interférence rétroactive, permet de réduire l’oubli des choses apprises peu de temps avant des périodes de détente.

L’alcool, les benzodiazépines, les antagonistes des récepteurs de la N-méthyl-D-aspartate (NMDA) comme l’AP5 ou l'acide 2-amino-5-phosphonovalérique et le CPP (acide 2-caraboxypipérazine-4yl-propyl-1 phosphonique) affaiblissent la mémoire pendant que l’individu est sous l’influence de ces substances, mais l’améliorent en ce qui concerne les souvenirs précédant leur consommation. Les effets du sommeil et des produits mentionnés sont dus à l’inhibition de l’activité de l’hippocampe, en désactivant les circuits de cette partie du lobe temporal, qui, activée, interfère avec la consolidation des mémoires récentes, acquises peu de temps avant le repos, ingestion d’alcool, de benzodiazépines ou les antagonistes du N-méthyle-D-aspartate[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Petit Robert, 1995, p. 1556
  2. Odyssée, IX, 91-97
  3. Platon, La république, X, 614b -621d
  4. Platon, Phèdre, 275a
  5. Kossaifi Ch., « L’oubli peut-il être bénéfique ? L’exemple du mythe de Léthé : une fine intuition des Grecs », ¿ Interrogations ?, revue électronique, n. 3, http://www.revue-interrogations.org/article.php?article=57
  6. Nietzsche, Considérations inactuelles (Unzeitgemässe Betrachtungen) (1873 - 1876), Wikisource
  7. Psychopathologie de la vie quotidienne (1901)- Wikisource Chapitre I. Oubli des noms propres. Les oublis des mots étrangers et des suites de mots, objet des deux chapitres suivants du même ouvrage, obéissent au même principe
  8. Hermann Ebbinghaus, La mémoire. Recherches de psychologie expérimentale, Ed.: L'Harmattan, 2011, chapitre VII ; traduit de : Über das Gedächtnis. Untersuchungen zur experimentellen Psychologie (1885)
  9. Tulving, E. (1974), Cue-dependent forgetting. American Scientist, 62, 74-82
  10. V. John T. Wixted, The Psychology and Neuroscience of Forgetting, Annual Review of Psychology, Vol. 55: 235-269, 2004