Ordre de frappe au baseball

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'ordre de frappe ou alignement des frappeurs (line-up) est l'ordre dans lequel les frappeurs se succèdent à la batte dans une partie de baseball.

L'alignement comprend neuf frappeurs, soit les neuf joueurs qu'une équipe utilise sur le terrain. Dans les ligues utilisant la règle du frappeur désigné, le line-up sera constitué de huit des joueurs employés en défense et du frappeur désigné, allant frapper en lieu et place du lanceur.

L'alignement des frappeurs est élaboré avant le match par le manager et ne peut être modifié durant la partie. Un joueur suppléant peut frapper à la place d'un autre joueur, mais celui-ci doit alors quitter la partie et être remplacé par un autre joueur en défense, qui prendra ensuite sa place dans le line-up. Les joueurs remplaçants introduits en cours de match doivent toujours occuper le même rang que le joueur qu'ils ont remplacé dans l'alignement, à moins de recourir à la stratégie appelée double substitution.

Positions dans l'alignement[modifier | modifier le code]

L'alignement des frappeurs est primordial dans les succès d'une équipe à l'attaque. Le succès de cet alignement dépend du talent des joueurs qui le composent mais aussi de la stratégie adoptée par le manager qui compose le line-up. Certaines constantes se dégagent quant à l'ordre dans lequel les joueurs se succéderont au bâton.

#1[modifier | modifier le code]

Le premier frappeur, surnommé lead-off, est généralement le coureur le plus rapide de l'équipe et on attend de lui qu'il ait une excellente moyenne de présence sur base (OBP). Il n'est pas un frappeur de puissance mais plutôt de contact, frappant couramment des simples ou des doubles et soutirant beaucoup de but-sur-balles au lanceur. Une fois sur base, son rôle est de se mettre en position de marquer, autrement dit d'atteindre au moins la deuxième base pour marquer dès que l'occasion se présente sur le plus petit des hits, un simple. Pour ce faire, le lead-off doit être un bon coureur capable de voler des bases.

Jackie Robinson, Lou Brock, Pete Rose ou Ichiro Suzuki sont des exemples classiques de lead-off en Ligue majeure.

#2[modifier | modifier le code]

Le deuxième frappeur est lui aussi un coureur rapide. On attend de lui qu'il fasse "contact" avec la balle, donc qu'il frappe un coup sûr ou dépose un amorti-sacrifice pour faire avancer le lead-off sur les bases. C'est en général un batteur qui évite de frapper des roulants pour ne pas que l'équipe en défense ne puisse tourner un double-jeu. Les managers aiment placer des gauchers à ce poste pour qu'ils puissent utiliser le petit trou entre les premières et deuxièmes bases laissé par la proximité du première base de sa base pour "tenir" le lead-off. Dans les bonnes équipes, le frappeur 2 combine les caractéristiques d'un lead-off et d'un frappeur de puissance, comme par exemple Robin Yount, Curt Flood ou Joe Morgan.

#3[modifier | modifier le code]

Le troisième frappeur est généralement le meilleur frappeur de l'équipe, celui dont la moyenne au bâton est la plus élevée (AVG). C'est avec le quatrième frappeur celui qui est le plus susceptible de produire des points. Les frappeurs 3 sont connus pour "permettre à la manche de se poursuivre" et offrir de bonnes situations au frappeur 4 pour faire rentrer des points.

Les frappeurs combinant puissance et présence sur base frappent souvent 3, comme Babe Ruth, Ted Williams, Willie Mays ou Albert Pujols.

#4[modifier | modifier le code]

Le quatrième frappeur est celui qui a le plus de puissance (SLG), celui qui peut « nettoyer » (clean-up) les bases à la faveur de grosses frappes. Son rôle principal est de produire des points (RBI) en faisant rentrer les coureurs sur base avec de grosses frappes: coup de circuit, triple ou double. Certains managers préfèrent toutefois utiliser leur cogneur de puissance en troisième position dans le line-up.

Le frappeur 4 requiert un talent hors du commun et la capacité à frapper des coups sûrs aux moments importants dans la partie (clutch), tels que des situations à bases pleines et deux retraits, comme Lou Gehrig, Tony Pérez, Alex Rodriguez ou Josh Hamilton.

Dans une partie idéale, les trois premiers frappeurs de l'alignement remplissent les bases (load the bases) et donnent la chance au frappeur 4 de frapper un Grand chelem.

#5, #6[modifier | modifier le code]

Les cinquième et sixième frappeurs sont aussi de bons producteurs de points. S'ils ont parfois moins de puissance au bâton, ils sont en revanche souvent capables de produire des points avec un ballon-sacrifice. Les frappeurs 3, 4 et 5 font partie du "cœur de line-up" et représentent les meilleurs chances de frapper fort et rentrer des points.

Le frappeur 5 est souvent le deuxième plus gros frappeur de l'équipe, pouvant "protéger" le clean-up, c'est-à-dire forcer les lanceurs adverses ne pas concéder au frappeur 4 un but-sur-balles intentionnel pour affronter ensuite un moins bon frappeur dans des situations où des points peuvent être marqués. Le frappeur 6 possède à peu près les mêmes qualités que le frappeur 5.

#7, #8[modifier | modifier le code]

Les septième et huitième frappeurs sont des joueurs dont la moyenne au bâton est moins élevée. On s'attend quand même à ce qu'ils fassent contact avec la balle et la placent en lieu sûr, comme c'est le cas pour n'importe quel frappeur.

Le huitième frappeur de l'alignement a légèrement plus de pression dans la Ligue nationale de baseball, où la règle du frappeur désigné ne s'applique pas. Dans ce cas il s'agit souvent du receveur, un joueur dont les qualités défensives et la capacité de bien diriger les lanceurs sont souvent plus recherchées qu'une bonne moyenne au bâton. Comme le lanceur frappe neuvième dans presque tous les cas, le frappeur 8 doit éviter de se faire retirer, de manière à ce que son équipe ne démarre pas la manche suivante avec son lanceur comme premier frappeur. Le frappeur 8 peut parfois atteindre la première base après avoir reçu un but-sur-balles intentionnel, une stratégie que l'équipe en défense utilise pour avoir la chance de retirer un moins bon frappeur, le lanceur.

#9[modifier | modifier le code]

Le neuvième frappeur est, dans la Ligue nationale, presque toujours le lanceur. Sauf quelques rares exceptions (Carlos Zambrano, Dontrelle Willis), le lanceur n'est pas un bon frappeur. Lorsqu'il y a un coureur sur base, on encourage habituellement le lanceur à poser un amorti pour faire avancer les coureurs sur les sentiers et reprendre l'alignement au début avec un meilleur frappeur.

Tony La Russa est connu pour inverser l'ordre des frappeurs #8 et #9, en faisant frapper le lanceur au huitième rang, une stratégie qu'il a employé avec les Cardinals de Saint-Louis en 1998, puis en 2007 et 2008[1],[2]. En 2008, Ned Yost des Brewers de Milwaukee faisait aussi frapper le lanceur au huitième rang. Dans les ligues où le frappeur désigné est autorisé, le joueur frappant neuvième est habituellement celui qui a la moyenne au bâton la plus faible.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) MLB, « La Russa shakes up lineup »,‎ 2007 (consulté le 23 septembre 2011)
  2. (en) St. Louis Cardinals, « News: Notes: La Russa to bat pitcher eighth »,‎ 2008 (consulté le 23 septembre 2011)