Opéra-bouffe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Affiche de la première d'Orphée aux Enfers d'Offenbach.

Un opéra-bouffe est un opéra traitant d'un sujet comique ou léger.

Historique[modifier | modifier le code]

Au XVIIIe siècle l'appellation « opéra-bouffon » est employée pour différencier une catégorie particulière d'opéras-comiques. Ce n'est qu'au XIXe que le terme d'opéra-bouffe apparaît sous la plume de Jacques Offenbach lorsqu'il prend en 1855 la direction des Bouffes-Parisiens.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Bien qu'ils comportent tous deux des dialogues parlés, l'opéra-comique peut traiter de sujets « sérieux » (ex. Carmen), alors que le caractère de l'opéra-bouffe est principalement « bouffon ».

Inspiré de l'opera buffa italien, le terme fut choisi par Offenbach pour désigner des œuvres plus « ambitieuses » que ses opérettes, tant par leur style musical que par le nombre de protagonistes pouvant rivaliser avec les œuvres du grand répertoire. De même, les livrets étaient souvent plus portés à la parodie ou à la satire que ceux des opérettes qui traitaient d'histoires plutôt sentimentale.

C'est sur la base de la nature légère ou sarcastique de leur livret, associée à une écriture musicale recherchée, que des œuvres d'Emmanuel Chabrier ou Francis Poulenc furent qualifiées d'opéras-bouffes.

Selon l'importance des effectifs requis et la qualité musicale, on peut également trouver les appellations d' opéra-bouffon, opérette-bouffe, bouffonnerie musicale, etc.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Les Noces de Figaro

Article connexe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. lsm en ligne
  2. Libération