Ombre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ombre (homonymie).
Deux ombres portées, ici sur une plage
Ombre portée des cladodes d'un oponce sur un mur.

Une ombre est une zone sombre créée par l'interposition d'un objet opaque et une source de lumière et la surface sur laquelle se réfléchit cette lumière. Elle se matérialise par une silhouette sans épaisseur. Une ombre portée contient la couleur complémentaire de la source de lumière qui la crée.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

La taille de l'ombre portée dépend de la taille de l'objet intercalé et de sa distance relative de la source de lumière. Plus l'objet est près de la source de lumière, plus la zone d'ombre sera grande. Son intensité dépend de la proportion de la lumière apportée par la source masquée. Si la source masquée est la seule source présente, alors la zone à l'ombre est dans l'obscurité totale.

En dessin technique, et de façon conventionnelle, on accepte que l'ombre projetée par le soleil soit le résultat de rayons incidents parallèles qui vont générer une ombre portée par l'objet sur le plan sur lequel il est posé, et une ombre propre créée sur les faces de l'objet qui sont soustraites aux rayons incidents.

le soleil comme source lumineuse
éclairage ponctuel comme source lumineuse

Des sources d'éclairage ponctuelles (spots, appareils d'éclairage, luminaires, etc.) vont générer un cône de rayons incidents dont la projection de l'ombre va dépendre de la position relative de la source par rapport à l'objet soumis aux rayons lumineux Pour des sources non ponctuelles, on distingue des zones d'ombre, de pénombre et d'anté-ombre. Plus la source est large et plus le support de l'ombre est éloigné de l'objet qui masque la lumière, plus la zone de pénombre est étendue et plus le contour de l'ombre est estompé.

Différents stades d'ombre[modifier | modifier le code]

Ombre portée d'une planète
Exemple d'ombre, pénombre et anté-ombre en dehors de l'astronomie.

L'astronome nomme éclipse la situation dans laquelle un astre porte son ombre sur un autre. Il s'agit d'un cas typique de source étendue (non-ponctuelle).

La figure ci-contre illustre les cônes d'ombre et d'anté-ombre ainsi que les zones de pénombre.

On y voit les zones suivantes :

  • Ombre : le soleil est complètement occulté par la planète
  • Pénombre : le soleil est partiellement occulté par la planète
  • Anté-ombre : la planète étant plus petite que le soleil, si l'on se place à une distance suffisante, sa taille ne suffit plus à occulter l'astre.

On parle respectivement de pénombre propre et pénombre portée comme d'ombre propre et d'ombre portée. Comme pour l'ombre, en l'absence de précision c'est « portée ».

Utilisation de l'ombre[modifier | modifier le code]

Confort[modifier | modifier le code]

La haie ou l'arbre isolé offrent une ombre recherchée par l'homme et l'animal lorsqu'il fait chaud

Selon les régions et les pays, les architectes, depuis l'antiquité, cherchent à diminuer ou augmenter les parties de la maison ou de la cité qui seront à l'ombre. De même l'agriculture traditionnelle et le nomadisme ont-ils conservé des haies et des arbres pour que leurs troupeaux puissent se protéger de l'ardeur du soleil à leur ombre.

Détermination de l'heure[modifier | modifier le code]

Cadran solaire dans la cour de la Grande Mosquée de Kairouan

Le cadran solaire utilise depuis l'antiquité l'ombre naturelle d'une barre exposée au soleil pour mesurer le passage du temps selon la position du soleil.

Détermination de la taille d'objet[modifier | modifier le code]

Sur une photographie verticale aérienne ou satellitaire géoréférencée et horodatée, la taille des bâtiments ou d'objets divers (pylônes, ponts, arbres..) peut être déterminée à partir de celle de leur ombre. L'analyse comparée de photos prises à des heures différentes donne également une indication de leur forme générale.

Une utilisation célèbre de l'ombre a été faite par Thalès pour mesurer la taille des pyramides[1] (voir l'article sur le Théorème de Thalès).

Ludique[modifier | modifier le code]

Jeu d'ombre chinoise formant un lapin

Les jeux d'ombres chinoises consistent, en plaçant ses mains entre la source de lumière et un écran, à obtenir des ombres dont la silhouette évoque un animal ou un objet connu.

Le théâtre d'ombres utilise le même principe, mais se sert de marionnettes opaques sur un écran lumineux pour créer en transparence des scènes animées.

Photographie et cinéma argentique[modifier | modifier le code]

Les négatifs des photos argentiques servent, lors du tirage, à faire une ombre sur le papier sensible afin de faire réagir celui-ci pour que l'image s'y imprime.

La projection de diapositive ou de film n'est rien d'autre que l'utilisation d'un obstacle partiellement transparent afin que son ombre représente une image.

Considérations diverses[modifier | modifier le code]

L'ombre de pare-soleils, de ferronneries et divers objets architecturaux est utilisée par les architectes comme élément de décor, mouvant dans l'espace et le temps au rythme des mouvements du soleil. Ici, l'ombre d'un texte posé sur une porte vitrée, est portée par la lumière du soleil sur le mur, inversant le sens des lettres

Sens de l'ombre[modifier | modifier le code]

En regardant vers la source de lumière, une ombre donne une image inversée de la silhouette, alors que dans le sens des rayons issus de la source de lumière, elle donne une image droite.

Dessin de l'ombre[modifier | modifier le code]

Dans le domaine des arts plastiques, de l'architecture et parfois du dessin technique, le dessin de l'ombre portée est un des éléments, qui avec la perspective confèrent un réalisme au dessin ; si elle est fidèlement dessinée. Au contraire l'artiste peut créer des effets poétiques ou plastiques particuliers si elle est portée d'une manière non conforme à ce qu'elle serait en réalité.
Certains peintres ont utilisé des couleurs vives pour peindre les ombres dans leurs représentations de paysages, d'animaux, natures mortes ou de personnages, c'est le cas par exemple des fauvistes. L'artiste peintre et plasticien Français Klaus Guingand a immortalisé (de 1987 à 2009) les ombres de 220 personnalités internationales, chaque personnalité pose afin qu'il immortalise son ombre. L'ombre est peinte sur une grande toile de 200 x 150 cm.

L'histoire du cinéma a connu tout d'abord aux États-Unis et en Europe une accentuation des éclairages contrastés, tout en particulier dès les années quarante et cinquante et que l'on a appelé le film noir. Dans l'adaptation de Le procès par Welles, la maîtrise de l'ombre est une des principales forces de l'image.

En infographie 3D, on commence à afficher des ombres douces qui renforcent la crédibilité de l'image, mais les temps de calculs et leur complexité augmentent beaucoup.

Attachement de l'ombre à un objet[modifier | modifier le code]

Le langage courant dit qu'un objet ou une personne a une ombre, qui lui est attachée, et qui le suit partout. Ainsi on parle de suivre quelqu'un comme son ombre pour dire qu'on le suit de très près.

Ce sens correspond à l'ombre portée d'un objet par rapport au soleil. Évidemment pour une personne touchant le sol, il est impossible de cesser de toucher son ombre.

De manière intéressante, contrairement à ce qu'indique le langage courant, un objet peut avoir plusieurs ombres, à condition, ou bien d'utiliser plusieurs sources de lumières, ou bien d'utiliser un miroir.

Ombre et anthropologie culturelle[modifier | modifier le code]

Illustration en pages intérieures du magazine Weird Tales, septembre 1941.

Susceptible de pouvoir être à l’origine de multiples événements négatifs, mais aussi positifs, l’ombre d’un homme, d’un animal et d’un arbre étaient envisagés dans les cultures traditionnelles comme un sujet très sérieux. L’ombre humaine était considérée comme une partie vitale de l’individu, et par conséquent une source de danger pour lui, car une agression à son ombre serait ressentie comme sur sa propre personne, et la séparation de quelqu’un et son ombre devrait conduire nécessairement à la mort [2]. L’ombre d’autrui pourrait aussi présenter des dangers : Frazer rapporte le cas d’un indigène australien qui était presque mort de peur en raison du fait que l’ombre de sa belle-mère aurait frôlé ses jambes pendant qu’il était endormi sous un arbre [3]. Certains animaux auraient des pouvoirs inquiétants par l’intermédiaire de leur ombre : Pline l'Ancien attribuait aux hyènes la faculté d’utiliser leur ombre pour rendre les chiens dans l’impossibilité d’aboyer[4]. Selon le même auteur, l’ombre du noyer « est fâcheuse et nuisible, même à l'homme, à qui elle donne mal à la tête, et elle l'est à tout ce qui croit alentour. » et l'ombre des pins et des sapins « est incontestablement un poison pour tout ce qu'elle touche » [5]. Cependant, les ombres pourraient effectuer des actions bénéfiques, comme mentionné dans Actes des Apôtres, selon lesquels l’ombre de Saint Pierre pouvait guérir des malades [6]. Ce miracle a été représenté par Masaccio dans la Chapelle Brancacci de l'église Santa Maria del Carmine de Florence (Saint Pierre guérissant les malades en les couvrant de son ombre (1425-1427). Un texte d’offrande du Moyen Empire égyptien attribuait à l’ombre d’un dieu la capacité de produire des émissions séminales [7]. Et que dire de l’Annonciation de Saint Luc : « Le Saint Esprit viendra sur toi, et la puissance du Très Haut te couvrira de son ombre » [8]?

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) Jean-Marie Nicolle, Histoire des méthodes scientifiques : du théorème de Thalès au clonage, éd. Bréal, 2006, pp.17-18
  2. Sir James Frazer, The Golden Bough. A Study in Magic and Religion, 1890, chapitre 18. The soul as a shadow and a reflection
  3. Ibidem
  4. Pline, Histoire naturelle, 8, 44
  5. Pline, ibidem, xvii, 18
  6. Actes des Apôtres. 5, 12-15
  7. Beate George, Zu den altägyptischen Vorstellungen vom Schatten als Seele, Bonn, 1970, . p. 112, cité par Pieter W Van Der Horst, « Peter's shadow », New Testament Studies (1977) Volume: 23, pp. 204-212
  8. Luc 1.35

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • James Frazer, Le Rameau d'or, édition fr. par Nicole Belmont et Michel Izard, Robert Laffont, coll. "Bouquins", 1984. Chapitre 18. L’âme comme ombre et reflet
  • Victor Ieronim Stoichiță, Brève histoire de l'ombre, Genève. Librairie Droz, 2000
  • Articles ombre, obombrer, ombré, ombreux, ombrer, ombrure, pénombre, pénombreux in Annie Mollard-Desfour (préface de Pierre Soulages), Dictionnaire des mots et expressions de couleur. Le Noir, Paris, CNRS Editions, 2005. Nouvelle édition : Le Noir. Dictionnaire de la Couleur. Mots et expressions d'aujourd'hui. XXe-XXIe s., préface de Pierre Soulages, Paris, CNRS Editions, 2010.
  • La revue Sigila a consacré son numéro 16 (2005) au thème de l'ombre.

L’ombre dans les fictions[modifier | modifier le code]

Dans Peter Pan, le personnage principal perd son ombre. C’est un thème plusieurs fois exploité par la littérature.

Le thème de l'ombre a été exploré à de nombreuses reprises par Roger Zelazny à travers plusieurs de ses œuvres telles que: Le Maître des ombres où Jack, le maître des ombres, tire son pouvoir de celles-ci, et bien sûr le Cycle des Princes d'Ambre dans lequel les personnages évoluent dans un univers multiple, où chaque monde parallèle façonné par leur imaginaire se nomme Ombre.

Dans une courte histoire à la suite de Philémon et le piano sauvage, Philémon et Barthélemy le naufragé rencontrent un tailleur d’ombre.

Lucky Luke est réputé comme tirant plus vite que son ombre. Dans Le Daily Star, on voit clairement que Lucky Luke tire et que son ombre ne dégaine qu’à la case suivante. Dans le générique du dessin animé, Lucky Luke tire sur son ombre plus vite qu’elle et la « tue ».

Dans nombre d’œuvres de type fantasy, l’ombre est associée à la magie noire.

L’ombre en tant qu’élément chargé et susceptible de décrire un angoissant inconnu est exploité par de nombreux auteurs, tels que Tolkien dans Le Seigneur des anneaux. Dans Eragon, (ou dans Kingdom Hearts) les ombres sont des créatures maléfiques. Dans Le Monde des Ā, l’ombre est un « méchant ».

Dans le manga One Piece, un arc est consacré à un corsaire voleur d'ombres et dans le manga Naruto, la clan Nara possède la capacité de manipuler les ombres.

L'ombre du Dr. Facilier dans La princesse et la grenouille a son existence propre.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :