Observatoire du Vatican

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

41° 44′ 50″ N 12° 39′ 02″ E / 41.7472, 12.65056 ()

Observatoire du Vatican

Description de cette image, également commentée ci-après

Observatoire astronomique sur le toit du palais pontifical de Castelgandolfo

Caractéristiques
Organisation Saint-Siège
Lieu Castelgandolfo, dans les Monts Albains, près de Rome
Coordonnées 41° 44′ 50″ N 12° 39′ 02″ E / 41.7472, 12.65056 ()
Altitude 430
Création 1578
Site http://www.vaticanobservatory.org

L’Observatoire astronomique du Vatican (en italien : Specola vaticana) est l'institution scientifique du Saint-Siège confiée aux jésuites. Elle a pour vocation la recherche en astronomie mais aussi un rôle éducatif. À l'origine, l'observatoire a pour vocation d'apporter les corrections nécessaires au calendrier. Il était situé à la Tour des vents à proximité du couloir du Musée du Vatican : en effet, cette tour, bâtie d'après les plans du Professeur Ignazio Danti, est traversée par le méridien qui indiquait au pape Grégoire XIII le temps pascal[1]. L'observatoire est ensuite basé à l'Université pontificale grégorienne de Rome.

L'observatoire se trouvant à la résidence d'été du pape à Castel Gandolfo dans les Monts Albains, près de Rome (Italie) est complété, sans être remplacé, par un second observatoire situé dans l'enceinte de l'Observatoire international du Mont Graham en Arizona (États-Unis, où se font désormais les observations et recherches demandant des instruments techniquement plus avancés[2].

Éléments d'histoire[modifier | modifier le code]

En 1578, le pape Grégoire XIII confie aux Jésuites astronomes et mathématiciens du Collège romain, la tâche de préparer la réforme de l'ancien calendrier (1582). Le premier observatoire astronomique est créé dans la Tour des vents du Vatican, en vue de fonder cette réforme sur de solides observations du mouvement des astres. Le calendrier grégorien, promulgué en 1582 par le pape Grégoire XIII, a été développé par le jésuite mathématicien Christopher Clavius à partir des données astronomiques. Cet observatoire au Vatican est en activité jusqu'à la mort du directeur, Mgr Gilii, en 1821, puis il est fermé. Ses instruments ont été transférés à l'Observatoire du Collège. Une troisième installation a lieu à l'Observatoire du Capitole, entre 1827 et 1870.

En 1850, Angelo Secchi, alors directeur de l'observatoire du Vatican, fait construire un nouvel instrument d'observation astronomique sur le toit de l'église Saint-Ignace-de-Loyola. Toutefois, lorsque le père Secchi meurt en 1878, il existe de graves tensions entre le Saint-Siège et le gouvernement italien : en effet l'armée du Royaume d'Italie confisque l'observatoire du collège romain ; afin d'établir la carte du ciel, le pape crée l'observatoire du Vatican[3]. Toutefois, l'observatoire, au sein de l'université, est maintenu et rebaptisé Regio Osservatorio al Collegio Romano (« Observatoire Royal du Collège romain ») ; il reste en service jusqu'en 1923. Puis il est rouvert dans les années 1930, époque à laquelle la fumée et les lueurs du ciel de la ville rendent impossibles les observations utiles à Rome[2].

L'Observatoire déménage à Castel Gandolfo, à 25 kilomètres au sud-est de Rome. En 1961, les mêmes problèmes apparaissent désormais à Castel Gandolfo.

Observatoire du Vatican au sein de l'Observatoire international du Mont Graham

L'Observatoire fonde le Vatican Observatory Research Group (VORG), avec des bureaux à l'Observatoire Steward de l'Université d'Arizona de Tucson[2].

En 1993, l'observatoire du Vatican, par l'intermédiaire du VORG installe son télescope, le Vatican Advanced Technology Telescope sur le Mont Graham au sein de l'Observatoire international du Mont Graham.

Le siège de l'Observatoire est maintenu à Castel Gandolfo, une dépendance du Vatican. Au début de 2008, le Vatican annonce que, dans le cadre d'un réaménagement du palais pontifical, la résidence jésuite est transférée dans un ancien couvent à proximité du palais, tandis que son ancien espace serait utilisé pour fournir plus de place pour la réception de visiteurs diplomatiques. Le personnel de l'Observatoire a salué l'initiative, la structure architecturale du château convenant mal à une utilisation moderne et scientifique de l'Observatoire. Les activités de recherche de l'observatoire se poursuivent en Arizona.

Les membres astronomes du clergé y travaillent et participent aux recherches conjointement avec les scientifiques laïcs. L'observatoire est membre de l’Union astronomique internationale (IAU) et du Centre international d’astrophysique relativiste (ICRA).

Le directeur actuel de l'observatoire est le prêtre jésuite et astronome, José Gabriel Funes. De nombreux chercheurs ont travaillé à l'observatoire. En 2008 le Prix Templeton a été attribué au cosmologue Michał Heller, un des adjoints scientifiques de l'observatoire. En 2010, le Prix George Van Biesbroeck a été attrribué à l'ancien directeur de l'observatoire, le Jésuite américain, George Coyne[4].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Sabino Maffeo, The Vatican Observatory, in the service of nine Popes, Rome, Vatican observatory publications,‎ 1991

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. L'observatoire du Vatican (site du Vatican)
  2. a, b et c (en) George Johnson, « Vatican’s Celestial Eye, Seeking Not Angels but Data », The New York Times,‎ 22 juin 2009 (lire en ligne)
  3. La Carte du Ciel : Histoire et actualité d'un projet scientifique international de Jérôme Lamy
  4. (en) Dennis Sadowski, « American Astronomical Society honors former Vatican Observatory head », Catholic News Service,‎ 4 janv. 2010 (consulté en 6 janv. 2010)

Liens externes[modifier | modifier le code]