Nouvel An japonais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Petite Japonaise portant un kimono du Nouvel An

Le Nouvel An japonais, oshōgatsu (お正月?) ou ganjitsu (元日?), est célébré depuis des siècles et a ses propres coutumes. C'est l'une des fêtes les plus importantes de l'année et qui dure plusieurs jours. De nos jours, les Japonais prennent des congés du 1er au 5 janvier (parfois même à partir du 27 ou 28 décembre pour les préparatifs du réveillon), et en profitent parfois pour partir en voyage à l'étranger[1].

Autrefois, au même titre que le Nouvel An chinois, coréen (seollal) et vietnamien (têt), il était basé sur le calendrier chinois et était fêté au début du printemps. Depuis 1873, le Japon fonctionne sur le système du calendrier grégorien et le premier janvier est devenu le jour officiel du Nouvel An au Japon.

Signification et pratiques[modifier | modifier le code]

Kagami mochi

Les Japonais aiment commencer l'année nouvelle sur de bonnes résolutions. Pour cela, ils pratiquent un grand nettoyage appelé ōsōji (大掃除?) les derniers jours de décembre et qui fait office de rite de purification de la maison. On change le papier des shōji, on remplace les objets abîmés, on aère les tatami. Ils doivent aussi avoir liquidé les affaires en cours et réglé leurs dettes avant d'entamer l'ōmisoka, le réveillon du 31 décembre. Il est généralement de mise de faire preuve d'optimisme et de bonne humeur.

On décore ensuite la porte des maisons avec un kadomatsu (門松?) et un shimenawa (標縄?)[2]. On dépose également une offrande dans le tokonoma (床の間?) de la maison surmonté d'un shimenawa : des gâteaux de riz empilés appelés kagami mochi (鏡餅?), généralement au nombre de deux plus une petite orange amère appelée daidai (?)[3].

Visite au temple[modifier | modifier le code]

Il est coutume le 1er janvier, souvent dès minuit suite à l'ōmisoka, de se rendre au sanctuaire shinto, ou au temple bouddhiste, pour le hatsumōde (初詣?), première visite au temple[1]. On y boit le toso (屠蘇?), premier saké de l'année, préparé avec des herbes médicinales et censé garantir bonne santé pour l'année et servi dans des coupelles laquées[4]. On se rend aussi au temple pour prier et pour tirer les prédictions (お神籤, omikuji?) de la nouvelle année. Durant la nuit du 31 décembre, de nombreux temples bouddhistes font sonner cent huit fois (pour chaque péché de la tradition religieuse bouddhique) une cloche[5].

Une attention particulière est également portée au premier lever de soleil de l'année, le hatsuhinode (初日の出), qui « symbolise toutes les promesses heureuses pour l’année à venir »[5].

Vœux et étrennes[modifier | modifier le code]

Article connexe : Cadeaux japonais.
Enveloppes d'otoshidama

Traditionnellement, on rend des visites de politesse à la famille et aux amis, et l'on donne des étrennes aux enfants, appelées otoshidama (お年玉?), coutume qui vient de Chine. Durant le mois de décembre, période ou les salariés reçoivent souvent des bonus, il est courant de s'échanger des cadeaux entre collègues, appelés o-seibo (お歳暮?). D'une valeur d'environ 5 000 yens (environ 30 euros), on offre le plus souvent de la nourriture, de l'alcool ou des objets de décoration pour la maison[6]. Autrefois on montrait également sa reconnaissance à son maître ou son seigneur.

Il est aussi coutume de déposer sous l'oreiller des enfants une image du Takarabune, le navire Sept Divinités du Bonheur (à la base originaire de Chine mais les divinités étaient alors comptées au nombre de 8), pour qu'ils fassent de beaux rêves. Si dans la nuit du 1er janvier, leurs rêves sont beaux, alors la croyance veut que l'année leur soit prospère et douce.

Les vœux se souhaitent en disant « yoi o-toshi o » (よいおとしを?, litt. « bonne année ») jusqu'au 31 décembre, « akemashite omedetō » (あけましておめでとう?, litt. « félicitations à l'aube [de cette nouvelle année] ») à partir du 1er janvier. On souhaite également ses vœux par cartes postales appelées nengajō (年賀状?, litt. « carte de félicitations de l'année »), envoyées afin qu'elles arrivent le 1er janvier, pratique qui remonte à l'époque de Heian[7].

Il est fréquent de fêter la fin d'année et la nouvelle année entre amis ou collègues lors de soirées appelées respectivement bōnenkai (忘年会?) et shinnenkai (新年会?).

Jeux et divertissements[modifier | modifier le code]

Cerfs-volants du Nouvel An

Les filles jouent au volant avec des raquettes, les garçons avec des cerfs-volants.

On joue également à un jeu de cartes dit « des cents poèmes », appelé karuta (かるた?), en famille ou avec des amis.

Cuisine[modifier | modifier le code]

Pour le réveillon, l'ōmisoka, on mange une soupe chaude accompagnée de soba appelées kake (dettes), ce qui symbolise que l'on a payé toutes ses dettes de l'année[8].

Pendant les premiers jours de l'année, la tradition veut que l'on ne fasse rien, même la cuisine. Les mères de famille préparent alors les plats à l'avance et les conservent dans des sortes de boîtes à bentō appelées jūbako prévues à cet effet. Cette cuisine est appelée osechi (御節料理, o-sechi-ryōri?). On déguste également le zōni (雑煮?), un bouillon qui se mange traditionnellement avec des baguettes de saule non laquées et qui se constitue de mochi, légumes et sauce soja ou miso blanc. Il est également coutume de préparer du mochi en famille et de consommer du amazake (saké sucré peu alcoolisé)[5]. Du fait de la grande viscosité du mochi, les étouffements sont fréquents, et sa consommation rapide et abondante provoque chaque année plusieurs morts[9],[10],[11].

Autrefois, on confectionnait également des galettes de riz pilé qui pouvaient se conserver plusieurs semaines. Même lorsqu'elles deviennent très dures, elles peuvent ramollir si on les grille et sont alors mangées dans une soupe avec un peu de sauce soja, mais cela ne constitue pas un plat gastronomiquement intéressant. De nos jours, les gens les achètent toutes prêtes en magasin mais on peut encore en trouver qui sont faites maison, notamment à la campagne.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Lucien Ellington, Japan, ABC-CLIO,‎ 2009 (ISBN 9781598841626, lire en ligne), p. 387
  2. « "Japanese New Year's Day" », sur jpn-miyabi.com (consulté en 2 décembre 2012)
  3. (en) Hideyo Konagaya, « The Christmas Cake: A Japanese Tradition of American Prosperity », The Journal of Popular Culture, vol. 34, no 4,‎ 2001, p. 121–136
  4. (en) Katherine Rupp, Gift-giving in Japan: cash, connections, cosmologies, Stanford University Press,‎ 2003 (ISBN 9780804747042, lire en ligne), p. 117
  5. a, b et c Martin Beaulieu, Comprendre le Japon, Ulysse,‎ 2007 (ISBN 9782894647813), p. 26-27
  6. (en) « Giving Gifts in Japan », sur japan-guide.com (consulté le 6 mai 2009)
  7. Philippe Pons, « Avalanche de vœux au pied du mont Fuji », Le Monde,‎ 1 décembre 2012 (lire en ligne)
  8. Louis Frédéric, Le Japon : Dictionnaire et civilisation, éditions Robert Laffont, Collection Bouquins, 1470 p, (1999) ISBN 2-221-06764-9
  9. (en) Elderly choke on yearend delicacy, Japan Times, le 31 décembre 2000
  10. (en) Four choke to death on 'mochi', Kyodo, Japan Times, le 3 janvier 2007
  11. (en) Boy was among 4,000 annual choking deaths, Kyodo, Japan Times, le 24 octobre 2008

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Takashi Moriyama, L'Abécédaire du Japon, Éditions Picquier poche, 1999, 170 p. (ISBN 2-87730-453-1)
  • François et Mieko Macé, Le Japon d'Edo, Éditions Les Belles Lettres, Collection Guide des belles lettres des civilisations, 2006, 319 p. (ISBN 2-251-41034-1)
  • Dorothée de Boisséson, Le Grand guide du Japon, Éditions Gallimard, collection Bibliothèque du Voyageur, 1994, 423 p. (ISBN 2-07-056861-X)