Nomophobie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La nomophobie est une phobie liée à la peur excessive d'être séparé de son téléphone mobile.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le mot a été inventé au cours d'une étude menée en février 2008 par la UK Post Office qui accrédita YouGov, une organisation de recherche basée au Royaume-Uni, pour observer les angoisses subies par les utilisateurs de téléphones mobiles[1]. Le terme est un mot-valise construit par contraction de l'expression anglaise « no mobile-phone phobia »[2] et désigne alors la peur excessive d'être séparé de son téléphone mobile[3],[4],[5].

Michael Quinion (en) décrit ce néologisme comme une « affreuse chimère étymologique partiellement construite sur le grec ancien », et observe que le sens le plus logique à associer au terme « nomophobie » devrait être celui de « peur excessive des lois », considérant que le grec ancien nomos signifie « loi »[6]. L'écrivain Phil Marso a imaginé le mot « adikphonia » afin de remplacer le terme ambigu nomophobie[7].

Épidémiologie[modifier | modifier le code]

Cette étude a révélé que 53 % des utilisateurs de téléphones mobiles (76 % chez les jeunes de 18 à 24 ans) au Royaume-Uni ont tendance à être anxieux quand leur téléphone est perdu, à court de batterie ou de crédit, ou qu'ils n'ont aucune couverture réseau[1]. Elle a également révélé qu'environ 58 % d'hommes et 48 % de femmes souffrent de cette phobie, et 9 % se sentent stressés lorsqu'ils n'ont pas leur téléphone portable. L'étude a été effectuée à partir d'un échantillonnage de 2 163 personnes et montre que ce phénomène s'est amplifié avec l'avènement des smartphones et des forfaits illimités[8]. 55 % des personnes interrogées ont cité le fait de garder le contact avec leur famille ou leurs amis comme étant la principale raison pour laquelle ils sont anxieux sans leur téléphone portable[9]. 10 % des personnes interrogées disent qu'elles ont besoin d'être joignables à tout moment à cause de leur travail. L'étude montre que le niveau de stress induit par les cas standards de nomophobie est comparable à celui du trac éprouvé lors du jour de son mariage ou à une consultation chez le dentiste[9]. Selon une étude commanditée en 2010 par le fabricant Nokia, les utilisateurs consulteraient leur smartphone 150 fois par jour, soit en moyenne toutes les 6 minutes et 30 secondes, au cours d'une journée de 16 heures[10].

Cependant, user du terme de « phobie » peut paraître quelque peu exagéré car, dans la majorité des cas, il ne s'agit que d'une anxiété banale[11]. Plus d'un nomophobe sur deux affirme ne jamais éteindre son téléphone portable[12].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « Of all the things that you can be stressed of… », The Statesman,‎ 1er avril 2008.
  2. (en) « Nomophobia is the fear of being out of mobile phone contact - and it's the plague of our 24/7 age | News », Thisislondon.co.uk (consulté en 10 août 2011).
  3. (en) « Nomophobia is the fear of being out of mobile phone contact - and it's the plague of our 24/7 age | Mail Online », Dailymail.co.uk,‎ 31 mars 2008 (consulté en 10 août 2011).
  4. (en) Vidéo sur la peur du téléphone mobile sur le site WSTB, page consultée le 7 mars 2012.
  5. (en) « Fashion articles, Images, Pictures, Super models, Fashion designers, Fashion Weeks - Lifestyle @ Mid Day », Mid-day.com (consulté en 10 août 2011).
  6. (en) Michael Quinion, « Nomophobia », sur www.worldwidewords.org (consulté le 20 octobre 2013) : « dreadful faux-Greek ».
  7. Phil Marso, Éd. Megacom-ik, Adikphonia, 2013, 54 p.
  8. « La « nomophobie » : jamais sans mon portable », sur nouvelobs.com,‎ 10 avril 2012.
  9. a et b (en) « 13m Britons have 'no mobile phobia' », Metro.co.uk,‎ 30 mars 2008 (consulté en 10 août 2011).
  10. (en) Ben Spencer, « Mobile users can't leave their phone alone for six minutes and check it up to 150 times a day », sur Daily Mail,‎ 11 février 2013.
  11. (en) « SocialTechPop », Nomophobia vs Gnomophobia (consulté en 20 février 2012).
  12. (en) My Name Is Mo R., And I Am A Nomophobe, février 2009, CBSnews.com. Consulté en août 2011.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]