Phubbing

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le mot-valise phubbing.

Le phubbing, mot-valise anglais formé à partir de phone (« téléphone ») et de snubbing (« snober, repousser ») et qui peut se traduire par « télésnober[1] », est l'acte d'ignorer des personnes physiquement présentes en consultant son smartphone plutôt que de communiquer avec elle. Celui qui se comporte de la sorte est appelé un phubber.

Historique[modifier | modifier le code]

Une jeune femme phubbant son ami, frise sous la sculpture The Meeting Place de Paul Day à la Gare de Saint-Pancras[1].

Ce comportement antisocial des connected people s'est développé avec l'avènement du smartphone, particulièrement dans les pays développés. Au Royaume-Uni où un sondage réalisé en 2013 par la société d'étude de marché YouGov révèle que 54 % des Britanniques déclarent consulter Facebook, Twitter ou d'autres réseaux sociaux tous les jours, 16 % le consultant plus de dix fois par jour et 63 % portant leur téléphone sur eux « presque tout le temps, ou tout le temps ». Un tiers d'entre eux reconnaît être des phubbers, 27 % d'entre eux répondant à un appel téléphonique pendant une conversation en face à face, 30 % en étant au restaurant et 19 % lorsqu'ils sont servis dans un magasin[2]. Selon un sondage Ifop en 2013, 42 % des Français se considèrent nomophobes, 24 % des possesseurs de smartphone le consultent plusieurs fois par heure[3].

Le terme phubbing est lancé en mai 2012 par l'agence McCann pour promouvoir la dernière édition du dictionnaire d'anglais-australien de Macquarie Dictionary (en), l'agence invitant à cette occasion un groupe d'universitaires de l'université de Sydney (lexicographe, phonéticien, cruciverbiste, poète, auteurs) à créer ce néologisme[4].

Afin de diffuser le terme, un responsable de la publicité de l'agence McCann, Alex Haigh, lance en 2013 le site stopphubbing.com[2],[5]. D'autres formes de résistance anti-phubbing se manifestent, comme le phone stacking, « empilement de téléphones » au milieu de la table (si l'un des convives vérifie ses appels pendant le repas, il paie l'addition entière)[6] ; chopes de bière « Offline Glass » conçues dans un bar à Sao Paulo au Brésil et dotées d'une fente à sa base qui ne se redresse que lorsque le smartphone est posé sur la table[7] ; un restaurant de Los Angeles offre une ristourne de 5 % à ses clients qui acceptent de laisser leur portable à l’entrée[8] ; création en France par le directeur d'agence publicitaire Guillaume Villemot[9] de la « Journée Nationale de la Conversation » accompagnée d’un « festival[10] des Conversations »[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]