Michel Sabbah

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sabbah (homonymie).
Michel Sabbah
Image illustrative de l'article Michel Sabbah
Michael Sabbah pendant la messe de Noël à Bethléem en 2006.
Biographie
Naissance 19 mars 1933
Nazareth (Israël)
Évêque de l’Église catholique
Dernier titre ou fonction Patriarche de Jérusalem

Blason
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Michel Sabbah (né à Nazareth le 19 mars 1933) a été patriarche latin de Jérusalem (de 1987 à 2008). Il est le premier arabe d'origine palestinienne à avoir été nommé à cette fonction.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sabbah commence ses études de théologie au Séminaire latin patriarcal de Beit Jala en octobre 1949. Il est ordonné prêtre en juin 1955. Il s'occupe pendant quelques années d'une paroisse puis il est envoyé à l'Université Saint-Joseph de Beyrouth pour y étudier l'arabe et la littérature. Peu après, il devient le directeur d'écoles dépendant du Patriarcat latin, position qu'il conservera jusqu'à la guerre des Six Jours de 1967. Il se rend ensuite à Djibouti où il enseigne la langue et la culture arabe jusqu'en 1973, date à laquelle il commence des études doctorales en philologie à la Sorbonne.

En 1980, il reçoit la charge de président de l'université de Bethléem. En 1987, le pape Jean-Paul II le nomme Patriarche latin de Jérusalem : Sabbah devient ainsi le premier arabe d'origine palestinienne à occuper cette fonction. Il reste à ce poste pendant 21 ans puis s'en retire après avoir atteint l'âge limite de 75 ans, le 19 mars 2008.

Depuis 1999, Sabbah est le président de Pax Christi, une organisation catholique de promotion de la paix. Il est également le Grand Prieur de l'Ordre du Saint-Sépulcre de Jérusalem, un ordre chevalier fondé en 1099.

Prises de position[modifier | modifier le code]

Sabbah a pris position pour la solution à deux États (la coexistence d'un État palestinien et d'Israël) et le droit de retour des réfugiés palestiniens[réf. nécessaire]. Il a critiqué la barrière de séparation israélienne et appelé à la fin de l'occupation de la Cisjordanie[1].

Citations[modifier | modifier le code]

  • « Il faut croire dans notre capacité d’aimer, nous tous, Israéliens et Palestiniens. Nous sommes capables d’aimer et de faire justice pour nous-mêmes et pour les autres. » (11 avril 2006)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. www.americancatholic.org, février 2002 (consulté le 4 juillet 2009)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]