Messey-sur-Grosne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Messey-sur-Grosne
Le château de Messey-sur-Grosne.
Le château de Messey-sur-Grosne.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne
Département Saône-et-Loire
Arrondissement Chalon-sur-Saône
Canton Buxy
Intercommunalité Communauté de communes du Sud de la Côte chalonnaise
Maire
Mandat
Alexandre Duparay
2014-2020
Code postal 71390
Code commune 71296
Démographie
Population
municipale
740 hab. (2011)
Densité 49 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 38′ 40″ N 4° 44′ 40″ E / 46.6444444444, 4.7444444444446° 38′ 40″ Nord 4° 44′ 40″ Est / 46.6444444444, 4.74444444444  
Altitude Min. 181 m – Max. 224 m
Superficie 15,21 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Messey-sur-Grosne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Messey-sur-Grosne
Liens
Site web www.messey-sur-grosne.fr

Messey-sur-Grosne est une commune française, située dans le département de Saône-et-Loire en région Bourgogne. Les habitants se nomment les Messouillats. Elle compte un peu plus de 800 habitants.

Géographie[modifier | modifier le code]

Messey-sur-Grosne est situé en Saône-et-Loire (Bourgogne), au sud de Chalon-sur-Saône.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Jully-lès-Buxy Saint-Ambreuil Rose des vents
Chenôves
Saint-Boil
N Lalheue
La Chapelle-de-Bragny
O    Messey-sur-Grosne    E
S
Santilly

Lieux-dits[modifier | modifier le code]

Messey a des hameaux : Saint-Nicolas et la Chapelle.

Accès et transports[modifier | modifier le code]

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Situé entre les premiers contreforts de la Côte Chalonnaise et la vallée de la Grosne. Paysage rural. Situé près de la forêt de la Ferté.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Une rivière passe dans la commune, elle se nomme la Grosne. Mais elle n'est pas la seule, on y trouve aussi la Goutteuse.

Climatologie[modifier | modifier le code]

C'est un climat tempéré à légère tendance continentale avec des étés chauds et des hivers froids[1], avec une amplitude thermique assez importante entre ces deux saisons. Les précipitations sont assez hétérogènes sur l'année, avec un mois de mai le plus pluvieux de l'année. Le vent qui souffle une partie de l'année est la bise.

Valeurs climatiques de Dijon et Mâcon, car Messey-sur-Grosne est situé entre ces deux villes.

Dijon

Pour la ville de Dijon (316 m), les valeurs climatiques jusqu'à 1990 :

Relevés Dijon ????-1990
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −1 0,1 2,2 5 8,7 12 14,1 13,7 10,9 7,2 2,5 −0,2 6,3
Température moyenne (°C) 1,6 3,6 6,5 9,8 13,7 17,2 19,7 19,1 16,1 11,3 5,6 2,3 10,5
Température maximale moyenne (°C) 4,2 7 10,8 14,7 18,7 22,4 25,3 24,5 21,3 15,5 8,6 4,8 14,8
Précipitations (mm) 49,2 52,5 52,8 52,2 86,3 62,4 51 65,4 66,6 57,6 64,2 62 732,2
Source : Infoclimat : Dijon (????-1990)[2]


Mâcon

Pour la ville de Mâcon (216 m), les valeurs climatiques de 1961 à 1990 :

Relevés Mâcon 1961-1990
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −0,6 0,7 2,5 5,2 8,9 12,3 12,4 13,9 11,1 7,5 2,9 0,1 6,6
Température moyenne (°C) 2,1 4 6,8 10 13,9 17,5 20,1 19,4 16,4 11,7 6 2,7 10,9
Température maximale moyenne (°C) 4,9 7,3 11,1 14,8 18,9 22,8 25,7 24,9 21,7 15,9 9,1 5,3 15,2
Précipitations (mm) 66,3 60,9 58,7 69,4 85,9 74,7 58,1 77,1 75,7 71,7 72,7 70,4 841,4
Source : Infoclimat : Mâcon (1961-1990)[3]


Histoire[modifier | modifier le code]

Construction du Château de Messey-sur-Grosne aux XIIIe siècle[4]. En 854, Charles le Chauve donna ce village aux moines de Saint-Philibert de Tournus[4].

Toponymie[modifier | modifier le code]

À l'époque gallo-romaine, ce village s’appelait Messeyum[4].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 en cours Alexandre Duparay    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 740 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
964 964 979 1 096 1 135 1 225 1 155 1 149 1 226
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 274 1 243 1 238 1 148 1 100 1 085 1 027 962 909
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
840 810 759 636 618 560 549 461 450
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
434 385 316 434 574 626 711 723 740
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique


Vie locale[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Cette commune possède une école de 92 élèves en 2011-2012, avec des classes en maternelle et primaire[4]. C'est l'association Les Lutins qui assure la cantine et le péri-scolaire (garderie)[7]. Il y aura très bientôt (en 2012) une bibliothèque[8].

Santé[modifier | modifier le code]

Il n'y a pas de médecin généraliste dans ce village. Le centre hospitalier le plus proche se situe à Chalon-sur-Saône.

Cultes[modifier | modifier le code]

Culte catholique dans l'église du village.

Sports[modifier | modifier le code]

Ce village possède un terrain multi-sport[4].

Associations[modifier | modifier le code]

Il y a une dizaine d'associations dans la commune : Les Lutins, Messey Entraide, CCAS[4]...Le FOYER RURAL

Manifestations[modifier | modifier le code]

Les manifestations de Messey Entraide et Les Lutins. Il y a aussi la randonnée La Messouillate et Rencontre Passions Loisirs du CCAS.

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Il y a dans la commune, en commerces : une boulangerie-pâtisserie et un bar-tabac-presse[4]. Il y a également un garage automobile, un électricien, un plombier, deux ferronniers, un plaquiste, un menuisier, une entreprise de travaux publics et trois exploitations agricoles dont un centre équestre[4].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. André Dominé : Le vin, « La Bourgogne », p. 181.
  2. Archives climatologiques mensuelles - Dijon (????-1990) Consulté le 17 décembre 2008
  3. Archives climatologiques mensuelles - Mâcon (1961-1990) Consulté le 17 décembre 2008
  4. a, b, c, d, e, f, g et h Le Journal de Saône-et-Loire, édition du mardi 20 décembre 2011, page local Chalon, Un jour, une commune : Messey-sur-Grosne, p.  16
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  7. Site de la commune de Messey-sur-Grosne, page sur la péri-scolaire, Consulté le 15 février 2012.
  8. Le Journal de Saône-et-Loire, édition du mardi 20 décembre 2011, page local Chalon, Un jour, une commune : Messey-sur-Grosne, p.  17

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :