Marco Basaiti

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Christ priant au mont des oliviers, 1516
Gallerie dell'Accademia de Venise
Les Fils de Zébédée, 1510
Gallerie dell'Accademia de Venise

Marco Basaiti (~1470 - après 1530) est un peintre de l'école vénitienne, considéré comme le rival de Giovanni Bellini.

Biographie[modifier | modifier le code]

Originaire des Balkans, sa date exacte de naissance et celle de son arrivée à Venise ne sont pas connues, mais il y travaille autour de 1496 à l'atelier d'Alvise Vivarini. Il réalise des tableaux à sujet religieux et des portraits. Il utilise des couleurs vives, contrairement aux usages de l'époque.

Son premier travail documenté a été un portrait de jeune homme en 1496. Mais ce n'est qu'avec le temps, qu'est apparu de toute évidence sa tendance à créer des mélanges de couleurs et des figures imposantes dans le style d'Alvise Vivarini. Les exemples les plus significatifs à cet égard sont les tableaux de Saint Marc et le Christ mort, avec saint Sébastien et saint Jérôme, à l'église des Frari à Venise. Après la mort de Vivarini, Basaiti a terminé le retable de saint Ambroise, dans la chapelle des Milanais de Santa Maria Gloriosa dei Frari.

Il reste en lien avec la tradition du Quattocento, sous l'influence de Giovanni Bellini et Giorgione, avec ses mélanges raffinés de couleurs. Mais il apporte une vision et une interprétation de la nature plus réelle et émotionnelle, jusqu'à la période de La Déposition et de La Vocation des fils de Zébédée (1510), avec ses vues spectaculaires sur une nature fertile et des figures lumineuses enveloppées dans un jeu de lumière et d'ombre.

L'impact sur le spectateur est également très efficace, dans Le Christ ressuscité, avec l'effet des nuages enveloppant le château, dans La Vierge adorant l'Enfant, et dans La Prière du Mont des Oliviers (1515), dans laquelle on observe une contraste entre le paysage d'une grande douceur et les figures poétiques et rigoureuses des Apôtres[1].

Son nom a parfois été confondu avec celui de son collègue Andrea Busati, et ce malentendu a créé quelques difficultés dans la reconstruction biographique des deux peintres.

Marie-Madeleine, v. 1515
Musée des beaux-arts de Lyon

Œuvres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. "Le muse", De Agostini, Novara, 1964, Vol.II, pag.95-96
  2. Giovanna Nepi Sciré, La Peinture dans les Musées de Venise, Editions Place des Victoires,‎ 2008, 605 p. (ISBN 978-2-8099-0019-4), p.66
  3. James Stourton, Petits Musées, grandes collections : Promenade à travers l’Europe, Scala,‎ 2003, p. 129

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]