Macropodidae

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les Macropodidés (ou Macropodidae) forment une famille de marsupiaux qui comprend les kangourous, les wallabies, les petrogales, les dendrolagues, les thylogales et quelques autres espèces. Ils vivent tous soit en Australie, soit en Nouvelle-Guinée, soit en Indonésie. Avant l'arrivée des européens, 53 espèces existaient en Australie, dont six ont disparu et onze ont fortement diminué en nombre. Un certain nombre d'espèces avaient déjà disparu avec l'arrivée des aborigènes (Simothanurus, Propleopus, Macropus titan, etc...).

Description[modifier | modifier le code]

Les différents macropodidés ont des tailles très variables mais la plupart ont de très grandes pattes arrières et une queue longue et musclée. Le terme macropodidé dérive du grec et signifie « à longs pieds » ; la plupart ont de très longues et étroites pattes arrières avec des orteils à la disposition particulière: le quatrième orteil est très long et très puissant, le cinquième l'est moins que le quatrième; le deuxième et le troisième orteils sont fusionnés, le premier est absent. Les pattes avant sont courtes et possèdent cinq doigts séparés. Quelques macropodidés n'ont que sept os au niveau du poignet (« carpe ») au lieu des huit habituels, par fusion du scaphoïde avec le semi-lunaire. Tous ont des têtes relativement petites avec de grandes oreilles à l'exception des kangourous arboricoles qui ont besoin de pouvoir se déplacer rapidement entre les branches des arbres.

Comportement[modifier | modifier le code]

Alimentation[modifier | modifier le code]

Les Macropodidae sont des animaux herbivores: quelques-uns se nourrissent de feuilles ou de tiges mais la plupart broutent de l'herbe et sont équipés de dents adaptées à leur alimentation, leur permettant de couper les herbes puis d'écraser les fibres. En général les macropodidés ont une rangée de puissantes incisives, pas de canines et donc un intervalle libre avant les molaires. Les molaires n'apparaissent pas toutes à la fois mais une nouvelle génération apparait une fois que la série précédente a été usée par l'abrasion des végétaux et est tombée. La plupart des marsupiaux ont ainsi quatre générations de molaires et lorsque la dernière génération est devenue hors d'usage, les animaux meurent de faim.

Comme les ruminants placentaires de l'hémisphère nord (moutons, bovidés, etc.), les macrpodidae ont un système digestif spécial qui utilise de fortes quantités de bactéries ou de champignons pour dégrader les fibres dans la première poche de leur estomac. Si les détails de l'organisation de leur système digestif sont assez différents, les résultats sont assez semblables.

Reproduction[modifier | modifier le code]

À la naissance les jeunes sont très petits et la poche marsupiale s'ouvre vers l'avant.

Locomotion[modifier | modifier le code]

Il y a un lien entre la respiration et les sauts des kangourous. Lorsque les pattes arrières quittent le sol, l'air est expulsé des poumons par une sorte de piston interne; lorsqu'elles reviennent vers l'avant avant de se reposer, les poumons se remplissent en consommant très peu d'énergie.

Des études sur les kangourous et les wallabies ont démontré que, outre la faible consommation d'énergie nécessaire pour de déplacer en sautant, l'augmentation de vitesse s'accompagne d'un minime effort supplémentaire (qui n'est pas du tout comparable à celui dont ont besoin les autres animaux comme les chevaux, les chiens et même les hommes). De même une augmentation de poids s'accompagne d'une faible surconsommation d'énergie ce qui est important pour les femelles qui charrient leurs petits dans leur poche marsupiale.

La possibilité pour les grands macropodidés de survivre avec une nourriture de mauvaise qualité, à faible valeur énergétique et de pouvoir voyager sur de grandes distances à grande vitesse sans consommer beaucoup d'énergie (pour atteindre une nourriture fraîche, un point d'eau ou échapper aux prédateurs) a été un facteur crucial pour le succès de leur évolution sur un continent qui, avec la faible fertilité de ses sols et sa faible et imprévisible pluviométrie, offre des possibilités très limitées de développement.

Classification[modifier | modifier le code]

Les macropodidae sont divisés en deux sous familles:

Liste des genres[modifier | modifier le code]

Selon Haaramo, M., Mikko's Phylogeny Archive: Macropodidae - kenguroos:

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le code]