Ligne du Mans à Angers-Maître-École

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ligne du
Mans à Angers-Maître-École
⇒ Voir la carte de la ligne ⇐
Carte de la ligne
⇒ Voir l'illustration ⇐
Un TGV traverse, sans arrêt, la gare de Morannes.
Pays Drapeau de la France France
Villes desservies Le Mans, Sablé-sur-Sarthe, Angers
Historique
Mise en service 1863
Concessionnaires Ouest (1855 – 1908)
État (non concédée) (1908 – 1938)
SNCF (1938 – 1997)
RFF (depuis 1997)
Caractéristiques techniques
Numéro officiel 450 000
Longueur 95,279 km
Écartement Voie normale (1,435 m)
Électrification

25 kV – 50 Hz

Pente ou rampe maximale 6 ‰
Nombre de voies Double voie
Signalisation BAL
Trafic
Propriétaire RFF
Exploitant(s) SNCF
Trafic TGV, TER, Fret SNCF
Schéma de la ligne

La ligne du Mans à Angers-Maître-École est une ligne de chemin de fer française d'une longueur de 95 kilomètres, qui dispose de deux voies à écartement standard et est électrifiée. Elle relie les gares du Mans et d'Angers-Maître-École, via celle de Sablé. Elle est entièrement située dans la région Pays de la Loire.

Elle est mise en service en 1863 par la Compagnie des chemins de fer de l'Ouest.

Elle constitue la ligne 450 000 du réseau ferré national.

Histoire[modifier | modifier le code]

Chronologie[modifier | modifier le code]

Origine de la ligne[modifier | modifier le code]

Les 2 février et 6 avril 1855 est signé une convention entre le ministre des Travaux publics et les compagnie des chemin de fer de Paris à Saint-Germain, de Paris à Rouen, de Rouen au Havre, de l'Ouest, de Paris à Caen et à Cherbourg. Cette convention organise la fusion de ces compagnies au sein de la Compagnie des chemins de fer de l'Ouest. En outre elle concède à titre définitif à la compagnie, parmi d'autres lignes, un embranchement du Mans à Angers. L'article 2 de la convention prévoit un délai de 9 ans pour la construction de la ligne[3]. Cette convention est approuvée par décret impérial le 7 avril 1855[4]. Néanmoins lors de la concession du chemin de fer de Tours au Mans le 16 août 1853, à la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans (PO), une clause « interdit pendant onze ans la mise en exploitation de la ligne du Mans à Angers », ce qui amène la Compagnie de l'Ouest à rechercher un accord pour réduire ce délais. L'accord intervient en 1857[1].

Le Mans à Sablé[modifier | modifier le code]

L'approbation du tracé du Mans à Sablé intervient le 31 mars 1858 et la compagnie commence les travaux au printemps 1860, par un chantier de 2,2 millions de francs en 1860. Les principales contraintes concernent la réalisation d'importantes tranchées : prés du Mans 134 000 m3, à Noyen 300 000 m3 et avant l'arrivée à Sablé 360 000 m3 ; et les viaducs nécessaires aux franchissements des rivières et des vallées, notamment : la Sarthe (plusieurs fois), son canal latéral, l'Orne champenoise, la Vègre et sa vallée, l'Erve et sa vallée, ainsi que les stations intermédiaires de : Voivres, La Suze, Noyen, Avoise, Juigné et celle de Sablé, terminus provisoire en attendant l'ouverture de la section suivante[1].

Les ouvrages d'art sont terminés en 1861 et la compagnie ouvre à l'exploitation les 48 kilomètres de la section du Mans à Sablé le 23 mars 1863[1].

Sablé à Angers[modifier | modifier le code]

Le tracé de la section de Sablé à Angers, dont quelques kilomètres avaient déjà été approuvés, est accepté en 1861. Débuté à la fin de l'année 1861, le chantier est entrepris sur toute la ligne en 1862, il concerne notamment la réalisation des deux seuls importants ouvrages d'art de la section que sont le viaduc de Sablé et celui de la vallée du Loir. Le reste de la section n'a pas de difficultés particulières et est donc construit facilement. Les stations intermédiaires sont : Princé - Précigné, Morannes, Étriché - Châteauneuf, Tiercé, Saint-Sylvain - Briollay, Écouflant. La gare de bifurcation d'Angers-Maître-École de la ligne de Tours à Nantes est réaménagée pour le service des deux lignes, par la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans[2].

Les 47 kilomètres de la section de Sablé à Angers et l'ensemble de la ligne du Mans à Angers, sont ouverts à l'exploitation par la compagnie de l'Ouest le 7 décembre 1863[2].

Électrification[modifier | modifier le code]

La ligne a été électrifiée le 16 septembre 1983[5] : de la sortie du Mans à la section de séparation du PK 215,028 ainsi que le raccordement de Saint-Georges en 1,5 kV - continu, du PK 215,028 à Angers en 25 kV - 50 Hz.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Tracé[modifier | modifier le code]

C'est une ligne à double voie au très bon profil, les déclivités ne dépassent pas 6 ‰. Le rayon des courbes est compris entre 1 000 et 2 000 mètres ce qui permet des vitesses élevées.

La ligne débute en gare du Mans qu'elle quitte en direction du nord-ouest avant d'engager une grande courbe sur la gauche pour s'installer en direction du sud-ouest dans la vallée de la Sarthe en coupant par les plateaux les méandre de la rivière. Elle traverse la gare de Voivres et franchi la Sarthe par un viaduc peut avant d'arriver en gare de La Suze. Le tracé s'infléchit vers l'ouest et franchi de nouveau la Sarthe avant d'arriver en gare de Noyen. Maintenant en direction de l'ouest, elle passe sous l'autoroute A11 traverse la gare fermée d'Avoise, franchit le viaduc de la Gaudine, sur la Vègre, et passe la gare fermée de Juigné-sur-Sarthe avant de se diriger vers le sud ouest pour rejoindre la gare de Sablé à l'ouest de Sablé-sur-Sarthe[6],[1].

Après Sablé, le tracé s'oriente plein sud et passe sur la rive gauche de la Sarthe en la franchissant une nouvelle fois, sur un viaduc, pour éviter les collines de la rive droite. La ligne passe par les gares de Pincé - Précigné (fermée), Morannes, Étriché - Châteauneuf, Tiercé et du Vieux-Briollay avant de franchir le Loir. Le tracé s'oriente légèrement est pour éviter une zone humide, puis traverse l'ancienne gare de Saint-Sylvain - Briollay avant de passer par celle d'Écouflant. Il reste à passer sous l'autoroute A11 avant d'arriver en gare d'Angers-Maître-École où elle se prolonge par la ligne de Tours à Saint-Nazaire[7],[2].

Équipement[modifier | modifier le code]

Elle est équipée du block automatique lumineux (BAL)[8], du système de contrôle de vitesse par balises (KVB)[9] et d'un système de liaison radio sol-train de type GSM-R[10].

Vitesses limites[modifier | modifier le code]

Vitesses limites de la ligne en 2014 pour les TGV, catégorie de trains qui possèdent les limites les plus élevées, en sens impair (certaines catégories de trains, comme les trains de marchandises, possèdent des limites plus faibles)[11] :

De (PK) À (PK) Limite (km/h)
Le Mans PK 220,4 160
PK 220,4 PK 261,8 220
PK 261,8 PK 282,9 210
PK 282,9 PK 294,2 220
PK 294,2 PK 295,4 160
PK 295,4 PK 301,5 190
PK 301,5 Angers 150

Exploitation[modifier | modifier le code]

La ligne voit circuler des TGV Atlantique reliant Paris-Montparnasse à Nantes et au Croisic ainsi que des TER Pays de la Loire.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Palau, mai 2001, p. 185
  2. a, b, c et d Palau, mai 2001, p. 218
  3. « Convention relative à la fusion des chemins de fer normands et bretons », Bulletin des lois de l'Empire Français, Paris, Imprimerie Impériale, série XI, vol. 5, no 292,‎ 1855, p. 818 - 828 (lire en ligne).
  4. « N° 2877 - Décret impérial qui approuve la convention passée les 2 février et 6 avril 1855 entre le ministre de l'agriculture, du commerce et des travaux publics, et les compagnies du chemin de fer de Paris à Saint-Germain, de Paris à Rouen, etc : 7 avril 1855 », Bulletin des lois de l'Empire Français, Paris, Imprimerie Impériale, série XI, vol. 6, no 313,‎ 1855, p. 57 - 58 (lire en ligne).
  5. Revue : Chemins de fer, éditée par l'AFAC, no 393 de décembre 1988, page 265.
  6. Site google.fr/maps carte du Mans à Sablé-sur-Sarthe (consulté le 15 mars 2014).
  7. Site google.fr/maps carte de Sablé-sur-Sarthe à Angers (consulté le 15 mars 2014).
  8. Document de référence du réseau ferré national, horaire de service 2014, annexe 6.6
  9. Document de référence du réseau ferré national, horaire de service 2014, annexe 6.7
  10. Document de référence du réseau ferré national, horaire de service 2014, annexe 6.8
  11. Renseignements techniques SNCF/RFF, version de janvier 2013

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • François et Maguy Palau, « 6.4 Le Mans-Sablé : 23 mars 1863 », « 6.27 Sablé-Angers : 7 décembre 1863 », dans Le rail en France : le second Empire, tome 2 (1858-1863), édition Palau, Paris, mai 2001 (ISBN 2-950-94212-1), p. 205

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :