Les Désastreuses Aventures des orphelins Baudelaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
L'intégrale de la série de livres Les désastreuses aventures des orphelins Baudelaire.

Les Désastreuses Aventures des orphelins Baudelaire[1] (A Series of Unfortunate Events en version originale) est une série de treize romans pour la jeunesse publiés entre 1999 et 2006. Ceux-ci ont été écrits par l'écrivain Daniel Handler sous le pseudonyme de Lemony Snicket, et illustrés par Brett Helquist. En France, la série est actuellement traduite par Rose-Marie Vassalo aux éditions Nathan.

À travers treize tomes, la série décrit les malheurs de Violette, Klaus et Prunille, après l'incendie ayant coûté la vie à leurs parents. Si leur persévérance leur permet régulièrement d'échapper aux manigances du Comte Olaf, personnage machiavélique prêt à tout pour s'emparer de leur fortune par tous les moyens possibles, leurs talents respectifs ne réussissent pas à les sortir d'une série de catastrophes en tous genres qui ne cessent de s'abattre sur eux.

La série s'est fait entre autres connaître pour sa narration résolument pessimiste, son humour noir, son narrateur méta-fictif Lemony Snicket, et ses références constantes à la littérature et la culture en général. Traduits en 41 langues à ce jour, on estime que plus de 55 millions d'exemplaires de ces romans ont été vendus à travers le monde.

Publication[modifier | modifier le code]

Tridécalogie[modifier | modifier le code]

  1. Tout commence mal... (1999) (ISBN 2092823531)
    • Titre original : The Bad Beginning
    • Titre québécois : Nés sous une mauvaise étoile
  2. Le Laboratoire aux serpents (1999) (ISBN 2092110349)
    • Titre original : The Reptile Room
    • Titre québécois : Le laboratoire aux reptiles
  3. Ouragan sur le lac (2000) (ISBN 2092823566)
    • Titre original : The Wide Window
  4. Cauchemar à la scierie (2000) (ISBN 2092823574)
    • Titre original : The Miserable Mill
  5. Piège au collège (2000) (ISBN 2092825992)
    • Titre original : The Austere Academy
  6. Ascenseur pour la peur (2001) (ISBN 209282600X)
    • Titre original : The Ersatz Elevator
  7. L'Arbre aux corbeaux (2001) (ISBN 2092826077)
    • Titre original : The Vile Village
  8. Panique à la clinique (2001) (ISBN 2092826085)
    • Titre original : The Hostile Hospital
  9. La Fête féroce (2002) (ISBN 2092504320)
    • Titre original : The Carnivorous Carnival
  10. La Pente Glissante (2003)
    • Titre original : The Slippery Slope
  11. La Grotte Gorgone (2004) (ISBN 2092506781)
    • Titre original : The Grim Grotto
  12. Le Pénultième Péril (2005) (ISBN 209250679X)
    • Titre original : The Penultimate Peril
  13. La Fin (2006) (ISBN 2092506803)
    • Titre original : The End

Hors-série[modifier | modifier le code]

  1. Lemony Snicket : L'autobiographie non autorisée (2002) (ISBN 2092508679)
    • Titre original : Lemony Snicket: The Unauthorized Autobiography
  2. The Beatrice Letters (2006) (ISBN 0060586583)
    • Non traduit en français à l'heure actuelle.

État de la traduction[modifier | modifier le code]

  • La traduction québécoise de la série est en fait une réadaptation de la traduction française de Rose-Marie Vassalo (justifiée par les différences linguistiques).
  • The Beatrice Letters n'a pas encore été traduit, et le projet semble abandonné ; bien qu'aucune annonce officielle n'ait été faite par Nathan, Rose-Marie Vassalo a pu évoquer la difficulté de commercialiser le produit ainsi que des problèmes de traduction difficilement surmontables (le livre est organisé en partie sur des jeux de mots parfois intraduisibles). La France demeure néanmoins un des rares pays à avoir réalisé une traduction de l'Autobiographie.
  • Bien que des éditions "de luxe" des deux premiers tomes aient été lancées par Nathan, elles ne comportent pas les nouvelles annotations de Lemony Snicket qu'on peut trouver dans leur équivalent original, The Bad Beginning : Rare Edition.
  • La traduction de Rose-Marie Vassalo est controversée car elle semble supprimer certains des passages les plus adultes

Auteur[modifier | modifier le code]

Lemony Snicket est le pseudonyme de Daniel Handler, un jeune écrivain qui a commencé par écrire des romans pour adultes avant d'acquérir une grande notoriété au Canada et aux États-Unis puis en Europe grâce aux Désastreuses Aventures des orphelins Baudelaire.

Lemony Snicket, né aux États-Unis, habiterait aujourd'hui à San Francisco mais protègerait jalousement sa vie privée : « Lemony Snicket n'apparaît jamais en public, car il est l'objet d'une conspiration sur le web ». C'est donc Daniel Handler qui remplit ses obligations à sa place.

Au fil des volumes, le personnage de Lemony Snicket lui-même est de plus en plus lié à l'histoire des orphelins Baudelaire et du comte Olaf (de même qu'à la mystérieuse Beatrice à qui il dédicace tous les livres de la série).

Personnages principaux[modifier | modifier le code]

Personnages principaux :

Violette Baudelaire
Aînée du trio Baudelaire, quatorze ans, droitière, Violette est très douée pour inventer des engins farfelus avec tout ce qu’elle peut trouver. Pour inventer ou réfléchir l’aînée s’attache les cheveux pour ne pas être dérangée par une mèche. Violette adore faire des ricochets. Elle souffre d'une allergie aux bonbons à la menthe, qui se traduit par une crise d'urticaire violente et instantanée. Elle aurait hérité cette allergie de ses deux parents. La couleur qu'elle déteste le plus reste le rose pétant. Elle aime profondément son frère et sa sœur et fait tout pour les protéger, parfois au péril de sa propre vie.
Klaus Baudelaire
L’unique garçon du trio, douze ans et des poussières (il a 13 ans dans le tome 7, L'arbre aux corbeaux), porte des lunettes rondes. Klaus adore lire et surtout apprendre. Il est très intelligent et retient tout ce qu'il lit. Comme ses sœurs, Klaus souffre d’une allergie aux bonbons à la menthe, qui se traduit par un gonflement instantané de sa langue, ce qui gêne son élocution. Il aurait hérité cette allergie de ses deux parents. Comme sa sœur Violette, la couleur qu’il déteste le plus est le rose bonbon. Comparé à sa sœur Violette, Klaus est un peu moins courageux, panique plus vite et tend à se plaindre beaucoup plus facilement.
Prunille Baudelaire
La benjamine adore mordre tout ce qui se présente. Prunille a quatre belles dents aussi tranchantes que celles d’un castor. Elle s’exprime dans un langage que seuls sa sœur et son frère peuvent comprendre. Prunille n'aime pas mordre les choses molles. Dans le dixième tome elle se découvre une passion pour la cuisine, passion qu'elle développera dans les trois derniers tomes. Sa première création est la pointe de cannelle dans le chocolat. Prunille est allergique aux bonbons à la menthe, comme sa sœur et son frère en ayant les mêmes symptômes que ses frère et sœur, or, les deux en même temps.
Le comte Olaf
Le comte Olaf est dans le tome 1 le nouveau tuteur légal des orphelins. Il est méchant, vil, insensible, incendiaire, usurpateur et menteur. Il a un œil tatoué sur sa cheville. Il est très grand, très maigre et son costume est tout gris comme un rat et maculé de taches sombres. Son menton n’est pas rasé et il a des sourcils soudés. Le comte Olaf a une troupe de théâtre qui comporte un chauve au nez interminable ; deux femmes au visage si poudré de blanc qu’on les aurait prises pour des fantômes ; un grand diable aux bras très longs, très maigre, avec des crochets à la place des mains ; une créature si obèse qu’elle ne semblait ni homme ni femme et Esmé qui devient ensuite la petite amie d'Olaf. Sont ensuite recrutés par Esmé : Otto, Bretzella et Féval, des monstres de Caligaries Folies.

Autres éléments de la série[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

Il y a 13 romans divisés chacun en 13 chapitres (sauf le dernier : 14 chapitres) des Désastreuses Aventures des orphelins Baudelaire (ce qui devrait normalement porter malheur au lecteur).

  • Tome I : Tout commence mal
  • Tome II : Le laboratoire aux serpents
  • Tome III : Ouragan sur le lac
  • Tome IV : Cauchemar à la scierie
  • Tome V : Piège au collège
  • Tome VI : Ascenseur pour la peur
  • Tome VII : L'Arbre aux corbeaux
  • Tome VIII : Panique à la clinique
  • Tome IX : La Fête féroce
  • Tome X : La Pente glissante
  • Tome XI : La Grotte Gorgone
  • Tome XII : Le Pénultième Péril
  • Tome XIII : La Fin

Commentaires[modifier | modifier le code]

Allitérations[modifier | modifier le code]

Tous les titres de Lemony Snicket en version originale contiennent des allitérations (The Bad Beginning, The Ersatz Elevator, The Carnivorous Carnival...) également notables dans les noms de lieux (The Briny Beach, Damocles Dock, Heimlich Hospital, Gorgonian Grotto...), d'objets (The Medusoid Mycelium...) ou de personnages (Montgomery Montgomery, Quigley Quagmire,...). Hélas, ces allitérations n'ont pas toujours pu être retranscrites dans la traduction française. Heureusement, la traductrice a toujours pu (pour les titres) remplacer les allitérations impossibles par des sonorités similaires ("Panique à la clinique, par exemple, ou "Ascenceur pour la peur)

Style[modifier | modifier le code]

Lemony Snicket a un style narratif très particulier et immédiatement reconnaissable :

  • L'humour caustique développé par l'auteur tourne parfois au cynisme, ce qui s'explique probablement par un passé émaillé de coups du sort et autres catastrophes. Cet état d'esprit nous vaut des commentaires amers tels que : « La triste vérité est que la vérité est triste... ».
  • Il arrive souvent que Snicket anticipe sur la suite des évènements, ce qui ne l'empêche pas d'entretenir un certain suspense.
  • À cet égard, les surprises ne manquent pas au fil des pages : il peut arriver par exemple que celles-ci soient vierges de tout message ou imprimées à l'envers.
  • Si la langue utilisée reste assez simple, les allusions littéraires sont nombreuses et le vocabulaire est parfois soutenu.
  • Lemony Snicket donne ainsi la définition des expressions et des termes qui pourraient sembler compliqués. Introduites par la formule « mot / expression qui signifie ici... », ces définitions sont toutefois assez insolites et, bien souvent, elles ne s'appliquent qu'au contexte en laissant de côté la signification générale.
  • Le narrateur abandonne parfois le fil du récit pour parler de tout autre chose (qu'il s'agisse de sa vie personnelle ou de faits divers). Le lecteur voit alors se brouiller la piste qu'il s'efforçait de suivre et se demande souvent où l'auteur veut en venir. Au fur et à mesure des tomes, on s'aperçoit néanmoins que ces digressions ne sont pas sans importance et peuvent même révéler des détails indispensables à la compréhension globale de l'intrigue.
  • En dépit du caractère absurde de la série, son auteur persiste à affirmer que ces chroniques sont bel et bien authentiques et qu'il est de son « devoir » de les retranscrire.
  • Dès que l'histoire menace de devenir déprimante, Lemony Snicket conseille au lecteur d'arrêter sa lecture afin d'imaginer une issue heureuse aux pérégrinations des orphelins.
  • Tous les tomes sont dédicacés à Béatrice, une femme jadis aimée dont le destin semble intimement lié à celui des parents Baudelaire.
  • Chaque prise de parole de Prunille, qui devrait nous sembler incompréhensible dans les premiers tomes de la série, est scrupuleusement "traduite" par Snicket. Au fil du temps, les propos tenus par la benjamine des Baudelaire deviennent toutefois riches d'une symbolique accessible aux lecteurs les plus avertis (leur sens reposant sur des allusions linguistiques ou culturelles souvent subtiles; par exemple, au lieu de "de rien, elle dit: "Denada"), mais l'auteur continue à les interpréter.
  • Lemony Snicket ne se prive pas de critiquer et de parodier une certaine littérature enfantine dont il déplore la mièvrerie.
  • Dans ses résumés, Lemony Snicket vise toujours à dissuader le lecteur de prêter quelconque attention à ses livres (par exemple quand il dit: "Je te conseillerais bien de jeter ce livre", tome 8), cela participant sans doute à une démarche inverse, consistant à pousser le futur lecteur à découvrir l'intrigue de ses livres.

Divers[modifier | modifier le code]

La série est organisée en treize tomes comportant treize chapitres chacun. Censé porter malheur, ce nombre est d'ailleurs récurrent au sein même des ouvrages. Dans le même ordre d'idée, la treizième et dernière aventure des orphelins Baudelaire était attendue un vendredi 13 (octobre) dans les librairies américaines.

Sur les couvertures, on peut observer une frise ornant le cadre dont les motifs révèlent un des aspects du tome en question (des yeux pour le tome I, des serpents pour le tome II, des vagues pour le tome III , ces dessins étant disponibles uniquement sur les livres grand format de Nathan…) .

La dernière illustration fournit également un indice quant au contenu du tome suivant. Le lecteur doit donc se montrer attentif au moindre détail.

  • Dans les dernières pages du tome I, un serpent est enlacé autour d'un réverbère ;
  • Dans celles du tome II, un homme porte un vêtement orné d'une inscription en anglais signifiant « Sangsues Chaudelarmes » ;
  • Dans celles du tome III, vers l'arrière plan, on peut apercevoir une pancarte avec deux yeux ;
  • Dans celles du tome IV, on voit en bas de l'immeuble un car avec divers enfants à l'intérieur ;
  • Dans celles du tome V, on voit Isadora et Duncan Beauxdraps, que l'on reverra ensuite dans le prochain tome, mais aussi un saumon (Café Salmonella, dans le Tome VI)
  • Dans celles du tome VI, on voit un corbeau survolant les enfants Baudelaire, assis sur les marches de l'escalier ;
  • Dans celles du tome VII, on remarque un journal portant le nom "Le Petit Pontilleux"sur lequel figure une publicité pour la boutique "La Dernière Chance";
  • Dans celles du tome VIII, plusieurs objets (publicités "Madame Lulu", boule de cristal, masque de carnaval, chapeau, œil dessiné sur un papier ainsi que diverses boissons) sont étalés dans la voiture du comte Olaf ;
  • Dans celles du tome IX, un magazine relatant l'histoire du prochain "La Pente Glissante" fait son apparition ;
  • Dans celles du tome X, on voit des champignons qui apparaissent dans "La grotte Gorgone" ;
  • Dans celles du tome XI, on voit une casquette d'un hôtel (il y a écrit "HOTEL D…") on peut supposer que ça veut dire "Hotel Denoument" qui apparaît dans le tome suivant ;
  • Dans celles du tome XII, on voit comme figure de proue un casque de scaphandre dont le comte Olaf se sert dans le tome suivant

À la fin de chaque volume, le lecteur a droit à une lettre de la "main" de Lemony Snicket, initialement adressée à son « Éditeur Attentionné », dans laquelle il fournit quelques indications concernant son prochain livre et la manière (souvent complexe) dont son destinataire premier devra se procurer le manuscrit (toujours susceptible de tomber entre de mauvaises mains), ce qui offre au lecteur un avant-goût du tome suivant. Au fil de la série, les lettres de Snicket deviennent de plus en plus insolites (passant du télégramme au chiffon de papier…) et surtout de moins en moins lisibles (l'encre est gelée, la carte complètement délavée, les bords déchirés, etc.).

Au tome 12, le lecteur ne peut rien savoir sur le prochain tome : il est juste écrit : " Bien cher éditeur, la fin est proche ".

Adaptation[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr)« Funeste destin de Baudelaire, tome 1 "nés sous une mauvaise étoile" », sur www.archambault.ca (consulté le 6 novembre 2010)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]