Les Bostoniennes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour le film du même nom, voir Les Bostoniennes (film)
Les Bostoniennes
Auteur Henry James
Genre roman
Version originale
Titre original The Bostonians
Éditeur original Macmillan and Co.
Langue originale anglais
Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Lieu de parution original Londres
Date de parution originale 16 février 1886
Version française
Traducteur Jeanne Collin-Lemercier
Lieu de parution Paris
Éditeur Denoël
Date de parution 1955
Nombre de pages 428 p.
Chronologie
Précédent Portrait de femme La Princesse Casamassima Suivant

Les Bostoniennes (The Bostonians) est un roman américain de Henry James, d'abord paru sous forme de feuilleton dans The Century Magazine en 1885-1886, puis publié en volume pour la première fois en Angleterre en 1886.

Roman naturaliste qui observe l'affrontement des courants idéologiques conservateurs et avant-gardistes dans la société américaine cultivée de la seconde moitié du XIXe siècle, Les Bostoniennes se double d'une intrigue sentimentale et affective particulièrement complexe. C'est de cette œuvre que provient l'expression « mariage de Boston ».

Résumé[modifier | modifier le code]

Jeune, intelligent et très séduisant avocat du Mississippi, Basil Ransom, dont la famille a été ruinée par la guerre de Sécession, est venu s'établir à New York pour y exercer sa profession. De passage à Boston pour affaires, il rend visite par pure curiosité à Olive Chancellor, une cousine éloignée que sa sœur, Mrs. Luna, qui vit à New York, lui a décrite comme une féministe enragée. En dépit de sa méfiance coutumière à l'égard des hommes, Olive invite Basil à déjeuner. La conversation ne tarde pas à s'envenimer et, afin de le convertir à ses idées sur l'égalité des sexes, Olive l'invite à une réunion de suffragettes. Basil, assez amusé par la proposition, et tout disposé à s'instruire, assiste à l'événement et, tout comme l'auditoire, est conquis par l'éloquence et le magnétisme de Véréna Tarrant, une belle jeune fille rousse qui remplace ce soir-là la conférencière attendue. Olive, non moins subjuguée que son cousin, s'empresse d'inviter Miss Tarrant chez elle. Et Basil, déjà amoureux sans se l'avouer, s'arrange pour être chez sa cousine quand Véréna s'y trouve. Ébranlé jusque dans son assurance d'homme convaincu de sa supériorité, Basil est aussi, pour la première fois de sa vie, dégoûté par ses obligations professionnelles qui l'obligent à regagner New York.

Enthousiaste, Olive voit en Véréna la leader par excellence pour défendre la cause des femmes. Aussi persuade-t-elle les Tarrant de lui confier leur fille et, afin de la soustraire aux assiduités d'un importun étudiant de Harvard, décide de l'emmener en Europe. Basil, mis au courant ces derniers développements par sa sœur, retourne précipitamment à Boston et, en revoyant Véréna, admet cette fois qu'il en est vivement épris. Alors commence une guerre sans merci entre lui et Olive qui se disputent la jeune fille. Olive prétend que la mission de Véréna est de libérer les femmes du joug de l'oppression masculine, et Basil soutient que l'unique mission de toute femme est de se marier et d'avoir des enfants. La victoire échoit finalement à Basil qui enlève sa future épouse au moment où elle aIlait prononcer un nouveau discours.

Adaptations[modifier | modifier le code]

À la télévision
Au cinéma