Confiance (roman)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Confiance (homonymie).
Confiance
Auteur Henry James
Genre roman
Version originale
Titre original Confidence
Éditeur original Chatto & Windus, (Londres)
Houghton, Osgood and Company, (Boston)
Langue originale anglais
Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Lieu de parution original Londres, Boston
Date de parution originale 10 décembre 1879(Chatto & Windus)
7 février 1880 (Houghton)
Version française
Traducteur Denise Van Moppès
Lieu de parution Paris
Éditeur Éditions Albin Michel
Collection Les Grandes Traductions
Date de parution 1968
Nombre de pages 256 p.
Chronologie
Précédent Les Européens Washington Square Suivant

Confiance (Confidence) est un roman d'Henry James, d'abord publié sous forme de feuilleton dans le Scribner's Monthly en 1879, puis en volume cette même année.

Résumé[modifier | modifier le code]

Bernard Longueville et Gordon Wright, un peintre et un physicien, sont deux amis inséparables à qui tout réussit.

À Sienne, Bernard fait la rencontre d'Angela Vivian et de sa mère. Angela se révèle une jeune femme aussi charmante que diablement énigmatique. Il parvient néanmoins à faire son portrait et le lui offre galamment sans espoir de la revoir jamais.

Le temps passe. Gordon envoie une lettre à son ami Bernard et lui demande de venir le rejoindre à Baden-Baden. Il souhaite quelque conseil sur la légitimité d'un mariage qu'il envisage très sérieusement avec une jeune fille qui l'a proprement ensorcelée. Une fois sur place, le jeune peintre découvre avec stupeur qu'Angela est la future élue. En toute conscience, et aussi un peu par dépit, il ne peut que donner un avis défavorable à cette union tant il soupçonne Angela d'être artificieuse. En outre, Mrs Vivian, la mère d'Angela, ne souscrit guère à l'idée d'un mariage là où seuls entreraient en ligne de compte les sentiments de sa fille : l'argent et le standing social sont les uniques préoccupations qui lui importent.

Séjourne aussi dans la ville allemande, une amie de la famille, Blanche Evers, qu'un certain capitaine Lovelock courtise sans espoir, parce qu'il est sans fortune. Coquette, sotte et terriblement bavarde, Blanche a pourtant la faculté mystérieuse de plaire aux hommes, et c'est elle que Gordon Wright épousera.

Des années plus tard, Bernard rencontre par hasard Angela dans une station balnéaire française et lui avoue qu'il n'a cessé de l'aimer. Ils se fiancent. Angela lui révèle alors qu'elle avait de son propre chef refusé la proposition de mariage de Gordon et qu'elle se sent maintenant responsable de son bonheur. Pour cette raison, elle n'aura de cesse que de rétablir la concorde entre les époux Wright, mise à mal par de supposées infidélités conjugales de Gordon.

Liens externes[modifier | modifier le code]