Lac de Thoune

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lac de Thoune
Thunersee.jpg
Le lac de Thoune depuis le Niederhorn.Karte Thunersee.png
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
canton Berne
Géographie
Coordonnées 46° 41′ N 7° 43′ E / 46.683, 7.717 ()46° 41′ Nord 7° 43′ Est / 46.683, 7.717 ()  
Type alpin
Superficie 43,80 km2
Longueur 17,5 km
Largeur 3,5 km
Altitude 558 m
Profondeur
 · Maximale
 · Moyenne
 
217 m
136 m
Volume 6,5 km3
Hydrographie
Bassin versant 2 500 km2
Émissaire(s) l'Aar
Durée de rétention 684 jours

Géolocalisation sur la carte : Suisse

(Voir situation sur carte : Suisse)
Lac de Thoune
Contour Google Maps

Le lac de Thoune est un lac alpin situé dans l'Oberland bernois en Suisse. Son nom lui vient de la ville de Thoune.

Environnement[modifier | modifier le code]

400 000 personnes vivent autour du lac, qui est notamment alimenté par le glacier Steingletscher. Ce lac est un des écosystèmes majeurs pour la Suisse, d'importance paneuropéenne en tant qu'étape pour les oiseaux migrateurs. C'est aussi, avec le lac de Brienz, une réserve d'eau douce et une source exploitée pour produire de l'eau potable pour près d'un demi million de personnes.

Modifications des organes génitaux chez les poissons du lac de Thoune[modifier | modifier le code]

En 2000, une multiplication mystérieuse des modifications des organes génitaux a été observée chez les corégones du lac de Thoune. Des spécialistes de divers offices techniques et universitaires ont été mandatés par les autorités bernoises pour rechercher les causes du phénomène. Ces recherches[1], qui ont duré 5 ans, démontrent l'influence de l’alimentation des corégones sur la formation d’organes génitaux modifiés. Des tentatives d’élevage ont en effet établi que les poissons nourris de plancton dans ce lac développaient des modifications de leurs organes génitaux. À l’inverse, les poissons élevés sans plancton provenant de ce lac ne subissaient aucune modification.

Les causes réelles de ces malformations, toujours plus persistantes et visiblement engendrées par l’alimentation des corégones, restent encore inconnues. Dans la mesure où des observations similaires ont été effectuées au sein de populations de poissons vivant dans des écosystèmes aquatiques contaminés par des substances à action endocrinienne, on a vite incriminé ce type de composés dans le cas des corégones du lac de Thoune : concrètement, la faute en reviendrait aux rejets hormonaux urinaires des Bernoises utilisant des pilules contraceptives. Cependant, des causes alternatives ou concourantes dont à considérer, telles que les rejets de résidus chimiques dans la rivière Kander, au moment de la construction du tunnel ferroviaire du Loetschberg ou les munitions immergées (cf. ci-après)[2].

Les autorités bernoises n'envisagent pas pour autant d'interdire la rivière Aar à la baignade (très fréquentée en ville de Berne, au lieu-dit Marzili).

Munitions immergées[modifier | modifier le code]

Le lac est cependant affecté par le fait que des munitions ont été volontairement immergées en eaux douces en Suisse, constituant une source potentielle de pollution induite par les munitions. (Un lac sur deux en a reçu dans le pays, alors que les autres pays se sont plutôt débarrassés de leurs munitions anciennes ou non-explosées en mer). Or, le Lac de Thoune en raison de la proximité de structures militaires de gestion des munitions pour la Suisse est celui qui en a reçu le plus, de 1945 à 1964  ; de 3 000 à 4 600 tonnes selon les sources, réparties en deux sites principaux (sur plus de 8 000 tonnes estimées avoir été jetés dans les lacs suisses par l'Armée, souvent avec leurs amorces ou détonateurs contenant des métaux toxiques). En 1948, l'armée y a coulé une quantité notable après une explosion qui a endommagé le dépôt de munitions de Mitholz[3].

Il s'agirait surtout de bombes, grenades, obus, cartouches et de résidus d'explosifs, dont TNT.
De nombreux poissons, dont plus de 40 % des corégones (ou palées), sont dans ce lac victimes d'anomalies congénitales et sexuelles, à un taux inhabituel, sans que les données disponibles, selon le gouvernement permette de prouver qu'elles sont ou non induites par des fuites de toxiques à partir des milliers de munitions jetées au fond du lac. Le devenir de ces munitions pose néanmoins un problème environnemental majeur, car elles contiennent de nombreux métaux et produits toxiques dont on connait mal la cinétique dans un milieu tel que celui-ci. Des réactions exothermiques ou des phénomènes physicochimiques peuvent contribuer à faire remonter des toxiques qu'on pensait stabilisés dans les eaux peu oxygénées et froides des profondeurs du lac. On peut aussi craindre à terme des phénomènes d'eutrophisation ou de dystrophisation si des munitions contiennent des quantités importantes de phosphore et de nitrate. Ces munitions semblent encore en bon état selon les rapports officiels, mais les premiers essais de récupération par électro-aimant ont été un échec. Dans un article du 28 octobre 2003 du Bund, des spécialistes allemands recommandent de couvrir les munitions d’une couche de glace artificielle, qu'il faudrait alors entretenir. Une autre question est l'impact d'un éventuel mouvement du fond pouvant résulter d'un brutal et important glissement de terrain (exemple illustré pour le Lac de Brienz qui contient aussi des munitions] ou d'un tremblement de terre, deux phénomènes dont la fréquence et la probabilité pourraient augmenter suite aux conséquences des modifications climatiques et dont on a montré que la perception du risque était sous-estimée en Suisse). Il faudrait également s'assurer qu'il n'y ait pas de munitions chimiques et mieux connaître l'hydrologie des lacs, en particulier le risque de résurgence ou de sources "chaudes" ou salines ou acides, dans leurs fonds aujourd'hui ou en cas d'aléa sismique, d'autant que l'Aar qui alimente le lac de Brienz et de Thoune est utilisé pour refroidir deux centrales nucléaires.

Le 5 mai 2004, Ursula Haller a déposé une motion au Conseil national[4], pour demander le repêchage et l’élimination des munitions déposées au fond des lacs suisses (motion rejetée le 23 mars 2006), après qu'en 2003 déjà, Monsieur Gresch avait fait la même demande au Grand conseil bernois, sans résultats (motion rejetée le 15 septembre 2004[3]).

Des analyses récentes ont montré que de faibles taux de substances telles que TNT, dinitrobenzène, mercure et plomb étaient déjà détectables dans l'eau du lac de Thoune[5],[6].

Zones de tir d'exercice[modifier | modifier le code]

En Suisse, comme dans d'autres pays, des lacs ont aussi été utilisés comme zones de tir, avec cibles par les militaires. De nombreuses munitions non-explosées ont ainsi été perdues, et même quand elles ont explosé à l'impact, elles peuvent être à l'origine de pollutions relictuelles par le plomb et le mercure notamment. Ces lieux de tir sur le lac sont en cours de recensement en Suisse en 2005-2006, avant recherche de substances toxiques.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Juge, R., Lachavanne, J.-B., Perfetta, J. and Demierre, A., 1992. Etude des macrophytes du lac de Thoune. OFEFP et canton de Berne, 105p.

Sur les autres projets Wikimedia :

Remarquable[modifier | modifier le code]

Dans le second épisode de la saison initiale de la série Mon oncle Charlie, on peut apercevoir une affiche faisant la promotion du Lac de Thoune.

Notes et références[modifier | modifier le code]