La Vipère

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Vipère

Description de cette image, également commentée ci-après

Bette Davis

Titre original The Little Foxes
Réalisation William Wyler
Scénario Lillian Hellman
Acteurs principaux
Sociétés de production The Samuel Goldwyn Company
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Drame
Sortie 1941
Durée 115 minutes (1 h 55)

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Poster - Little Foxes, The 02.jpg

La Vipère (The Little Foxes) est un film américain réalisé par William Wyler, sorti en 1941.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Regina est mariée à un banquier, Horace Giddens, qui se remet d’une crise cardiaque dans une maison de repos à Baltimore. Regina a une passion dévorante, l’argent. Sur une proposition de ses deux frères Ben et Oscar, elle veut réaliser une opération financière qui s’annonce des plus rentables, mais elle a besoin de 75 000 dollars. Espérant obtenir cette somme auprès de son mari, elle envoie leur fille Alexandra chercher son père. De retour, Horace, qui connaît les ambitions de sa femme, refuse catégoriquement de lui donner l'argent. Voyant l’échec de leur sœur, Ben et Oscar vont suggérer au neveu Leo Hubbard, employé à la banque d’Horace, de s'emparer de bons négociables dans le coffre-fort du banquier. Découvrant le vol, Regina fait chanter les deux frères et réclame sa part du butin. Mais à son grand dépit, Horace, n’étant pas dupe de la supercherie, déclare avoir personnellement donné les bons à Leo. Après avoir vainement essayé de reconquérir son mari, Regina le laissera délibérément mourir au cours d’une crise cardiaque en « omettant » de lui donner ses médicaments. Alexandra découvrant la monstruosité de sa mère quitte la maison en compagnie de David Hewitt, l’homme qu’elle aime.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Le film est tiré de la pièce de Lillian Hellman créée le 15 février 1939 au National Théâtre de New York. Le rôle de Regina avait été interprété par Tallulah Bankhead. Patricia Collinge, Dan Duryea, Charles Dingle, Carl Benton Reid et John Marriott acteurs de la pièce reprendront les mêmes rôles pour le film[1].
    En France, la pièce fut jouée en 1946 au Théâtre des Arts avec Jany Holt dans le rôle principal[2].
  • Le titre original (Les petits renards en français) serait une évocation d’une parabole biblique « des petits renards qui vont manger la vigne du voisin »[2], référence à l’appât du gain et à l’intérêt que Regina porte à la fortune de son mari.
  • Greer Garson interpréta également le rôle de Regina au théâtre.

Critique[modifier | modifier le code]

  • « Ce film étouffant est l’adaptation par Lillian Hellman de la pièce qu’elle avait écrite avec l’aide de son compagnon, le grand écrivain Dashiell Hammett. C’est une œuvre dure, une suite de variation sur le pouvoir corrupteur et mythique de l’argent, son rôle délétère dans les sociétés, les familles et les mentalités. Cinéaste scrupuleux, perfectionniste et quelque peu austère, William Wyler a donné à ce propos aride et cruel un ton glacé. On lui a beaucoup reproché son excès de zèle, c’est-à-dire un culte de la perfection technique qui confine à l’inhumanité. Curieuse critique, car le propos du film est précisément l’inhumanité. Bette Davis, comédienne excessive et néanmoins remarquable, a réussi là une de ses prestations inoubliables, mélange de cabotinage rentré et de génie naturel. Elle est terrible, diabolique, haïssable, convaincante. Tout est impeccable dans cette œuvre oppressante qui dénonce l’absurde course à la fortune. La thèse implacablement développée par Lillian Hellman et William Wyler est que non seulement l’argent ne fait pas le bonheur mais qu’il est à l’origine de la plupart des malheurs. » Gilbert Salachas[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bette Davis Sa carrière. Ses films. Isabelle Champion, Éditions Pierre Lherminier. Paris 1986 (ISBN 2-86244-049-3)
  2. a et b Le mythe de la femme dans le cinéma américain - Jacques Siclier – « 7e Art » - Les Éditions du Cerf, 1956, p. 60.
  3. Gilbert Salachas, Télérama, n°2270, 14 juillet 1993.

Lien externe[modifier | modifier le code]