La Petite Sœur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Petite Sœur
Auteur Raymond Chandler
Genre Roman policier
Version originale
Titre original The Little Sister
Éditeur original Houghton Mifflin
Langue originale Anglais américain
Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Date de parution originale 1949
Version française
Traducteur Simone Jacquemont et Jeanne G. Marquet
Éditeur Gallimard
Collection Série noire no 64
Date de parution 1950[1]
Nombre de pages 249
Série Philip Marlowe
Chronologie
Précédent La Dame du lac The Long Goodbye Suivant

La Petite Sœur (The Little Sister) est un roman noir américain de Raymond Chandler paru en 1949. C'est le cinquième roman de la série ayant pour héros le détective privé Philip Marlowe.

L'œuvre est adaptée au cinéma en 1969 par Paul Bogart sous le titre La Valse des truands, avec James Garner dans le rôle de Marlowe.

Résumé[modifier | modifier le code]

Philip Marlowe reçoit à son bureau la visite d'une singulière cliente. Non par une femme fatale, mais une toute jeune fille qui débarque sur la côte Ouest en provenance de Manhattan, au Kansas. Sans maquillage ni bijoux, Chamdler remarque qu'elle est néanmoins très élégante, voire un peu pincée. Elle demande au détective de retrouver Orrin Quest, son frère, disparu depuis quelques mois, alors qu'une partie de son salaire d'ingénieur en aviation était autrefois envoyé chez sa mère. Marlowe se fait un peu tirer l'oreille, mais finit par accepter.

Il commence par se rendre à l'appartement du jeune homme où il a maille à partir avec un concierge ivre et violent. Il trouve dans l'appartement du disparu un soi-disant optométriste qui prend la peine de se balader avec une arme. Marlowe tente en vain de lui tirer les vers du nez. Quand il redescend bredouille de l'appartement, il voit le concierge endormi et le croit victime de son ivresse avant de s'apercevoir qu'il a été assassiné. De retour à son bureau, il reçoit un appel téléphonique d'un inconnu qui lui promet cent dollars s'il accepte de le rencontrer dans sa chambre d'hôtel. Marlowe s'y rend, mais sur les lieux une femme blonde au visage camouflé par une serviette l'assomme avec un revolver. Quand le détective reprend conscience, il découvre une chambre sens dessus dessous et le cadavre de l'optométriste. La police, qu'il appelle sur les lieux du crime, lui apprend qu'il ne s'Agit pas d'un optométriste, mais, comme Marlowe s'en doutait déjà, d'un petit caïd sans envergure du crime organisé.

La piste que Marlowe remonte ensuite lui permet de comprendre que le jeune Orrin Quest, avec l'aide d'un certain docteur Lagardie, exerçait chantage et extorsion sur une star d'Hollywood qui protégeait Steelgrave, un réputé gangster. Quand Marlowe se présente chez le docteur Lagardie et qu'il le bombarde de questions, il se rend compte trop tard qu'il vient de presser du doigt le déclic d'une série d'événements de plus en plus violents.

Éditions[modifier | modifier le code]

Édition originale américaine
Éditions françaises[1]

Adaptation[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Le titre exact de la première traduction française du roman est Fais pas ta rosière !. Lui est maintenant substitué le titre actuel beaucoup respectueux de titre original.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Jean Tulard, Dictionnaire du roman policier : 1841-2005. Auteurs, personnages, oeuvres, thèmes, collections, éditeurs, Paris, Fayard,‎ 2005, 768 p. (ISBN 978-2-915793-51-2, lien OCLC?), p. 260 (Notice Fais pas ta rosière).