L'Effet papillon (film, 2004)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Butterfly et Effet papillon (homonymie).

L'Effet papillon

Titre original The Butterfly Effect
Réalisation Eric Bress
J. Mackye Gruber
Scénario Eric Bress
J. Mackye Gruber
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Sortie 2004
Durée 113 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

L'Effet papillon (The Butterfly Effect) est un film américain réalisé par Eric Bress et J. Mackye Gruber et sorti en 2004.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Pendant son enfance, Evan Treborn fait la rencontre de Kayley Miller, peu avant que ses parents ne se séparent. Après cette rencontre, pour rester auprès de lui, Kayley choisit d'emménager avec son frère Tommy chez son père. Par la suite, Evan devient ami avec Lenny Kagan. Il commence à avoir des problèmes de mémoire pendant lesquels des évènements graves se produisent. Le premier a lieu à l'école primaire où, la maîtresse demandant aux élèves de dessiner ce qu'ils veulent faire plus tard, il se représente comme le meurtrier de deux personnes. Après une consultation médicale, Evan doit tenir un journal afin de garder le fil de ses souvenirs.

À 13 ans, Evan révèle ses sentiments à Kayley, provoquant la fureur de son frère Tommy, qui a développé une jalousie maladive pour sa sœur car elle représente à ses yeux la seule personne capable de le comprendre. Tommy devient de plus en plus violent, menaçant Evan de mort. Il ira même jusqu'à commettre un acte d'une extrême cruauté en faisant brûler vif le chien d'Evan, Croquette, frappant aussi violemment ses camarades, ce qui le mène en maison de correction.

Evan devient un brillant étudiant et travaille sur la mémoire. Il essaye de comprendre ses trous de mémoire du passé, et il commence à retrouver ses anciens amis, après avoir été obligé de déménager, il reverra Lenny, qui est devenu maquettiste malgré le fait qu'il soit traumatisé à vie, mais également son amour d'enfance, Kayley. Ses recherches rouvriront les blessures du passé dont elle ne s'est jamais remise, ce qui la mènera au suicide.

En relisant ses cahiers d'enfance, Evan comprend qu'il a la capacité de revenir dans le passé et de modifier ainsi les événements, revenant au moment de ses "sauts" de mémoire. Il tente de changer le sort de Kayley, mais ces changements ont à chaque fois des impacts énormes et imprévus sur ce que lui et ses amis d'enfance deviennent par la suite. Revenu au présent, Kayley est toujours en vie mais Tommy est devenu plus violent devenu adulte. Evan est forcé de le tuer pour se défendre, ce qui l'envoie en prison et brise sa relation avec Kayley.

Evan, qui a gardé un exemplaire de son journal, revient en arrière dans le temps pour sauver son chien et donne un bout de métal à Lenny afin qu'il coupe la corde. Il réussit à raisonner Tommy en lui disant qu'il ne s'approchera plus de sa soeur, Tommy libère ainsi Croquette, son chien, mais Lenny tue alors Tommy à l'aide du bout de métal donné par Evan pour couper la corde. À la suite de cet évènement, Lenny est transféré dans un hôpital psychiatrique. Evan lui rend visite et Lenny lui dit que puisqu'il savait ce qui allait se passer à ce moment-là, c'est lui qui devrait être à sa place et connaître son calvaire.

Cherchant à comprendre ses capacités, Evan convainc sa mère de le laisser rencontrer son père, enfermé dans un asile depuis qu'il a tenté de tuer Evan au berceau. Le garçon comprend les motivations de son père qui lui permet de deviner qu'il possède les mêmes capacités. Ce dernier l'abjure de renoncer à essayer de changer les choses, en lui annonçant que chaque tentative ne fera qu'empirer la situation. Devant le refus de son fils, le père tente une nouvelle fois de l'étrangler, se faisant finalement abattre par un garde. Sous le choc, le garçon comprend que son père n'a agit que pour se suicider, ne supportant plus son propre pouvoir.

La nouvelle tentative d'Evan semble réussir, au prix de ses membres qu'il perd en sauvant la vie de la mère et de l'enfant tués par Tommy dans l'itération temporelle précédente. Il voit aussi que sa tentative a jeté Kayley dans les bras de Lenny et que sa mère, désespérée par le handicap de son fils, s'est mise à beaucoup fumer, contractant un cancer du poumon.

En revenant une nouvelle fois dans le passé afin de tenter d'avoir une vie heureuse, Evan découvre que Tommy et sa sœur sont violés par leur père depuis des années. En voulant convaincre ce dernier de renoncer à ses attouchements à l'aide du bâton de dynamite stocké dans la cave du père de Kayley, il provoque sa mort précoce puisqu'elle attrape le bâton de dynamite allumé, ce qui le condamne à une peine de prison à vie durant laquelle il n'a jamais pu tenir un journal intime, ce qui le bloque en théorie dans l'itération temporelle présente.

Emprisonné, il arrive à se procurer le film d'anniversaire du jour où il a rencontré Kayley. Il le projette et revient ce jour là et se comporte de façon abjecte, en lui disant qu'il la déteste et qu'il ne veut plus jamais la revoir, afin de tuer sa relation amoureuse dans l’œuf et pour pousser la fille à partir vivre avec sa mère au moment de la séparation, lui sauvant la vie, celle de son frère, de son entourage et son propre futur au prix de son amour.

Devenu adulte, au hasard de son trajet pour aller au travail, il croise le regard de Kayley dans une rue. L'ancien couple hésite sur la conduite à tenir après un premier regard échangé, ne sachant trop comment réagir.

Plusieurs fins[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (septembre 2013). Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Comme pour Brazil de Terry Gilliam, il existe deux versions de la fin du film : une fin « producteur » et une fin « réalisateur ».

Ainsi, au cinéma, le film se termine après que Evan, revenu dans son enfance au moment de sa première rencontre avec Kayley, lui assène quelques phrases qui éviteront qu'elle reste chez son père pour lui... Après cela, on retrouve les deux personnages adultes se croisant dans une rue au milieu de la foule et, selon la version – il y en a trois –, soit ils se parlent, soit ils s'évitent, soit Evan suit Kayley.

Mais une toute autre fin est également disponible, qui aurait vraisemblablement été censurée : trop "trash", trop nihiliste. Car, ici, Evan décide de revenir dans le ventre de sa mère, et enroule le cordon ombilical autour de son cou, il se suicide afin de ne pas exister. Cette fin alternative, aussi appelée Director's Cut, a ensuite été diffusée via l'édition DVD Collector.

Dans la version Director's Cut, il y a, en plus de la fin à l'hôpital, une scène ajoutée de 3 minutes où Evan et sa mère vont consulter une voyante. Cette dernière est horrifiée à l'idée de découvrir que Evan « n'a pas d’aura, pas d’âme » et qu’« il ne devrait pas être ici » (les paroles de la voyante sont d'ailleurs retrouvées dans la fin alternative à l'hôpital). De plus, on peut remarquer que dans la scène de la voyante, la mère d'Evan lui explique qu'elle a eu deux fausses couches avant lui, et dans la scène finale, on l'entend dire qu'elle en a eu trois. Cela sous entend qu'Evan n'est pas le premier à qui cette histoire est arrivée.

Finalement, on dispose bel et bien de 4 (3 + 1) fins différentes, chacune apportant au film un impact émotionnel totalement différent.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Source et légendes : Version française (V. F.) sur Voxofilm et Version québécoise (V. Q.) sur Doublage.qc.ca

Accueil[modifier | modifier le code]

Le film a connu le succès commercial, rapportant 96 060 858 $ dans le monde entier, dont 57 938 693 $ aux États-Unis[2]. Il a attiré dans les salles de cinéma 626 943 spectateurs en France, 319 205 au Québec et 97 539 en Belgique[3].

Réception critique[modifier | modifier le code]

Il a par contre été mal accueilli par la critique, ne recueillant que 33 % de critiques favorables, avec une note moyenne de 4,8/10 et sur la base de 167 critiques collectées, sur le site internet Rotten Tomatoes[4]. Il a été mieux reçu en France avec une note de 3,47 sur 5 sur la revue de presse du site AlloCiné[5].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Le film a remporté le prix du public lors du Festival international du film fantastique de Bruxelles 2004, et a été nommé aux Saturn Awards 2005 dans la catégorie du meilleur film de science-fiction[6].

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Le slogan original du film était : Change one thing, change everything (qui pourrait être traduit par : changer une chose... change tout).
  • La façon dont la fin alternative présentée ci-dessus aurait été « censurée » n'est pas connue avec précision.
  • Le titre du film évoque l' « effet papillon », une manière imagée de représenter la sensibilité aux conditions initiales en théorie du chaos.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]