Kasper T. Toeplitz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Toeplitz.
Kasper T. Toeplitz

Kasper T. Toeplitz est un compositeur et musicien français d'origine polonaise né en 1960, jouant principalement de l'ordinateur et de la basse électrique; il vit et travaille à Paris.

Œuvrant par-delà les distinctions trop communément admises entre musique contemporaine – la « grande » – et celle dite non-académique – ou simplement « vivante » : en l’espèce la musique électronique, ou noise music, il travaille donc tout autant pour les grandes institutions d’État (GMEM, GRM, IRCAM, Radio-France) qu’avec des musiciens expérimentaux ou inclassables, tels Éliane Radigue, Zbigniew Karkowski, Dror Feiler, Tetsuo Furudate, Phill Niblock ou Art Zoyd.

Influencé par Scelsi et Xenakis, il a d’abord beaucoup écrit pour les instruments traditionnels (a reçu plusieurs prix et distinctions : 1er prix de composition d’orchestre au festival de Besançon, 1er prix au concours « Opéra Autrement/Acanthes », Villa Médicis Hors les Murs à New York, prix Léonard de Vinci à San Francisco, Villa Kujoyama à Kyoto, DAAD de Berlin), ainsi que pour son orchestre de guitares électriques Sleaze Art, avant d’intégrer pleinement l’ordinateur à son travail, autant en termes de pensée compositionnelle qu’en tant qu’instrument « live » à part entière (via le langage de programmation MAX notamment).

Sa réflexion autour de l'ordinateur-instrument aboutit, en 2003, à la création de la BassComputer: un instrument à deux entrées, une basse hybridée avec l’ordinateur – ou inversement, concept qu'il élargit à d'autres instruments (les Percussions dans Unfinished Metal Waves, le saxophone et la vielle à roue dans Dust Reconstruction…).

En 2004, il commande à Eliane Radigue une pièce qu'il interprète à la BassComputer, Elemental II, qui lui sert d'occasion pour fonder son propre label, r.o.s.a. (Recordings Of Sleaze Art). Il renouvelle l'expérience en commandant à Phill Niblock Yam almost may (Touch Records TO 59), et à Dror Feiler Ousia. Sur ROSA, il enregistre également Capture, une de ses propres compositions (r.o.s.a.#2, 2005), et ZKT, par Le Dépeupleur, duo de laptops qu'il forme avec Zbigniew Karkowski depuis 1999 (r.o.s.a.#3, 2006).

Il a également beaucoup écrit pour la danse (Myriam Gourfink, Loic Touzé, Olivia Grandville, Emmanuelle Huynh, Hervé Robbe, Artefact, Christian Trouillas, Jean-Marc Matos…), voire le théâtre, a toujours marqué beaucoup d'intérêt pour la littérature (J'irai vers le nord, j'irai dans la nuit polaire, son premier opéra, en 1989, était écrit à partir de textes de Sylvia Plath; Great Expectations, à partir de textes de Kathy Acker; Ruine, sur un texte de François Bon…), et plus récemment développe des pièces "mixtes", incluant lumière et/ou image vidéo (K_apture, pour ordinateur solo, sur des vidéos de Dominik Barbier).

En 2007 enfin, il crée, avec Eryck Abecassis et Wilfried Wendling, KERNEL, un ensemble d'ordinateurs destiné à l'interprétation, live stricto sensu (sans utilisation de fichiers sons ou séquences de quelque sorte que ce soit), de compositions pour électronique. Leur premier enregistrement, Kernel#2, sort cette même année (r.o.s.a.#4, 2007); le deuxième, The Deep, sur Zora Records en 2008. En 2009 paraissent simultanément sur r.o.s.a. une seconde version de Kernel#2, permettant de juger à la fois de la pertinence des notions d'écriture pour électronique d'une part (il s'agit bien de la même pièce) et d'autre part d'interprétation à l'ordinateur (il s'agit bien d'une seconde version), puis D.R., disque incluant Dust Reconstruction de Toeplitz, et Drowning Report d'Abecassis.

Œuvres (liste non exhaustive)[modifier | modifier le code]

  • Nature Morte : pour orchestre, 1988.
  • Zéline : pour violoncelle solo, 1989.
  • Paysage foudroyé : pour basse électrique solo, 1989.
  • J'irai vers le nord, j'irai dans la nuit polaire : opéra sur des textes de Sylvia Plath, m.sc. Farid Paya (1er Prix au Concours «Opéra Autrement», Centre Acanthes), 1989.
  • Lhow : pour orchestre (1er Prix au Concours International de Composition pour orchestre de Besançon), 1990.
  • Ssakstal : pour trio de percussions, 1990.
  • Aimantés : pour deux guitares et une basse électrique, 1990.
  • Elektrische Erlösung : pour cinq guitares électriques, 1991.
  • Deixis : pour 11 guitares électriques, 1991.
  • Mouhr : pour 13 guitares électriques, 1991.
  • Anachorète : pour saxophone soprano solo, 1991.
  • Johnny Panic et la bible des rêves : pour voix, saxophone(s), petit orchestre et spatialisation électronique, 1991.
  • Reflets d'ailes (reflets d'elle) : pour quatuor à cordes et clarinette, 1991.
  • Arrisée : pour flute, flute basse, clarinette basse et percussions, 1991.
  • Memory-Cendres : pour voix de femme, percussions, clarinette basse et contrebasse, 1992.
  • Exins : pour flûte solo, 1992.
  • Sthill : pour 8 saxophones, 1992.
  • Archives - Ladri e Re : pour 10 instruments, 1992.
  • Raj : pour violoncelle et basse électrique, 1992.
  • Blind Sucht : pour 9 instruments et dispositif électroacoustique, 1993.
  • Ephémérides : pour 9 instruments, 1995.
  • Siyahi : pour orchestre, 1996.
  • Stances d'orchestre : pour orchestre, 1997.
  • Quatuors à cordes no 1 et no 2, 1997.
  • Je est une autre : pour voix, violoncelle, clarinette, contrebasse et percussions, 1997.
  • Fissure : pour soprano, percussions et bande magnétique, 1997.
  • Illumination Rounds : pour 3 guitares et 4 basses électriques, 1997.
  • Ruine : pour orchestre et soprano solo, sur un texte de François Bon, 1998.
  • De blancheur… : 1998.
  • Biel : pour orchestre et samplers, 2000.
  • Appars/Vague de pas : pour petit orchestre, clavier électronique et percussions solo, 2001.
  • Battling Siki : opéra pour cordes, instruments électroniques, theremin, percussions et ordinateurs, 2003.
  • Froz#11 : pour ordinateurs, tam et guitare basse, 2003.
  • Froz#5 : pour tubax et ordinateur, 2003.
  • MSG#9 : pour cordes, percussions et électronique live, 2003.
  • Contraindre, pour theremin (Laurent Dailleau), chor. Myriam Gourfink, 2004.
  • Capture : pour trois danseuses/musiciennes via captation vidéo, 2005 (CD: Rosa #2).
  • Unfinished Metal Waves : pour tam géant (Didier Casamitjana, Jérôme Mimetic Soudan) et ordinateur, 2006.
  • This is my House : pour saxophone (Ulrich Krieger) et ordinateur, chor. Myriam Gourfink, 2006.
  • Champ des Larmes : spectacle avec Art Zoyd (écriture en collaboration avec Gérard Hourbette, 2006).
  • Lärmesmitte : pour BassComputer, 2006.
  • Dust Reconstruction : pièce pour instrumentarium non fixe; dans une 1re forme, pour vielle à roue (Stevie Wishart), anches (Ulrich Krieger), BassComputer (lui-même) et ordinateur (tous), 2007; reprise dans une version purement électronique par KERNEL, et également par l'ensemble Phoenix de Bâle (avec grand orgue, percussions, flûte, guitare, basse et électronique), en 2008.
  • Kernel#2 : première création de l'ensemble KERNEL, 2007.
  • The Deep : par l'ensemble KERNEL, 2008.
  • Inoculate ? : pour trio à vent, live-electronics & data-noise, 2011.
  • Rupture & dissipation, 2012.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]