Furigana

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Trois caractères japonais Cette page contient des caractères japonais. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Écritures du japonais
Image illustrative de l'article Furigana
kanji (漢字)
Lectures on’yomi (音読み) et kun’yomi (訓読み).
kana (仮名)

Emplois spécifiques :

rōmaji

Aide à l’affichage

Les furigana (振り仮名), ou encore yomigana (読み仮名, de 読む yomu, "lire"), sont des kana écrits à côté d'un kanji pour en indiquer la prononciation. En effet, les kana permettent de transcrire phonétiquement tout mot japonais. Dans un texte présenté horizontalement, on les place au-dessus des caractères. Dans un texte vertical, cependant, ils sont tracés à droite. C'est un type de caractères ruby (ou rubi).

Par exemple (les furigana permettent de lire le mot kanji) :


ou
かん

ou, en utilisant la balise HTML <ruby>, qui ne fonctionne pas avec tous les navigateurs : 漢字(かん じ).

Utilisations[modifier | modifier le code]

Les furigana sont principalement utilisés pour indiquer la prononciation des kanji « difficiles ». Cette notion dépend de plusieurs facteurs, notamment de l'âge du lecteur ou de son niveau d'instruction. Un même kanji peut donc être considéré comme « difficile » dans un livre pour enfant (et donc accompagné de furigana), mais facile dans un livre pour adultes.

Les furigana sont très employés :

  • dans les publications pour la jeunesse (comme les mangas ou les livres scolaires) ;
  • dans les ouvrages pédagogiques pour les apprenants étrangers.

Autres utilisations des furigana :

  • quand un kanji ne fait pas partie des 2 136 « caractères courants » ou jōyō kanji ;
  • dans les carnets d'adresses et autres répertoires de noms (les noms propres japonais n'étant en effet pas toujours directement prononçables).

Écritures[modifier | modifier le code]

Généralement, les furigana sont écrits en hiragana, mais ce n'est pas toujours le cas. Par exemple :

  • pour donner les lectures d'un kanji, on différencie parfois les lectures kun'yomi (d'origine japonaise) des lectures on'yomi (d'origine chinoise) en écrivant les premières en hiragana et les secondes en katakana ;
  • pour les fiches administratives, il est parfois demandé d'écrire le furigana des noms propres en katakana pour faciliter le traitement informatique, ou améliorer la lisibilité. Le hiragana étant une écriture cursive, elle est moins lisible que le katakana ;
  • Dans les mangas ou titres d'anime qui utilisent des mots étrangers, permet d'écrire la prononciation tout en indiquant le sens aux japanophones qui ne sont pas familiers avec cette langue étrangère.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]