Kaabu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Localisation du Kaabu sur une carte de 1860

Le Kaabu (nommé ainsi par les Mandingues, Kabou ou Gabou par les Sérères, Ngabou par les Peuls) est un ancien royaume mandingue du Sénégal et de la Guinée-Bissau.

Histoire du Gabou[modifier | modifier le code]

Le royaume du Gabou, d'après la tradition orale, a été fondé par le Malinké Tiramakan Traoré, l'un des généraux de l'armée de Soundiata Keita, le fondateur de l'empire du Mali. C'est au début du XIIIe siècle que celui-ci conquit la région qui allait devenir le royaume du Gabou, d'abord vassal de l'empire du Mali. Après la chute de cet empire, trois dynasties, toutes d'origine malinké, allaient régner sur le Gabou, les dynasties Nancoo, les Sané et les Mané, aux origine à la fois malinké, bainouk et diola. Avant l'arrivée des conquérants malinkés, la région était déjà habitée par des ethnies diverses, Diolas, Peuls, Baïnouks, Manjaques, Balantes, et par d'autres groupes mandingues : Sossés, Soninkés. Les bainouks étaient les rois de ce territoire avant l'instauration du Gabou, ils avaient constitué de puissantes chefferies, qui formaient un vaste royaume, dirigé par un roi. Plus tard le royaume bainouk et ses provinces, devinrent vassaux du Kaabu. Celui-ci s'étendait des régions du sud du fleuve Gambie – aujourd'hui la Casamance –, le nord de l'actuelle Guinée-Bissau, et empiétait sur l'ouest de l'actuelle Guinée-Conakry. Le royaume vivait d'une agriculture florissante (le Gabou était très boisé avec de vastes forêts, savanes et terres fertiles), de l'élevage et du commerce avec les Dioulas et les Européens qui établirent plusieurs comptoirs commerciaux, contrôlés par les Mansa (nom des rois du Kaabu) et de la traite atlantique.

Le Gabou était divisé en plusieurs provinces, toutes dirigées par des Mansa-ba, choisis parmi les dynasties régnantes. L'organisation sociale du Kaabu était très hiérarchisée. Il y avait la noblesse, les hommes libres, les castés et les Captifs.

Les Mansa protégeaient les Mandingues et les ethnies forestières (Diolas, Balantes, Manjaques), tandis qu'ils asservissaient les Peuls.

Le royaume de Gabou entretenait avec les royaumes sérères du Sine-Saloum de très bonnes relations, d'ailleurs les Mansa du Gabou sont à l'origine dans le royaume du Sine et du Saloum de l'aristocratie guelwar, née de l'union entre les Sérères et les Mandingues venus du Kaabu qui partagent des origines avec les Mansa du Gabou. Le Gabou avait également de bonnes relations avec les royaumes wolofs et les petits États malinkés du Niani et du Wouli. C'est avec le Fouta Djallon, qui entretenait avec le Gabou de bonnes relations au départ, que le Gabou allait entrer en conflit, au milieu du XIXe siècle, notamment avec Alpha Yaya Molo, et les almamys du Fouta-Djallon, Alpha Ibrahima et Alpha Bokar Birame.

Les Peuls du Gabou ne supportant plus le despotisme, les humiliations, l'exploitation des Mansa envers eux, firent appel à Alpha Yaya Molo qui organisa avec l'aide du Fouta-Djallon un soulèvement contre les Mansa. D'ailleurs c'est ce soulèvement des Peuls qui fit chuter le Kaabu, après une guerre où il y eut de grandes pertes humaines chez les Peuls, faisant alors place aux royaumes peuls du Fouladou, avec Alpha Yaya comme almamy qui mourut en 1881. Les Peuls ont également profité des guerres entre dynasties, qui affaiblissaient le royaume par leurs révoltes. Le Gabou a toujours été de religion traditionnelle, même si l'islam est présent au Gabou depuis sa création, il y a eu de très petites communautés chrétiennes là où étaient situés des comptoirs commerciaux européens.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) Nouha Cissé, La fin du Kaabu et les débuts du royaume du Fuladu, Dakar, Université Cheikh Anta Diop, 1978, 90 p. (Mémoire de Maîtrise)
  • (fr) Jean Girard, L'Or du Bambouk : du royaume de Gabou à la Casamance une dynamique de civilisation ouest-africaine, Genève, Georg, 1992, 347 p.
  • (fr) Daouda Mané, La question de l’émergence de l’Etat du Kaabu, Dakar, Université Cheikh Anta Diop, 1998, 78 p. (Mémoire de Maîtrise)
  • (fr) Daouda Mané, Traite négrière et esclavage au Kaabu du XVIe au XIXe siècle, Dakar, Université Cheikh Anta Diop, 2000, 51 p. (Mémoire de DEA)
  • (fr) Mamadou Mané, Contribution à l’histoire du Kaabu des origines au XIXe siècle, Dakar, Université Cheikh Anta Diop, 1975, 109 p. (Mémoire de Maîtrise)
  • (fr) Djibril Tamsir Niane, Histoire des Mandingues de l'Ouest : le royaume du Gabou, Karthala, Association ARSAN, Paris, 1989, 221 p. (ISBN 2865372367)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Les Actes du colloque international Traditions orales du Gabou ont fait l'objet d'un numéro spécial de Éthiopiques (n° 28) paru en juin-octobre 1981. Ces contributions sont consultables en ligne :