Jelenia Góra

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jelenia Góra
Blason de Jelenia Góra
Héraldique
Drapeau de Jelenia Góra
Drapeau
Place du marché
Place du marché
Administration
Pays Drapeau de la Pologne Pologne
Région Basse-Silésie
District Powiat de Jelenia Góra
Maire Marcin Zawiła
Code postal 58-500 à 58-588
Indicatif téléphonique international +(48)
Indicatif téléphonique local 075
Immatriculation DJ
Démographie
Population 81 985 hab. (2013)
Densité 751 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 54′ N 15° 44′ E / 50.9, 15.73350° 54′ Nord 15° 44′ Est / 50.9, 15.733  
Superficie 10 922 ha = 109,22 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pologne

Voir la carte administrative de Pologne
City locator 14.svg
Jelenia Góra

Géolocalisation sur la carte : Pologne

Voir la carte topographique de Pologne
City locator 14.svg
Jelenia Góra
Liens
Site web http://www.jeleniagora.pl

Jelenia Góra (Hirschberg im Riesengebirge en allemand, Jelení Hora en tchèque) est une ville de Pologne sur le Bóbr dans la voïvodie de Basse-Silésie. Cette ville fut le chef-lieu de la voïvodie de Jelenia Góra entre 1975 et 1998 et est aujourd'hui la 4e plus grande ville de Basse-Silésie. Le nom de la ville traduit en français veut dire Montagne du cerf.

De plus, la ville est le chef-lieu du Powiat de Jelenia Góra ainsi que du Powiat-Ville de Jelenia Góra.

Histoire[modifier | modifier le code]

Des déportés politiques « Nacht und Nebel» sont déportés dans la prison et un camp annexe du KZ Gross-Rosen. Ils travaillent pour les firmes « Askania Werke » et « Phrix Werke ».

Entre le 15 novembre 1944 et la fin du mois de janvier 1945, une petite centaine de Français sont arrêtés par la Gestapo à Hirschberg. Cette vague de répression au sein de la population française de la ville a pour objectif le démantèlement d’un groupe de résistance, dit « FFI 667 », qui s’est progressivement constitué dans la région. Il est accusé d’avoir « pour projet d’intervenir à l’approche des troupes soviétiques sur les arrières allemands ». En réalité, son activité principale est l’organisation de l’écoute clandestine des radios étrangères, ainsi que la diffusion des nouvelles auprès des travailleurs étrangers des environs. Il semble également qu’il ait travaillé au développement du sabotage au sein des usines et à l'évasion de prisonniers de guerre vers la France[1],[2].

Au total, 85 Français arrêtés durant cette période à Hirschberg ont pu être identifiés. À l’intérieur de ce groupe, 74 sont des prisonniers de guerre transformés en travailleurs libres appartenant au Kommando 310 du Stalag VIII A et astreints au travail dans plusieurs usines de la ville et de ses environs immédiats, en particulier la Zellwolle, une importante fabrique de viscose. On note également la présence de 8 requis du travail. Tous sont d’abord conduits à la Gestapo d’Hirschberg pour interrogatoires, mais 15 (peut-être 16, selon les témoignages) sont fusillés le 18 février 1945, à proximité du cimetière d’Hirschberg. Ces Français seraient les responsables du groupe et auraient été exécutés sommairement pour cette raison. La présence d’Albert Lemieux parmi eux, considéré comme le chef du groupe « FFI 667 », permet de confirmer en partie cette hypothèse. Mais, le fait que ces 15 Français aient été arrêtés à la fin du mois de janvier 1945 laisse aussi supposer qu’avec l’avancée des troupes russes le processus de déportation vers Gross Rosen était rompu et que ces prisonniers devenaient « encombrants ».

Les autres Français, arrêtés de la mi-novembre aux premiers jours du mois de décembre, sont rassemblés à l’intérieur du camp de déportés juifs de la Zellwolle Werke à Hirschberg, dépendant de Gross Rosen.

La ville est libérée le 8 mai 1945[3]. Pendant la Seconde Guerre mondiale, la ville n'a pas subi de dommages et a été occupée par les troupes soviétiques après la capitulation de l'Allemagne le 8 mai 1945[4]. Après la fin de la Seconde Guerre mondiale en 1945, la ville a été placée sous administration polonaise conformément aux décisions de la conférence de Potsdam et est devenu officiellement connu sous son nom polonais de Jelenia Góra

Personnalités connues[modifier | modifier le code]

  • Edouard Galletier, Ancien combattant et grand mutilé de la guerre 1914-1918, latiniste, recteur d’académie de Rennes Déporté politique, interné dans la prison.

Géographie[modifier | modifier le code]

La ville est située dans la partie nord de la vallée de Jelenia Góra et est entourée de montagnes à l'ouest. Située tout près des Monts des Géants, Jelenia Góra est un important centre de tourisme en Pologne. Tout près de la ville, se situent quelques stations de ski dont Karpacz et Szklarska Poręba. Le quartier Cieplice Zdrój dans le sud-ouest de la ville est une station thermale importante.

Vue panoramique de la ville

Jumelages[modifier | modifier le code]

La ville de Jelenia Góra est jumelée avec [5]:

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir le livre de Yves Durand, La Captivité . Histoire des Prisonniers de Guerre français. 1939-1945, p. 381 et le témoignage de Charles Escure, Hirschberg, Des PG se souviennent, éditions Peuples amis, 1978.
  2. Livre mémorial des déportés de France arrêtés par mesure de répression et dans certains cas par mesure de persécution. 1940-1945. Tome IV p. 126-127
  3. Livre-mémorial des déportés de France arrêtés par mesure de répression et dans certains cas par mesure de persécution 1940-1945". Tome 1 p. 200
  4. Jelenia Góra
  5. Współpraca zagraniczna

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Site web officiel de la ville