Histoire évolutive des lépidoptères

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'évolution des lépidoptères concerne l'origine et la diversification des papillons. Ils sont probablement apparus il y a 150 millions d'années.

Phylogénie[modifier | modifier le code]

Les lépidoptères dont les imagos sont le plus communément appelés papillons, suivant une classification basée essentiellement sur la morphologie se regroupent en la division des Ditrysia, qui représente 99 % des lépidoptères, elle-même divisée en deux sous-ordres, les hétérocères, (papillons de nuit) et les rhopalocères, (papillons de jour) dont chacun comporte des superfamilles et des familles divisées en genres. Le 1 % restant est constitué par la division des Monotrysia (qui comprend 2 super-familles caractérisées par des larves mineuses).

Les familles des rhopalocères sont les Papilionidae, les Pieridae, les Nymphalidae, les Lycaenidae.

Cette classification morphologique est en cours d'abandon pour une classification phylogénétique en quatre sous-ordres :

Recherche[modifier | modifier le code]

Ce sont des études d'une part de leur morphologie et de leur habitat, d'autre part génétiques et chimiques qui permettront une connaissance de leur évolution et une classification stable

Fossiles[modifier | modifier le code]

Le fossile le plus ancien, des restes d’ailes qui montrent des écailles à cannelures parallèles sous un microscope électronique et le réseau de nervures caractéristique commun aux lépidoptères et trichoptères est Archaeolepis mane du Jurassique anglais, daté d’environ 190 millions d’années. Seuls deux autres fossiles datent du Jurassique et treize du Crétacé [1].

Les fossiles datant du Tertiaire, l’Éocène en particulier, les plus nombreux montrent des espèces déjà très proches des espèces modernes que ce soit ceux des gisements d’ambre de la Baltique ou ceux, assez rares des sédiments de type lacustre (diatomite) [2].

Plante-hôte[modifier | modifier le code]

Les larves de la majorité des espèces de papillons sont inféodée à une seule plante hôte ou à un genre de plantes très proches. Ces papillons n'ont pu exister qu'en présence donc à la création de l'espèce qui leur sert de plante-hôte.

Dates[modifier | modifier le code]

Des recherches théoriques montrent que le papillons existaient au Crétacé en même temps que la majorité des plantes angiospermes.

La majorité des lignées de papillons se seraient diversifiées et répandues à travers le monde au Tertiaire[3].

Cause des évolutions[modifier | modifier le code]

Le mimétisme, l'hybridation et la coévolution avec les plantes-hôtes ont probablement contribué à l'évolution des papillons[3].

Le cas en Angleterre de la phalène du bouleau qui après avoir noirci au XIXe siècle lors du règne du charbon est en cours d'éclaircissement est très étudié[4]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (Grimaldi et Engel, 2005)
  2. Problongos baudiliensis genus novus & species nova : un nouveau Lépidoptère fossile découvert dans la diatomite du Miocène supérieur de Saint-Bauzile (Ardèche, F-07) (Lepidoptera : Geometridae, Ennominae) (Xavier Mérit et Michel Mérit)) Bulletin des Lépidoptères de France]
  3. a et b (Lamas, 2008)
  4. imagine science

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Ehrlich, P. R. (1958). The comparative morphology, phylogeny and higher classification of the butterflies (Lepidoptera: Papilionidea). Kansas Univ. Sci. Bull., 39, 305-370.
  • (en) Grimaldi, D. & Engel, M. S. 2005. Evolution of the insects. Cambridge: Cambridge Univ. Press.
  • (en) Lamas, G. (2008) Systematics of butterflies (Lepidoptera: Hesperioidea and Papilionoidea) in the world: current state and future perspectives (in Spanish). In: Jorge Llorente-Bousquets and Analía Lanteri (eds.) Contribuiciones taxonómicas en ordens de insectos hiperdiversos. Mexico City: UNAM. Pp. 57-70.
  • (en) Scoble, M. J. (1995). The Lepidoptera, form, function and diversity. London: The Natural history Museum & Oxford University Press.