Hétérocères

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections « Papillon de nuit » redirige ici. Pour les autres significations, voir Papillon de nuit (homonymie).

Les Hétérocères ou Heterocera formaient un sous-ordre de Lépidoptères, tout à fait abandonné actuellement, fondé sur la simple opposition aux Rhopalocères. Par rapport à ces derniers, caractérisés par leurs antennes (-cères) « en massues » (rhopalo-), ils regroupaient, sans aucune logique rationnelle, « tous les autres » (hétéro-).

Classification[modifier | modifier le code]

La classification actuelle se base sur des analyses phylogénétiques, tendant à des regroupements naturels, essayant de rendre compte de l'apparition des taxons supérieures selon l'évolution. Ce terme voudrait désigner, à tort, les « papillons de nuit », alors qu'un très grand nombre d'hétérocères sont diurnes.

Les quelques 80 % de Lépidoptères ainsi distingués sont très divers, mesurant de quelques millimètres jusqu'à 30 cm d'envergure. Ceux qui volent de nuit ont bien sûr des couleurs généralement sombres, avec de notables exceptions surprenantes. Les diurnes (Zygènes, Sésies, Castnides, et de nombreuses espèces dans toutes les superfamilles) sont souvent très colorés, comme la plupart des Rhopalocères.

Les anciens les classaient en Nocturnes et Crépusculaires. Linné les regroupait dans ses genres Phalaenae et Sphinx par rapport aux Diurnes, ses Papilio correspondant maintenant plus ou moins aux Papilionoidea, les Rhopalocères ou Papillons au sens strict. Les hétérocères sont maintenant dispersés dans une trentaine ou quarantaine de superfamilles qui ont chacune leur morphologie et leur biologie propre et qui correspondent aux Phalènes, Noctuelles, Sphinx, Bombyx, Tordeuses, Mites et Teignes, etc.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

  • Rhopalocères ou Rhopalocera, l'autre sous-ordre de lépidoptères dans la même classification.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michael Chinery, Insectes de France et d'Europe occidentale, Paris, Flammarion,‎ août 2012, 320 p. (ISBN 978-2-0812-8823-2)
  • D.J. Carter et B. Hargreaves, Guide des chenilles d'Europe, Paris, Delachaux et Niestlé, 2001, 311 p. (ISBN 978-2-603-00639-8)
  • Collectif d'entomologistes amateurs, Guide des papillons nocturnes de France, Paris, Delachaux et Niestlé,‎ 2007, 288 p. (ISBN 978-2-603-01429-5)