Hippodrome de Saint-Cloud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Cloud (homonymie).
Hippodrome de Saint-Cloud
Image illustrative de l'article Hippodrome de Saint-Cloud
Présentation
Propriétaire Société privée
Protection  Inscrit MH (1986)
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Hauts-de-Seine
Commune Rueil-Malmaison / Saint-Cloud
Localisation
Coordonnées 48° 51′ 30″ N 2° 12′ 15″ E / 48.8583, 2.2042 ()48° 51′ 30″ Nord 2° 12′ 15″ Est / 48.8583, 2.2042 ()  

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

(Voir situation sur carte : Île-de-France)
Hippodrome de Saint-Cloud

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Hippodrome de Saint-Cloud

L'hippodrome de Saint-Cloud (ou hippodrome du Val d'Or) se situe au nord-ouest de Saint-Cloud (banlieue de Paris). Il fut inauguré le 15 mars 1901. Aujourd'hui c'est un hippodrome de galop, avec une piste de 2 300 m en herbe avec corde à gauche, qui s'étend sur une superficie de 75 hectares.

Origines de propriété[modifier | modifier le code]

Bâtiments en 1898

Ancien Domaine dont l'origine remonte au IXe siècle, Napoléon III rassemble avec difficulté, de 1855 à 1860, de nombreuses parcelles et terrains de la plaine de Fouilleuse en vue de constituer une ferme-modèle pour le Domaine privé de l'Empereur. Ce Domaine s'étend majoritairement sur Saint-Cloud alors qu'à l'ouest, il déborde sur la commune de Rueil-Malmaison.

En 1867, on note le déroulement d'un concours pour la promotion du machinisme agricole. La ferme de Fouilleuse est réunie au Domaine de l'État, le 6 septembre 1870. La contenance totale des terrains de la ferme est alors de 77 hectares. Les cultures sont essentiellement céréalières.

En janvier 1871, la ferme brûle pendant les combats contre les Prussiens.

Après de rapides travaux, une colonie pénitentiaire de 45 pupilles s'y établit vers 1872, pour cultiver la terre et former des ouvriers. Quelques années plus tard, elle y accueille, en plus, des jeunes filles mineures et des bâtiments supplémentaires sont construits. Cette colonie cesse toute activité en 1895 et une exploitation agricole reprend la mise en culture des lieux. L'État met le Domaine de Fouilleuse et tous ses bâtiments en vente aux enchères publiques. Ceci a lieu le 1er février 1898 et pour une mise à prix de 620.000 F, Edmond Blanc le célèbre propriétaire-éleveur, remporte les enchères.

Le premier hippodrome[modifier | modifier le code]

Dès la fin du printemps 1898, un immense chantier investit les lieux. Les bâtiments inutiles sont détruits, les terres sont engazonnées et de nombreuses constructions démarrent. Ces travaux sont confiés à l'architecte vaucressonnais Léon Berthault¹ qui insufflera un très élégant style anglo-normand à l'ensemble de ces bâtiments.

Edmond Blanc fait l'acquisition de terrains nouveaux pour régulariser les contours de sa propriété. Le domaine passe alors à une superficie de 83,6 hectares.

Tribunes vers 1909
Pelouse et pari mutuel vers 1905

Il ne faudra pas moins de trois ans de labeur pour voir l'achèvement de la première tranche. Une tribune monumentale, mais aérienne est élevée. Des pavillons de pesage, pari-mutuel, répartition, Commissariat de course sont construits. Des jardins fleuris, des arbres et nombreux parterres sont plantés. Des routes nouvelles sont aménagées pour desservir tant l'intérieur que les abords. Les sources environnantes sont captées et l'eau de la Seine est remontée jusqu'aux pelouses, pour assurer une irrigation régulière en toutes circonstances.

La location de l'hippodrome est consentie à la Société d'Encouragement pour l'amélioration du Cheval français de demi-sang. Enfin, le "Champ de courses de Saint-Cloud" - dénomination officielle, est inauguré en grandes pompes, le 15 mars 1901.

Rien n'a été négligé du point de vue de la technique et de la modernité. Les pistes ont 50 mètres de largeur, les lignes droites se raccordent à des tournants de grands rayons, la ligne droite mesure près de 1 000 mètres. Les départs sont donnés au moyen de starting-gates. Un télégraphe est installé sur place, pour retransmettre immédiatement, les résultats des courses.

La consécration de cette réalisation arrive lors de visite du roi d'Angleterre Édouard VII le 1er mai 1905. Après avoir reçu les félicitations de son hôte royal sur l'ensemble de son établissement, Monsieur Edmond Blanc fait remarquer que toutes les constructions étaient de style anglais. "Oui, anglais, répond Sa Majesté, avec son bon sourire, c'est anglais, mais avec beaucoup de goût français"

Pendant la guerre 1914-1918, il n'y a plus de courses hippiques. Le champ de courses est réquisitionné pour héberger un hôpital militaire tenu par les canadiens². Ils y soigneront militaires et civils français pendant toute la durée de la guerre. L'artère qui mène à l'hippodrome porte actuellement le nom de rue du camp canadien pour commémorer la participation des canadiens, à l'effort de guerre.

Les Jeux olympiques d'été de 1924 utilisent les terrains de l'hippodrome pour les épreuves de polo.

¹ il construira ultérieurement, le très luxueux hôtel Normandy de Deauville

² voir le livre "Dans la tourmente : Deux hôpitaux militaires canadiens-français dans la France en guerre (1915-1919)" de Michel Litalien

Le centre d'entraînement privé[modifier | modifier le code]

Maison d'Edmond Blanc

La deuxième et dernière tranche démarre en 1902. Edmond Blanc qui entraînaient ses très nombreux chevaux de course à La Croix-Saint-Ouen (60), souhaitait un lieu plus privé, plus proche de son haras de Jardy et sur gazon. Il entreprend donc la construction d'un vaste centre d'entrainement privé avec tout le confort moderne pour ses chevaux et son personnel.

En réutilisant des bâtiments existants et en construisant de nouveaux, il édifie un très vaste complexe avec de grandes et nombreuses stalles et écuries. On y voit aussi une sellerie, maréchalerie, magasins à fourrage et à grains, salle de douches et infirmerie pour chevaux. Les lads ont leurs réfectoires, dortoirs et salle de jeux. Les autres personnels ont leurs appartements sur place.

L'ensemble de ces pavillons forment les trois côtés d'une cour intérieure. Le quatrième côté est fermé par une luxueuse habitation, toujours de style anglo-normand, construite pour l'usage de M. Blanc.

Le deuxième hippodrome[modifier | modifier le code]

Hippodrome en 2005

Pendant la guerre 1939-1945, les courses s'arrêtent à nouveau. Une partie des pelouses est recyclée en jardins potagers, fournissant ainsi à la population locale, de précieuses denrées fraîches.

Les successeurs d'Edmond Blanc vendent l'hippodrome en 1952 à l'industriel du textile et propriétaire-éleveur, Marcel Boussac. Le locataire en place, la société sportive d'encouragement, confie en 1954 à l’architecte Eugène Lizero la reconstruction de la tribune, paddock, guichets, stalles et boxes. Seuls le centre d'entraînement et l'habitation du propriétaire sont épargnés. Le nouvel hippodrome de Saint-Cloud, plus fonctionnel que réellement esthétique, est inauguré en février 1955. Il est revendu en 1974 et appartient aujourd'hui à la société France Galop.

Le centre d'entraînement privé et la maison d'Edmond Blanc sont restaurés puis transformés en club sportif privé en 1981 sous le nom de "Paris Country Club".

Aujourd'hui, l'hippodrome de Saint Cloud accueille également un terrain d'entraînement au Golf, lequel se situe au centre des pistes. Il offre ainsi une plus grande utilité, la saison des courses à Saint-Cloud étant courte. Pour mettre définitivement fin aux appétits des promoteurs immobiliers vis-à-vis de cette splendide implantation, l'hippodrome dans son ensemble a été inscrit au répertoire des Monuments historiques.

Courses modernes[modifier | modifier le code]

Course de mars 2005

Trente-deux réunions de courses se déroulent annuellement sur cet hippodrome. Les deux courses principales sont le Grand Prix de Saint-Cloud, couru fin juin/début juillet et le Critérium de Saint-Cloud, disputé le dernier dimanche d'octobre. En l'honneur de son créateur, un prix Edmond-Blanc (groupe III) est disputé en mars, sur cet hippodrome.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]