Normandy Barrière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Normandy Barrière
Normandy Barrière Deauville.JPG

Le Normandy

Localisation
Adresse
38, rue Jean-Mermoz
Deauville
Pays
Coordonnées
Architecture
Style
anglo-normand
Équipements
Étoiles
Star full.svgStar full.svgStar full.svgStar full.svgStar full.svg
Étages
4
Chambres
290
Restaurants
« La Belle époque » et « La Fermette »
Gestion
Propriétaire
Site web
Localisation sur la carte de Basse-Normandie
voir sur la carte de Basse-Normandie
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte du Calvados
voir sur la carte du Calvados
Red pog.svg
L'hôtel et le jardin François-André

Le Normandy Barrière est un hôtel de prestige du Groupe Lucien Barrière, situé à Deauville en Normandie.

Situation[modifier | modifier le code]

Ce palace se situe à proximité du centre ville de Deauville, dans le voisinage du casino, face aux plages de la Manche, sur la route du bord de mer.

Historique[modifier | modifier le code]

Le Normandy est construit en 1912 sous l'impulsion de François André. Il est le premier des grands palaces de la ville suivi en 1913 de son voisin l'Hôtel Royal Barrière. Un an après son ouverture, financée par son amant, Gabrielle Chanel installe son magasin dans l'enceinte de l'hôtel[1].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

L'hôtel est construit dans une architecture traditionnelle régionale de style manoir anglo-normand assorti de colombages vert pastel et de damiers de pierres. Il possède 290 chambres dont 28 suites et huit appartements familiaux décorés par le décorateur Jacques Garcia. La plupart des chambres ont une vue sur la mer. Dix-neuf salons peuvent accueillir des conférences, réceptions, cocktails ou soirées de gala.

L'établissement possède deux restaurants, l'un gastronomique « La Belle époque », l'autre réservé aux enfants « La Fermette », un piano-bar américain proposant une carte de 123 variétés de whiskys, un centre de fitness et un club enfant « Diwi & Co ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Virginie Skrzyniarz, « Deauville, Trouveille : les siamoises mondaines », L'Express, Groupe L'Express, no 3289,‎ , p. 74 (ISSN 0014-5270)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]