Heroes of the Lance

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Heroes of the Lance
Éditeur Strategic Simulations, Inc.
Développeur U.S. Gold

Date de sortie 1988
1989 (PC-88)
1991 (NES, MSX, Master System)
Genre Jeu de rôle, jeu d’action
Mode de jeu Un joueur
Plate-forme Amiga, Amstrad CPC, Atari ST, Commodore 64, MS-DOS, ZX Spectrum, PC-88, NES, MSX2 et Sega Master System
Média Disquette, cartouche, cassette
Contrôle Clavier, joystick

Heroes of the Lance est un jeu vidéo de rôle et d’action développé par U.S. Gold et publié par Strategic Simulations (SSI) en 1988 sur Amiga, Amstrad CPC, Atari ST, Commodore 64, MS-DOS, ZX Spectrum. Le jeu a ensuite été porté sur PC-88 en 1989 puis sur NES, MSX2 et Sega Master System en 1991. Le jeu est basé sur le jeu de rôle médiéval-fantastique Donjons et Dragons, publié par TSR. Il est le premier volet d’une trilogie se déroulant dans l’univers de Lancedragon, deux suites – baptisé Dragons of Flame et Shadow Sorcerer – ayant respectivement été publiées en 1989 et 1991. Le jeu suit la trame du premier roman des Chroniques de Lancedragon, intitulé Dragons d'un crépuscule d'automne, écrit par Margaret Weis et Tracy Hickman et publié en 1984. Ce dernier suit le périple de huit héros à travers la cité en ruine de Xak Tsaroth et leur combat contre l'ancien dragon Khisanth. Son système de jeu combine un gameplay de jeu d'action à déroulement horizontal (side-scroller) avec des élèments de jeu de rôle[1].

Trame[modifier | modifier le code]

Univers[modifier | modifier le code]

Heroes of the Lance prend place dans l’univers Lancedragon, un décor de campagne du jeu de rôle Donjons et Dragons. Le jeu se déroule dans le monde de Krynn, un pays mythique dans lequel les humains, les elfes et les nains affrontent les draconiens, une race d’homme-dragons belliqueuse alliés a des dragons maléfiques. Le jeu débute alors que Takhisis, la reine des ténèbres, menace le monde de Krynn[2].

Personnage[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Personnages de Lancedragon.

Le joueur contrôle le groupe des huit héros de Lancedragon[2] :

Scénario[modifier | modifier le code]

L’objectif du jeu est de retrouvé les disques de Mishakal, seuls ces derniers pouvant permettre de stopper la reine des ténèbres et ainsi de sauver le monde de Krynn. Pour cela, le groupe contrôlé par le joueur doit pénétrer dans les ruines de l’ancienne cité de Xak Tsaroth aujourd’hui occupées par d’effroyables créatures comme des draconiens, des trolls, des araignées et des nains du chaos. Il devra ensuite vaincre le gardien des disques, un puissant dragon noir connu sous le nom de Khisanth[3],[4].

Accueil[modifier | modifier le code]

Aperçu des notes obtenues
Heroes of the Lance
ACE US 84,4 %[5]
Amiga Power US 76 %[6]
Amiga Computing US 88 %[2]
Crash Magazine US 83 %[7]
CU Amiga US 89 %[8]
Joystick FR 63 %[4]
Sinclair User US 70 %[9]
Your Sinclair US 9/10[10]
Zzap US 40 %[11]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Levi Buchanan, « Dungeons & Dragons Classic Videogame Retrospective », sur IGN.com,‎ 6 mars 2008.
  2. a, b et c (en) Wayne, « Heroes of the Lance », Amiga Computing, vol. 1, no 11,‎ avril 1989, p. 68-69.
  3. (fr) « Informatique et jeux de rôle : L’union fait la force ? », Gen4, no 6,‎ novembre 1988, p. 126-128.
  4. a et b (fr) T.S.R., « Heroes of the Lance », Joystick, no 21,‎ novembre 1991, p. 160.
  5. (en) Bob Wade, « Heroes of the Lance: SSI hook and slash the monsters », ACE, no 14,‎ novembre 1988, p. 44-45.
  6. (en) Matt Squires, « Heroes of the Lance », Amiga Power, no 8,‎ décembre 1991, p. 101.
  7. (en) « Fantasy Role Playing: Heroes of the Lance », Crash Magazine, no 62,‎ mars 1989, p. 71.
  8. (en) Tony Dillon, « Heroes of the Lance », CU Amiga,‎ février 1989, p. 62.
  9. (en) « Heroes of the Lance », Sinclair User, no 83,‎ février 1989, p. 34-35.
  10. (en) Phil, « Advanced Dungeons & Dragons: Heroes of the Lance », Your Sinclair, no 39,‎ mars 1989, p. 80.
  11. (en) « Heroes of the Lance », Zzap, no 47,‎ mars 1989, p. 72.

Bibliographie[modifier | modifier le code]