Hampton Hawes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Hampton Hawes

alt=Description de l'image defaut.svg.
Informations générales
Nom de naissance Hampton Barnett Hawes, Jr.
Naissance 13 novembre 1928
Los Angeles
Décès 22 mai 1977 (à 48 ans)
Los Angeles
Activité principale Pianiste, compositeur
Genre musical Jazz, hard bop, bebop
Instruments piano
Années actives 1944-1977
Labels Prestige Records, Contemporary

Hampton Hawes (né Hampton Barnett Hawes, Jr. le 13 novembre 1928 à Los Angeles et mort le 22 mai 1977 dans la même ville) est un pianiste et compositeur américain de jazz, célèbre pour sa maîtrise du bebop.

Biographie[modifier | modifier le code]

Hampton Hawes est né à Los Angeles en novembre 1928. Son père était un pasteur populaire et sa mère musicienne au sein de l’église, jouant le futur instrument d’Hampton, le piano. C’est donc en regardant sa mère jouer que le jeune Hawes s’initiera à la musique et notamment au gospel. Le jeune garçon apprendra ensuite l’instrument en autodidacte, il regrettera plus tard n’avoir jamais eu de formation classique particulièrement pour l’écriture et la lecture de la musique. Outre le gospel, le pianiste est rapidement exposé au boogie-woogie puis rapidement Nat King Cole, Fats Waller ou encore Art Tatum[1].

Mais la plus grande influence du pianiste est, de son propre aveu, Charlie Parker qu’il découvre avec les jeunes musiciens de son époque : « il [Parker] m’influença plus que les autres, même plus que les pianistes »[réf. nécessaire]. Apprenant alors à jouer le style du célèbre saxophoniste, Hampton Hawes démarre véritablement sa carrière en jouant dans plusieurs groupes aux côtés de célèbre jazzmen de l’époque comme Dexter Gordon, Art Pepper ou encore Billie Holiday. Au niveau discographique le pianiste acquiert la notoriété lorsqu’il signe chez Contemporary par le biais de Lester Koenig dirigeant du label. Il y enregistrera, entre autres, une série de 6 albums entre 1955 et 1956 qui le rendront célèbre parmi les amateurs de jazz, Hawes est alors au sommet de sa carrière.

Comme beaucoup de musiciens à cette époque, le pianiste consomme des drogues et notamment l’héroïne dont il est fortement dépendant et qui mettra sa carrière entre parenthèses pendant plusieurs années. En effet, Hampton Hawes est arrêté en 1958 pour possession de drogues et condamné à 10 ans de prison au Texas. Le pianiste demande alors le pardon présidentiel après avoir vu Kennedy à la télévision. Contre toute attente Hawes reçoit une réponse favorable en 1963, obtenant le troisième pardon de ce type en 40 ans. Sorti de prison, Hawes doit à nouveau s’intégrer dans une scène musicale qui a considérablement changé en 5 ans d’absence, il se produit alors localement à Los Angeles. Le pianiste n’atteindra plus la reconnaissance passée mais enregistrera encore beaucoup avec différents trio et en s’essayant à une musique plus électrique. Il repartira également en tournée en Europe et restera actif jusqu’à sa mort en 1977 d’ apoplexie à l’âge de 48 ans[2].

Style[modifier | modifier le code]

Le style pianistique d’Hampton Hawes est profondément ancré dans le bebop. Une main droite très développée souvent agile et rapide et une main gauche plaquant des accords de manière syncopée permettant de faire progresser la musique. Dans ses improvisations Hawes utilisait aussi les blocks chords, un jeu d’octave à la main droite et finissait souvent ses phrases par une tierce ascendante[1].

Discographie non exhaustive[modifier | modifier le code]

  • All Night Session!, Vol. 1 (1956)
  • All Night Session!, Vol. 2 (1956)
  • All Night Session!, Vol. 3 (1956)
  • The Sermon (1958)
  • Four (1958)
  • For Real! (1958)
  • The Green Leaves Of Summer (1964)
  • Here and now (1965)
  • The Seance (1966)
  • Something Special (1976)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b [1]
  2. http://www.allaboutjazz.com/php/musician.php?id=7497

Lien externe[modifier | modifier le code]