Grigori Orlov

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Caractères cyrilliques Cette page contient des caractères cyrilliques. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.

Malecka Anna , "Did Orlov Buy the Orlov", Gems & Jewellery, 23 (6/ 7), 10-12.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Orlov.
Grigori Grigorievitch Orlov
Григорий Григорьевич Орлов
Le comte Grigori Orlov, par Fyodor Rokotov
Le comte Grigori Orlov, par Fyodor Rokotov

Naissance 17 octobre 1734
Décès 24 avril 1783 (à 48 ans)
Moscou
Origine Russe
Allégeance Drapeau de l'Empire russe Empire russe
Distinctions Ordre de Saint-André Ordre de Saint-André

Ordre de Saint-Vladimir Ie classe Ordre de Saint-Vladimir
Ordre de Saint Alexandre Nevski Ordre de Saint-Alexandre Nevski

Grigori Grigorievitch Orlov (écrit autrefois Orloff) (en russe : Григорий Григорьевич Орлов ; 17 octobre 1734 - 24 avril 1783) était un aristocrate russe, fils de Grigori Orlov, gouverneur de Novgorod.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il était le favori de la tsarine Catherine la Grande qui en devint enceinte. Celle-ci dissimula sa grossesse, et en 1762, elle donna naissance à un fils à l'insu de son époux, l'empereur Pierre III.

Cet enfant illégitime fut confié à un valet, et nommé d'après le village de Bobriki – aujourd'hui Donskoï – où il vécut ; lui, Alexeï Grigorievitch Bobrinski (1762-1813) et ses descendants formèrent la lignée des comtes Bobrinsky.

On notera une autre enfant illégitime, Nathalie née en 1758 et qui, adoptée par la famille Alexeïev, épousera en juillet 1808 le Feld maréchal Frédéric-Guillaume de Buxhoeveden.

Le 28 juin 1762, Grigori et son frère Alexis (qui fut commandant des forces navales russes) menèrent la conspiration qui écarta Pierre III du trône, et permit d'établir le règne de l'impératrice Catherine après l'abdication du tsar.

Catherine était profondément amoureuse de lui et lui donna d'importants postes militaires, bien qu’il n'eût jamais de voix décisive dans les affaires d’État. Elle lui offrit également un célèbre service d'orfèvrerie, fabriquée par les plus grands orfèvres parisiens[1].

Catherine eut d'autres amants, comme Grigori Potemkine. Elle fait construire le Palais de Marbre de Saint-Pétersbourg dans l'intention de l'offrir à Orlov, mais celui-ci meurt avant son achèvement.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ce service, auquel participèrent notamment J-N Roettiers et Auguste, comprenait entre autres : 88 plats, 650 assiettes, 103 cloches, 16 seaux à rafraichir, 10 candélabres, 48 flambeaux, 22 soupières... (cf. Bulletin des musées de France, n°2 de février 1933).

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]