Gianni Berengo Gardin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Berengo et Gardin.

Gianni Berengo Gardin (Santa Margherita Ligure, 10 octobre 1930) est un photographe et un photojournaliste italien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Gianni Berengo Gardin a travaillé en Italie mais aussi à Paris et en Suisse. Outre son travail de photographe, il a publié de très nombreux ouvrages sur la photographie.

Il a débuté la photographie en 1954 et s'est tourné vers le photojournalisme en 1965, collaborant aux journaux Il Mondo de Mario Pannunzio et collaborant aussi aux principales revues nationales et internationales comme Domus, Epoca, L'Express, Time, Stern et Le Figaro.

Sa manière caractéristique de photographier, son œil attentif sur le monde et les différentes réalités, de l'architecture au paysage, à la vie quotidienne, lui ont permis d'obtenir un succès international et d'en faire un photographe très demandé sur le marché de la communication par l'image.

Nombre des plus incisives photographies publicitaires utilisées au cours des cinquante dernières années proviennent de ses archives. Procter & Gamble et Olivetti ont utilisé plusieurs fois ses photographies pour promouvoir leur image. Son amitié avec l'architecte Carlo Scarpa lui a permis de documenter plusieurs œuvres de ce dernier comme la tombe Brion près de Trévise.

Berengo Gardin a exposé ses photographies dans des centaines d'expositions à travers le monde qui ont célébré son travail et sa créativité : le Museum of Modern Art à New York, le George Eastman House de Rochester, la Bibliothèque nationale de France, les rencontres d'Arles, le mois de la Photo à Paris, les galeries de la FNAC.

En 1991, une grande rétrospective a été organisée par le musée de l'Élysée à Lausanne et, en 1994, ses photographies ont été utilisées dans l'exposition consacrée à l'art italien au musée Guggenheim de New York. À Arles, durant les rencontres internationales de la photographie, il a reçu le prix Oskar Barnack.

Gianni Berengo Gardin a publié plus de 150 ouvrages sur la photographie. Parmi ceux-ci, Venise des Saisons, Morire di classe (avec Carla Cerati) , L'occhio come mestiere, Toscana, Francia, Gran Bretagna, Roma, Dentro le case, Dentro il lavoro, Scanno, Il Mondo, Un paese vent'anni dopo (avec Cesare Zavattini), In treno attraverso l'Italia (avec Ferdinando Scianna et Roberto Koch), ainsi que le grand livre d'anthologie intitulé Gianni Berengo Gardin Fotografo (1990), reportage en Sardaigne 1968/2006 (Imago edizioni 2006).

Il y a quelques années, il a consacré ses travaux à la communauté des gitans en Italie et le Disperata Allegria - vivere da Zingari a Firenze a remporté, en 1994, le prix Oskar Barnack. Son dernier livre est Italiani (Federico Motta Editore, 1999).

Ses dernières expositions se sont déroulées à New York (1999 - Leica Gallery) et en Allemagne (2000). En 2005, la Federazione Italiana Associazioni Fotografiche lui a consacré une monographie dans la collection de livres Grandi Autori. En novembre 2007, toujours la FIAF a publié la monographie L'Abruzzo dei fotografi qui contient dix de ses photographies de L'Aquila ainsi qu'une interview.

En décembre 2007, à l'occasion de la Lucca Digital Photo Festival, il expose à Lucca son dernier travail Aiutiamo la Casa del Sole.

Gianni Berengo Gardin vit désormais à Milan et il est membre, depuis 1990, d'une importante agence photographique Contrasto ainsi que du cercle La gondola de Venise[1].

Prix et récompenses[modifier | modifier le code]

Le 18 octobre 2008, il reçoit le prix Lucie Award pour sa carrière, la plus haute reconnaissance pour ses mérites professionnels, ainsi qu'un prix personnel délivré par le Palazzo Pichi Sforza de Sansepolcro (province d'Arezzo)[2],[3].

Collections, expositions[modifier | modifier le code]

Berengo Gardin est présent dans les plus grandes collections et a exposé dans les lieux les plus prestigieux :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Cflagondola.it
  2. Fonts: Andrea Plebe, La vita in bianco e nero, Il Secolo XIX, 22 novembre 2008, p. 27.
  3. Undo.net.

Liens externes[modifier | modifier le code]