George Monbiot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
George Monbiot

George Joshua Richard Monbiot (né le 27 janvier 1963, à Londres) est un journaliste, éditorialiste, auteur, universitaire et activiste environnemental et politique au Royaume-Uni, qui écrit chaque semaine dans le quotidien The Guardian.

Il a très récemment pris position pour l'énergie nucléaire, arguant que la catastrophe de Fukushima a surtout mis en évidence qu'une centrale vétuste et mal entretenue pouvait encaisser un séisme et un tsunami exceptionnels (le dernier séisme supérieur à 8,5 au Japon aurait eu lieu il y a près de 1 200 ans) avec des dégâts sur l'environnement et l'homme très limités. Il dénonce aussi les mensonges des activistes sur l'effet des faibles niveaux d'irradiation et sur le réel potentiel des énergies renouvelables[1],[2]. Il compare les méthodes anti-scientifiques des anti-nucléaires à celles utilisés par les négationnistes du changement climatique[3].

D'autre part, il oeuvre pour la prise en compte et la reconnaissance des dynamiques des écosystèmes et de leurs espèces dans les espaces naturels en Grande Bretagne. Ses prises de position offrent de nombreuses similitudes avec celles de nombreux naturalistes, auteurs et scientifiques français (François Terrasson, auteur de « La Peur de la nature », Jean Claude Génot, Bernard Boisson, Robert Hainard, Francis Hallé, etc). Dans son article intitulé « The Naturalists Who Are Terrified Of Nature »[4], il dénonce les faibles ambitions et dérives modernes de la politique de conservation de la nature dans son pays et du greenwashing : Des espaces mis en réserve dans le Nord de l'Angleterre sont érigés en exemple pour leur « réensauvagement » en raison de quelques dynamiques naturelles ré-autorisées (rivière sauvage sans coupure artificielle, arbres de pays en bordure). En dehors de celles ci, l'entretien d'un paysage de bocages, landes et fermes traditionnelles semble y être la seule nature reconnue. Elle est entretenue partout, au détriment de dynamiques spontanées et de nombreux cortèges de faune et de flore qui pourraient s'y installer, amenant une qualité écologique indéniable notamment en forêt, et dont la présence ne demande qu'à être complémentaire avec des paysages créés par l'humain et des activités humaines non impactantes (comme cela est déjà le cas).

Il écrit : "But nature is not just a fixed assemblage of species, maintained as if it were a collection in a museum. It is also the ever-changing relationships between them, the successional processes, the shifting communities: all of which, in many of our reserves, are prohibited."

Il y dénonce également la sélection d'espèces, clairement favorisées au détriment d'autres, notamment chez les oiseaux.

Il écrit : "When I worked in the Amazon, the conservationists I met were fighting to defend the rainforest against cattle ranching. In Britain the conservationists are – literally – defending cattle ranching against the rainforest."

Monbiot at a Make Poverty History rally in Scotland

Notes et références[modifier | modifier le code]