George Keith

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
George Keith, Placido Costanzi, circa 1733

George Keith, 10e comte Marischal (1692/93 ? – 28 mai 1778), fut un officier d'armée écossais. Il était surnommé Earl Marischal parce que le titre de comte-maréchal d'Écosse était héréditaire dans sa famille, en tant que chefs du clan Keith.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il servit d'abord avec distinction sous Marlborough, et refusa après la mort de la reine Anne en 1715, de reconnaître pour roi George Ier, et voulut faire proclamer le Prétendant, fils de Jacques II.

Il s'expatria après la fuite de ce prince et fut condamné à mort par le Parlement. Il alla prendre du service à l'étranger, et finit par se fixer en Prusse, où il devint l'ami de Frédéric II. Il fut nommé par ce dernier, gouverneur de la principauté de Neuchâtel entre 1754-1768[1].

Descriptions[modifier | modifier le code]

Château de Colombier, demeure du Lord Marischal.

D'Alembert dit de lui : « Milord Maréchal aimait à conter, mais ne contait jamais qu'à propos, avec simplicité, quoique avec finesse, et surtout avec ce bon goût qui écarte les détails inutiles. »

Rousseau, dans ses Confessions, le décrit ainsi : « Milord maréchal n'est pas sans défaut; c'est un sage, mais c'est un homme. Avec l'esprit le plus pénétrant, avec le tact le plus fin qu'il soit possible d'avoir, avec la plus profonde connaissance des hommes, il se laisse abuser quelquefois, et n'en revient pas. Il a l'humeur singulière, quelque chose de bizarre et d'étranger dans son tour d'esprit. Il paraît oublier les gens qu'il voit tous les jours, et se souvient d'eux au moment qu'ils y pensent le moins: ses attentions paraissent hors de propos; ses cadeaux sont de fantaisie, et non de convenance. Il donne ou envoie à l'instant ce qui lui passe par la tête, de grand prix ou de nulle valeur, indifféremment. »

Sur les autres projets Wikimedia :

Source[modifier | modifier le code]

Marie-Nicolas Bouillet et Alexis Chassang (dir.), « George Keith » dans Dictionnaire universel d’histoire et de géographie,‎ 1878 (Wikisource)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Henry, Philippe, 2011, Histoire du canton de Neuchâtel; Tome 2: le temps de la monarchie; politique, religion et société de la Réforme. Éditions Alphil-Presses universitaires suisses. Neuchâtel. ISBN 978-2-940235-85-8, p.41.