George Ier de Grande-Bretagne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir George Ier et Georges de Grande-Bretagne.
George Ier
George Ier par Godfrey Kneller, 1714
George Ier par Godfrey Kneller, 1714
Titre
Roi de Grande-Bretagne et d'Irlande
1er août 1714[1]11 juin 1727
(&&&&&&&&&&&0469712 ans, 10 mois et 10 jours)
Couronnement 20 octobre 1714
en l'Abbaye de Westminster
Premier ministre Robert Walpole
Prédécesseur Anne
Successeur George II
Électeur de Hanovre
23 janvier 169811 juin 1727[1]
(&&&&&&&&&&01073029 ans, 4 mois et 18 jours)
Prédécesseur Ernest-Auguste
Successeur George II
Héritier présomptif du trône de Grande-Bretagne
8 juin 17141er août 1714
(&&&&&&&&&&&&&0541 mois et 23 jours)
Monarque Anne
Prédécesseur Sophie de Bohême
Successeur George, prince de Galles
Biographie
Dynastie Maison de Hanovre
Nom de naissance Anglais : George Louis
Allemand : Georg Ludwig
Date de naissance 28 mai 1660[1]
Lieu de naissance Hanovre (Brunswick-Lunebourg)
Date de décès 11 juin 1727 (à 67 ans)
Lieu de décès Osnabrück (Brunswick-Lunebourg)
Père Ernest-Auguste de Hanovre
Mère Sophie de Bohême
Conjoint Sophie-Dorothée de Brunswick-Lunebourg
Enfant(s) George II Red crown.png
Sophie-Dorothée de Hanovre

Signature

George Ier de Grande-Bretagne
Monarques de Grande-Bretagne

George Ier (né Georg Ludwig, 28 mai 1660 - 11 juin 1727[1]) fut roi de Grande-Bretagne et d'Irlande du 1er août 1714 jusqu'à sa mort. Il fut également duc de Brunswick-Lüneburg (Hanovre) puis prince-électeur du Saint-Empire romain germanique à partir de 1698.

George était né à Hanovre dans ce qui est actuellement l'Allemagne et il hérita des titres et des terres du duché de Brunswick-Lunebourg à la mort de son père et de ses oncles. Une série de guerres européennes étendit ses domaines allemands et en 1708 il devint prince-électeur de Hanovre. À l'âge de 54 ans, après la mort de la reine Anne de Grande-Bretagne, George monta sur le trône britannique en tant que premier monarque de la Maison de Hanovre. Même si plus de 50 nobles catholiques avaient des liens de parenté plus étroit avec la reine Anne que lui, l'Acte d'établissement de 1701 les excluait de la succession. George était le plus proche parent protestant vivant d'Anne et en réaction, les jacobites tentèrent de le renverser pour le remplacer par le demi-frère catholique d'Anne, Jacques François Stuart, mais ils échouèrent.

Durant le règne de George Ier, les pouvoirs de la monarchie diminuèrent et le Royaume-Uni commença une transition vers un système moderne de cabinet mené par un premier ministre. Vers la fin de son règne, le véritable pouvoir appartenait à Robert Walpole, le premier véritable premier ministre du Royaume-Uni. George Ier mourut lors d'un voyage dans son Hanovre natal où il fut inhumé. Son fils lui succéda sous le nom de George II.

Jeunesse[modifier | modifier le code]

George est né le 28 mai 1660 à Hanovre dans le Saint-Empire romain germanique[2]. Il était le fils aîné d'Ernest-Auguste, duc de Brunswick-Lunebourg et de son épouse Sophie de Rhin-Palatinat. Sophie était la petite-fille de Jacques Ier d'Angleterre de par sa mère, Élisabeth d'Angleterre[3].

Durant la première année de sa vie, George était le seul héritier des territoires allemands de son père et de ses trois oncles sans enfants. En 1661, le frère de George, Frédéric-Auguste, naquit et les deux garçons (appelés Görgen et Gustchen dans la famille) furent élevés ensemble. Leur mère fut absente durant près d'un an (1664-1665) car elle se trouvait en convalescence en Italie mais elle correspondait régulièrement avec les gouvernantes de ses fils et elle s'impliqua largement dans l'éducation de ses enfants[4]. Après son retour, Sophie eut cinq autres enfants avec Ernest-Auguste. Dans ses lettres, Sophie décrivait George comme un enfant responsable et consciencieux qui servait d'exemple pour ses jeunes frères et sœurs[5].

En 1675, le plus vieil oncle de George mourut sans héritiers mais ses deux autres oncles s'étaient mariés et leurs possessions passeraient à leurs enfants s'ils en avaient. Le père de George l'emmena chasser et chevaucher et l'introduisit aux questions militaires ; inquiet de son futur incertain, Ernest-Auguste emmena George, alors âgé de 15 ans, combattre dans la guerre de Hollande avec l'objectif délibéré de tester et d'entraîner son fils au combat[6].

En 1679, un autre oncle mourut sans enfants et Ernest-Auguste devint le duc régnant de Calenberg-Göttingen et de sa capitale de Hanovre. Le dernier oncle de George, Georges-Guillaume de Celle, avait épousé sa maîtresse afin de légitimer sa seule fille Sophie-Dorothée de Celle mais il semblait peu probable qu'il ait d'autres enfants. D'après la loi salique, la succession était limitée à la lignée mâle et l'héritage de ces territoires par George et ses frères semblait assurée. En 1682, la famille accepta d'adopter le principe de primogéniture, ce qui signifiait que George hériterait de tous les territoires sans avoir à les partager avec ses frères[7].

Mariage[modifier | modifier le code]

George en 1680 lorsqu'il était prince de Hanovre. D'après une peinture de Godfrey Kneller.

La même année, George épousa sa cousine germaine, Sophie-Dorothée de Celle. Le mariage fut principalement arrangé pour assurer un confortable revenu annuel et faciliter une éventuelle unification entre le Hanovre et Celle. Sa mère était initialement opposée au mariage car elle méprisait la mère de Sophie-Dorothée (qui n'était pas d'ascendance royale) et car elle s'inquiétait de la légitimité de Sophie-Dorothée. Cependant, elle fut finalement convaincue par les avantages inhérents au mariage[8].

En 1683, George et son frère, Frédéric-Auguste, participèrent à la bataille de Vienne lors de la cinquième guerre austro-turque et Sophie-Dorothée accoucha d'un fils, George-Auguste. L'année suivante, Frédéric-Auguste fut informé de l'adoption du principe de primogéniture, ce qui signifiait qu'il ne recevrait pas la portion de territoires qu'il espérait. Cela envenima les relations entre le père et le fils et entre les frères et ces mauvaises relations continuèrent jusqu'à la mort au combat de Frédéric-Auguste en 1690. Avec la formation imminente d'un État hanovrien unifié et les contributions répétées des Hanovriens dans les guerres de l'Empire, Ernest-Auguste fut fait électeur du Saint-Empire romain germanique en 1692. Les perspectives de George étaient à présent meilleures que jamais en tant que seul héritier de l'électorat de son père et du duché de son oncle[9].

Sophie-Dorothée eut un second enfant, une fille également nommée Sophie-Dorothée en 1687 mais elle ne fit aucune autre grossesse. Les relations dans le couple se détériorèrent et George préférait la compagnie de sa maîtresse, Mélusine von der Schulenburg avec laquelle il eut deux filles en 1692 et 1693[10]; dans le même temps Sophie-Dorothée entretint une aventure avec le comte suédois Philippe-Christophe de Kœnigsmark. Menacé par le scandale d'une fugue amoureuse, la cour hanovrienne, dont les frères de George et Sophie, pressèrent les amants de se séparer mais sans succès. Selon des sources diplomatiques d'opposants du Hanovre, en juillet 1694, le comte fut tué, possiblement avec la connivence de George et le corps fut lesté et jeté dans la rivière Leine. Il fut avancé que quatre courtisans de George-Auguste auraient commis le meurtre dont l'un (Don Nicolò Montalbano) fut payé la somme colossale de 150 000 thalers soit plus de cent fois le salaire annuel du ministre le mieux payé[11]. Des rumeurs ultérieures avancèrent que Kœnigsmark avait été découpé en morceaux et enterré sous le plancher du palais de Hanovre[12]. Cependant, des sources du Hanovre, dont Sophie-Dorothée, rejettent cette version des événements[11].

Le mariage de George avec Sophie-Dorothée fut dissous, non pour des raisons d'adultère mais sur le fait que Sophie-Dorothée avait abandonné son époux. Avec le soutien de son père, George fit emprisonner Sophie-Dorothée dans le château d'Ahlden de sa ville natale de Celle où elle resta jusqu'à sa mort en 1726. On lui refusa l'accès à ses enfants et à son père et elle ne pouvait pas se remarier ou se promener seule à l'extérieur du château. Elle avait néanmoins un revenu et des serviteurs[13].

Électeur[modifier | modifier le code]

George en 1706 alors qu'il était électeur de Hanovre.

Ernest-Auguste mourut le 23 janvier 1698 et laissa tous ses territoires à George à l'exception de la principauté ecclésiastique d'Osnabrück, un titre qu'il possédait depuis 1661[14]. George devint donc duc de Brunswick-Lunebourg (également appelé Hanovre, d'après le nom de sa capitale) de même qu'archi-porte-étendard et prince-électeur de l'Empire[15]. Sa cour à Hanovre accueillit de nombreuses personnalités culturelles et scientifiques comme les compositeurs Georg Friedrich Haendel et Agostino Steffani ou le mathématicien et philosophe Gottfried Wilhelm Leibniz.

Peu après l'accession de George à la tête du duché paternel, le prince Guillaume, duc de Gloucester, qui était le second dans l'ordre de succession au trône d'Angleterre et d'Écosse, mourut. D'après les termes de l'Acte d'établissement de 1701, la mère de George, Sophie, fut désignée comme l'héritière du trône britannique si le monarque régnant (Guillaume III) et sa belle-sœur, la princesse Anne de Danemark (la future reine Anne) mourraient sans héritier. La succession fut réalisée ainsi car Sophie était la plus proche parente protestante de la famille royale britannique ; 56 catholiques avec des revendications héréditaires supérieures furent ainsi exclus de l'ordre de succession[16]. La probabilité que l'un d'entre-eux se convertisse au protestantisme était faible et certains avaient déjà refusé[17].

En août 1701, George fut investit de l'ordre de la Jarretière et, en moins de six semaines, le plus proche prétendant catholique au trône d'Angleterre, l'ancien roi Jacques II, mourut. Guillaume III mourut le mois de mars suivant et Anne monta sur le trône. Sophie devint l'héritière présomptive de la nouvelle reine d'Angleterre. Sophie était âgée de 71 ans, 35 ans de plus qu'Anne, mais elle restait en bonne santé et investit beaucoup de temps et d'énergie pour sécuriser la succession pour elle-même ou pour son fils[18]. Ce fut cependant George qui comprit les complexités de la politique anglaise et de la loi constitutionnelle pour naturaliser Anne et ses héritiers en tant que sujets anglais et organisa les détails des arrangements pour le transfert de pouvoir vers le conseil de régence[19]. La même année, le dernier oncle de George mourut et il hérita de la principauté de Lunebourg-Grubenhagen, centrée sur Celle[20].

Carte du Hanovre, vers 1720, montrant le Hanovre, Brunswick-Wolfenbüttel et de la principauté ecclésiastique d'Osnabrück. Au cours de la vie de George, le Hanovre acquit Lauenbourg et Brême-et-Verden.

Peu après l'accession de George au trône de Hanovre, la guerre de succession d'Espagne commença. L'enjeu était le droit de Philippe, le petit-fils du roi Louis XIV de France à succéder au trône d'Espagne conformément au testament de Charles II d'Espagne. Le Saint-Empire romain germanique, les Provinces-Unies, l'Angleterre, le Hanovre et de nombreux états allemands s'opposaient au droit de Philippe à monter sur le trône d'Espagne car il craignait que la Maison de Bourbon française ne devienne trop puissante si elle contrôlait également l'Espagne. Lors de la guerre, George envahit ses voisins comme Brunswick-Wolfenbüttel qui était pro-français et il rédigea lui-même plusieurs ordres de bataille. L'invasion fut couronnée de succès avec peu de pertes humaines. En récompense, l'ancienne annexion du duché de Saxe-Lauenbourg par l'oncle de George fut reconnue par les Britanniques et les Hollandais[21].

En 1706, l'électeur de Bavière fut privé de ses titres pour s'être allié avec Louis XIV contre l'Empire. L'année suivante, George fut investit en tant que maréchal avec le commandement de l'armée impériale stationnée le long du Rhin. Son mandat ne fut pas complément réussi, en partie car il fut trompé par le duc de Marlborough qui le mena dans une attaque de diversion et en partie car l'empereur Joseph Ier s'appropria les fonds nécessaires à financer l'armée de George. Malgré cela, les princes allemands pensèrent qu'il s'était bien comporté. En 1708, ils confirmèrent formellement la position de George en tant que prince-électeur en reconnaissance, ou à cause, de ses services. George ne garda pas de rancunes contre les actions du duc de Marlborough car il comprit qu'elles faisaient partie d'un plan visant à leurrer les forces françaises[22].

En 1709, George démissionna de son titre de maréchal et ne reprit jamais le service actif. En 1710, il reçut la dignité d'archi-trésorier de l'Empire[23], un titre auparavant détenu par l'électeur palatin ; l'absence de l'électeur de Bavière autorisa une redistribution des fonctions[24]. La mort de l'empereur en 1711 menaça de renverser l'équilibre des forces et la guerre se termina en 1713 par la ratification des traités d'Utrecht. Philippe fut autorisé à monter sur le trône d'Espagne mais fut exclu de la succession au trône de France et l'électeur de Bavière recouvra ses titres.

Accession au trône britannique[modifier | modifier le code]

Un demi crown à l'effigie de Georges Ier, 1723
George vers 1714, l'année de son accession au trône britannique, peinture de Godfrey Kneller.

Bien que l'Angleterre et l'Écosse ait reconnu Anne comme leur reine, seul le parlement anglais avait désigné Sophie, électrice du Hanovre, comme l'héritière. Le parlement d'Écosse n'avait pas formellement résolu la question de la succession au trône écossais. En 1703, les Écossais votèrent une loi déclarant que le choix du successeur de la reine Anne au trône d'Écosse ne serait pas le même que pour le trône anglais à moins que l'Angleterre n'accorde une complète liberté de commerce aux marchands écossais en Angleterre et dans ses colonies. Initialement la sanction royale fut différée mais l'année suivante Anne capitula face aux exigences du parlement écossais et la sanction fut accordé à la loi qui devint l'Acte de sécurité de 1704. En réponse, le parlement d'Angleterre présenta une mesure qui menacerait de réduire le commerce anglo-écossais et handicaperait l'économie écossaise si le parlement d'Écosse n'acceptait pas la succession hanovrienne[25],[26]. Finalement, en 1707, les deux parlements acceptèrent l'Acte d'Union qui unifia l'Angleterre et l'Écosse au sein d'une même entité politique, le Royaume de Grande-Bretagne, et établit les règles de succession telles que définies dans l'Acte d'établissement[27]. L'union créa la plus grande zone de libre-échange de l'Europe du XVIIIe siècle[28].

Les politiciens whigs considéraient que le Parlement avait le droit de déterminer la succession et de l'accorder au parent protestant le plus proche de la reine tandis que les tories considéraient que le droit héréditaire des Stuart primait. En 1710, George annonça qu'il succéderait au trône britannique par droit héréditaire, car seuls les droits des héritiers catholiques étaient annulés et il maintint cette décision. « Cette déclaration était destinée à contrecarrer toute interprétation whig que le Parlement lui avait donné le royaume… [et] convaincre les tories qu'il n'était pas un usurpateur[29] ».

La mère de George, l'électrice Sophie, mourut le 28 mai 1714[30] à l'âge de 83 ans. Elle s'effondra après avoir couru pour s'abriter de la pluie dans les jardins royaux de Herrenhausen. George était maintenant l'héritier direct de la reine Anne. Il modifia rapidement la composition du conseil de régence qui prendrait le pouvoir après la mort d'Anne car la santé d'Anne se détériorait et les politiciens en Grande-Bretagne se battaient pour le pouvoir[31]. Anne mourut le 1er août des suites d'une crise de goutte et George fut proclamé roi de Grande-Bretagne et d'Irlande sous le nom de George Ier[32]. En partie du fait de vents contraires, il fut bloqué à La Haye[33] et n'arriva pas en Angleterre avant le 18 septembre. George fut couronné à l'abbaye de Westminster le 20 octobre[3].

George vécut principalement en Grande-Bretagne après 1714 même s'il retourna au Hanovre en 1716, 1719, 1720, 1723 et 1725[34] ; au total George passa environ un-cinquième de son règne de roi en Allemagne[35]. Une clause de l'Acte d'établissement qui interdisait le monarque britannique de quitter le pays sans l'autorisation du Parlement fut unanimement annulée en 1716[36]. Durant toutes les absences du roi, à l'exception de la première, le pouvoir fut confié à un conseil de régence plutôt qu'à son fils, George-Auguste, le prince de Galles[37].

Guerres et révoltes[modifier | modifier le code]

George Ier en 1718, peinture de George Vertue d'après Godfrey Kneller.

Moins d'un an après l'accession au trône de George Ier, les whigs remportèrent largement l'élection générale de 1715. Plusieurs membres battus du parti tory sympathisèrent avec les jacobites et certains rejoignirent même une rébellion qui fut appelée « Le Quinze ». Les jacobites cherchaient à placer le demi-frère catholique d'Anne, Jacques Stuart (appelé « Jacques III » par ses partisans et le « prétendant » par ses opposants), sur le trône. Les partisans du prétendant, menés par John Erskine, un noble écossais désabusé qui avait auparavant soutenu la « Glorieuse Révolution », organisèrent un soulèvement en Écosse où le jacobitisme était plus influent qu'en Angleterre. « Le Quinze » fut finalement un échec ; les plans de bataille d'Erskine étaient mauvais et le prétendant arriva trop tard avec trop peu d'argent et trop peu d'armes. À la fin de l'année, la révolte était presque complètement écrasée. Face une défaite imminente, Erskine et le prétendant s'enfuirent en France en février 1716. Sous l'impulsion du souverain, la réponse gouvernementale fut modérée ; il n'y eut que quelques exécutions et l'argent des confiscations fut utilisé pour construire des écoles en Écosse et rembourser une partie de la dette publique[38].

La méfiance de George envers les tories favorisa la prise de pouvoir par les whigs[39]. L'influence whig s'amplifia tellement que les tories ne revinrent pas au pouvoir avant un demi-siècle. Après l'élection, le Parlement contrôlé par les whigs vota le Septennial Act 1715 qui étendait le mandat maximal du parlement à sept ans (bien qu'il puisse être dissout par le roi avant cette date)[40]. Ainsi les whigs déjà en place restèrent dans cette position pour une plus grande durée[41].

Après son accession au trône britannique, les relations de George avec son fils (qui avaient toujours été médiocres) s'aggravèrent. George-Auguste, le prince de Galles, encouragea l'opposition aux politiques de son père qu'il qualifiait mesures destinées à accroître la liberté religieuse en Grande-Bretagne et étendre les territoires allemands du Hanovre aux dépens de la Suède[42]. En 1717, la naissance d'un petit-fils entraîna une querelle importante entre les deux hommes. Le roi, suivant apparemment la coutume, nomma le Lord Chambellan, Thomas Pelham-Holles, le duc de Newcastle, comme l'un des parrains de baptême de l'enfant. Le roi fut irrité lorsque le prince de Galles, qui n'appréciait pas Pelham-Holles, l'insulta verbalement lors du baptême, ce que le duc interpréta à tort comme une demande en duel. Le prince fut obligé de quitter la résidence royale du palais St. James[43]. La nouvelle résidence du prince, Leicester House, devint le point de rassemblement des opposants politiques du roi[44]. George et son fils se réconcilièrent ensuite à l'instigation de Robert Walpole et de la princesse de Galles qui avait également été évincée avec son époux et souhaitait revoir ses enfants laissés à la garde du roi. Néanmoins, à la suite de l'incident du baptême, les deux hommes ne furent plus jamais en bons termes[45].

George Ier fut actif en politique étrangère au début de son règne. En 1717, il contribua à la création de la Triple Alliance, une ligue dirigée contre l'Espagne et composée du Royaume-Uni, de la France et des Provinces-Unies. En 1718, le Saint-Empire romain germanique rentra dans l'alliance qui devint la Quadruple-Alliance. La guerre qui suivit porta sur la même question que la guerre de succession d'Espagne. Le traité d'Utrecht de 1713 avait reconnu le petit-fils du roi Louis XIV de France, Philippe, comme roi d'Espagne à la condition qu'il abandonne ses droits sur le trône de France. À la mort de Louis XIV en 1715, Philippe songea néanmoins à faire annuler le traité.

L'Espagne soutint une invasion jacobite de l'Écosse en 1719 mais le mauvais temps ne permit qu'à 300 soldats espagnols d'arriver en Écosse[46]. Une base fut établie au château d'Eilean Donan sur la côte ouest de l'Écosse au mois d'avril mais elle fut détruite par les navires britanniques un mois après[47]. Les tentatives jacobites pour recruter au sein des clans écossais ne permirent de mobiliser qu'une force combattante de seulement mille hommes. Les jacobites étaient mal équipés et furent facilement défaits par l'artillerie britannique lors de la bataille de Glen Shiel[48]. Les Écossais se dispersèrent dans les Highlands et les Espagnols se rendirent. L'invasion ne fut néanmoins jamais une menace pour le gouvernement de George Ier. Affrontant une puissante coalition, les armées de Philippe furent battues et les trônes de France et d'Espagne restèrent séparés.

Dans le même temps, le Hanovre profita de la grande guerre du Nord provoquée par la rivalité entre la Suède et la Russie au sujet de la mer Baltique pour s'étendre en Allemagne. Les territoires suédois de Brême-et-Verden furent cédés au Hanovre en 1719 par les traités de Stockholm[49].

Ministères[modifier | modifier le code]

Quart de guinée de 1718 montrant George Ier de profil.

Au Hanovre, le roi était un monarque absolu. Toutes les dépenses gouvernementales au-dessus de 50 thalers (entre 12 et 13 livres sterling, environ 25 000 £ de 2011[50]) et les nominations de tous les officiers de l'armée, des ministres et même ceux des officiels gouvernementaux au-dessus du niveau de copiste étaient sous son contrôle personnel. En contraste, le roi britannique devait gouverner avec le Parlement[51].

En 1715, lorsque les whigs arrivèrent au pouvoir, les principaux ministres de George étaient Robert Walpole, Lord Townshend (le beau-frère de Walpole), Lord Stanhope et Lord Sunderland. En 1717, Lord Townshend fut limogé et Walpole démissionna du Cabinet sur fond de désaccords avec ses collègues[52] ; Lord Stanhope s'occupa principalement des affaires étrangères et Lord Sunderland des affaires domestiques[53].

Le pouvoir de Lord Sunderland commença à s'affaiblir en 1719. Il introduisit une loi sur la noblesse afin de limiter la taille de la Chambre des Lords en réduisant les nouvelles créations de pairs. La mesure aurait renforcé le contrôle de Sunderland sur la Chambre en empêchant la création de pairs de l'opposition mais elle fut rejetée après que Walpole ait mené l'opposition à cette loi en donnant le « discours le plus brillant de sa carrière[54] ». Walpole et Townshend furent renommés ministres l'année suivante et un nouveau gouvernement whig apparemment unifié fut formé[54].

Les questions de la spéculation financière et de la gestion de la dette publique posèrent de graves problèmes. Certaines obligations d'État ne pouvaient pas être rachetés sans le consentement du porteur et avaient été émises lorsque les taux d'intérêt étaient élevés ; par conséquent chaque obligation représentait un fardeau de long-terme sur les finances publiques car les obligations n'étaient presque jamais rachetées[55]. En 1719, la Compagnie des mers du Sud proposa de racheter pour 31 millions de livres (environ 57,4 milliards de livres de 2011[50]), soit les trois-cinquièmes de la dette nationale britannique en échange d'assurances gouvernementales sur les actions de la Compagnie[56]. La Compagnie corrompit Lord Sunderland, Mélusine von der Schulenburg et le cousin de Lord Stanhope, Charles Stanhope, qui était secrétaire au Trésor, pour soutenir son plan[57]. Elle attira les détenteurs d'obligations d'État en proposant de convertir les obligations non-échangeables à fort taux d'intérêt contre des actions moins rentables mais facilement échangeables en offrant des compensations financières apparemment préférentielles[58]. Le cours des actions monta rapidement et passa de 128 £ le 1er janvier 1720[59] à 500 £ au début du processus d'échange en mai[60]. Le 24 juin, le prix atteignit un pic de 1 050 £[61]. Le succès de la Compagnie mena à l'introduction en bourse spéculative d'autres compagnies, dont certaines étaient fictives[62]; le gouvernement avec le soutien de la Compagnie, vota le Bubble Act dans une tentative pour stopper ces introductions[63]. La hausse du marché s'arrêta[64] et des ventes incontrôlées commencèrent en août ; le coût des actions tomba à 150 £ à la fin du mois de septembre. De nombreuses personnes, dont des aristocrates, perdirent de grandes quantités d'argent et certains furent complètement ruinés[65]. George Ier, qui se trouvait en Hanovre depuis juin, rentra à Londres en novembre, plus tôt que prévu, à la demande des ministres[66].

La crise économique, appelée la bulle des mers du Sud, rendit George et ses ministres extrêmement impopulaires[67]. En 1721, Lord Stanhope, bien que personnellement innocent[68],[69], s'effondra et mourut après un débat houleux à la Chambre des Lords et Lord Sunderland démissionna de son poste. Il conserva néanmoins une certaine influence sur le roi jusqu'à sa mort soudaine en 1722 qui permit la montée de Robert Walpole. Ce dernier devint de facto, le premier premier ministre du Royaume-Uni bien que le titre ne lui fut pas formellement appliqué (officiellement, il était premier Lord du Trésor et chancelier de l'Échiquier). Sa gestion de la bulle des mers du Sud, en réorganisant les dettes et en fournissant certaines compensations, permit le retour de la stabilité financière[70]. Grâce à la gestion habile de Walope, George Ier parvint à éviter une implication directe dans les actions frauduleuses de la Compagnie[71]. Les rumeurs selon lesquelles George Ier aurait reçu des actions en pot-de-vin[72] ne sont soutenues par aucune preuve et les reçus dans les Archives royales montrent qu'il a payé pour les acheter et qu'il perdit de l'argent dans le krach[73].

Fin de vie[modifier | modifier le code]

Portrait du roi George par Georg Wilhelm Lafontaine

À la demande de Walpole, George recréa l'ordre du Bain en 1725 ce qui permit au premier ministre de récompenser ses soutiens politiques[74]. Walpole devint extrêmement puissant et fut largement capable de nommer les ministres de son choix. À la différence de son prédécesseur, George Ier assistait rarement aux réunions du Cabinet ; la plupart des échanges étaient réalisés en privé et il s'impliquait uniquement dans la politique étrangère. Avec l'aide de Lord Townshend, il arrangea la ratification par la Grande-Bretagne, la France et la Prusse du traité de Hanovre destiné à contre-balancer l'alliance austro-espagnole et à protéger le commerce britannique[75].

Même si George Ier se reposait de plus en plus sur Walpole, il pouvait encore remplacer les ministres quand il le souhaitait. Walpole craignait véritablement d'être limogé vers la fin du règne de George Ier[76] mais celui-ci mourut lors de son sixième voyage dans son Hanovre natal depuis qu'il était roi. Il fut victime d'une attaque sur la route entre Delden et Nordhorn le 9 juin 1727[77] et il fut emmené dans le palais du prince-évêque à Osnabrück[78] où il mourut le matin du 11 juin 1727[79]. Il fut inhumé dans la chapelle du château de Leine mais ses restes furent déplacés dans la chapelle des jardins royaux d'Herrenhausen après la Seconde Guerre mondiale[3].

George Ier fut remplacé par son fils, George-Auguste, qui monta sur le trône en tant que George II. Tout le monde s'attendait à ce que le nouveau souverain évince Walpole de son poste mais il en fut empêché par son épouse, la reine Caroline. En effet, Walpole disposait d'une importante majorité au Parlement et George II ne pouvait pas le remplacer sans déclencher une grave crise politique[80]. Lors des règnes ultérieurs, les pouvoirs du premier ministre s'accrurent aux dépens de ceux du souverain.

Héritage[modifier | modifier le code]

George entouré de sa famille dans une peinture de James Thornhill.

George fut raillé par ses sujets britanniques[81]; certains de ses contemporains, comme Lady Mary Wortley Montagu, le pensaient stupide sur le simple fait qu'il était figé en public[82]. Même s'il était impopulaire en Grande-Bretagne en raison de sa supposé incapacité à parler anglais, les documents de la fin de son règne montrent qu'il comprenait, parlait et écrivait en anglais[83]. Il parlait certainement couramment allemand et français, il était bon en latin et avait des notions d'italien et de hollandais[35]. Le traitement de son épouse, Sophie-Dorothée, fit l'objet d'un scandale[84]. Les Britanniques le considéraient comme trop Allemand et l'historien Ragnhild Hatton assumait à tort qu'il avait eu de nombreuses maîtresses allemandes[85]. Cependant en Europe continentale, il était vu comme un souverain progressiste partisan des Lumières qui autorisait ses critiques à publier des articles sans risque et il accueillit Voltaire lorsque le philosophe fut exilé de Paris en 1726[81]. Les sources britanniques et européennes s'accordent sur le fait que George était réservé, tempéré et financièrement prudent[35]; George n'aimait pas être dans la lumière lors des événements sociaux, il évitait la loge royale à l'opéra et se rendait souvent incognito chez un ami pour jouer aux cartes[36].

Malgré une certaine impopularité, le protestant George Ier était considéré par de nombreux sujets comme une alternative préférable au prétendant catholique Jacques François Stuart. William Makepeace Thackeray rapporta ces sentiments ambivalents lorsqu'il écrivit :

« Son cœur était au Hanovre. Il avait déjà plus de 54 ans lorsqu'il arriva chez nous. Nous l'avons accepté car nous voulions de lui. Nous rigolions de ses manières allemandes grossières et nous le regardions avec dédain… Pour ma part, j'aurais été à ses cotés dans ces jours. Aussi cynique et égoïste qu'il fut, il était meilleur qu'un roi de Saint-Germain-en-Laye [Jacques Stuart] avec les ordres du roi de France dans la poche et un essaim de jésuites dans son sillage[86]. »

Les écrivains du XIXe siècle, comme Thackeray, Walter Scott et Lord Mahon, s'appuyaient sur des rapports partiaux de première main publiés dans les siècles précédents comme les mémoires de John Hervey et considéraient la cause jacobite avec une vision romantique voire bienveillante. À leur tour, ils influencèrent les auteurs britanniques de la première moitié du XXe siècle comme G. K. Chesterton qui apporta de nouveaux biais anti-protestants et anti-allemands dans son interprétation du règne de George Ier. Cependant, à la suite de l'ouverture des archives d'Europe continentale après la Seconde Guerre mondiale, les sentiments nationalistes anti-allemands s'atténuèrent. La vie et le règne de George furent alors réévalués par des spécialistes comme Beattie et Hatton, et son caractère, ses capacités et ses motivations furent réévaluée d'une manière plus généreuse[87]. John H. Plumb nota que :

« Certains historiens ont exagéré l'indifférence du roi dans les affaires anglaises et ils rendirent son ignorance de l'anglais plus importante qu'elle ne l'était. Il avait peu de difficultés pour communiquer en français avec ses ministres et son intérêt pour les questions relatives aux affaires étrangères et à la cour était profond[88]. »

La personnalité de George Ier reste néanmoins insaisissable ; il était tour à tour jovial et affectueux dans les lettres privées à sa fille puis terne et maladroit en public. Peut-être que sa mère le résuma bien lorsqu'elle « expliquait à ceux qui le considéraient comme froid et très sérieux qu'il pouvait être jovial, qu'il prenait les choses à cœur et qu'il était sincère et plus sensible qu'il ne le voulait le montrer[5] ». Quelle que soit sa véritable personnalité, il accéda à un trône fragile et par sagesse et ruse politique ou par accident et indifférence, il le laissa sécurisé dans les mains de la Maison de Hanovre et du Parlement[35].

George Ier a été représenté par Eric Pohlmann dans le film Échec au roi de 1953.

Titres et armoiries[modifier | modifier le code]

  • 28 mai 1660 - 18 décembre 1679: Son Altesse le duc Georg Ludwig of Brunswick-Lüneburg
    • allemand : Herzog Georg Ludwig von Braunschweig und Lüneburg
  • 18 décembre 1679 - octobre 1692: Son Altesse le prince héréditaire de Brunswick-Lunebourg
  • Octobre 1692 - 23 janvier 1698: Son Altesse Sérénissime le prince-électeur de Hanovre
  • 23 janvier 1698 - 1er août 1714: Son Altesse Très Sérénissime George Louis, archi-porte-bannière du Saint-Empire romain germanique, prince-électeur et duc de Brunswick-Lunebourg
  • 1er août 1714 - 11 juin 1727: Sa Majesté le roi

En Grande-Bretagne, George Ier utilisait le titre officiel « George, par la Grâce de Dieu, Roi d'Angleterre, d'Écosse, de France et d'Irlande, Défenseur de la Foi, etc. ». Les revendications sur le trône de France n'étaient que symboliques et étaient revendiquées par tous les rois d'Angleterre depuis Édouard III, peu importe la quantité de territoires français contrôlés. Dans certains cas (en particulier les traités), la formule « Duc de Brunswick-Lunebourg, Archi-Trésorier du Saint-Empire romain germanique » était ajouté avant le « etc. »

Les armoiries royales de George Ier incorporait des éléments des armoiries de l'Angleterre (lions d'or), de l'Écosse (lion rampant), de l'Irlande (harpe), de la France (fleur de lys) et du Hanovre (cheval cabré).

Descendance[modifier | modifier le code]

Nom Naissance Mort Notes
Avec son épouse Sophie-Dorothée de Brunswick-Lunebourg
George II 10 novembre 1683 25 octobre 1760 Mariage en 1705 avec Caroline d'Ansbach ; neuf enfants
Sophie de Prusse 26 mars 1687 28 juin 1757 Mariage en 1706 avec Frédéric-Guillaume, Margrave de Brandenbourg (futur Frédéric-Guillaume Ier de Prusse) ; 14 enfants
Avec sa maîtresse Mélusine von der Schulenburg
Anne-Louise-Sophie von der Schulenburg Janvier 1698 1773 Mariage en 1707 avec Ernst August Philipp von dem Bussche-Ippenburg
Melusina von der Schulenburg Avril 1693 1778 Mariage en 1733 avec Philip Stanhope, 4e comte de Chesterfield ; pas d'enfants
Margerite-Gertrude von Oeynhausen 1701 1726 Mariage en 1722 avec Albert-Wolfgang de Schaumbourg-Lippe ; deux enfants
Les dates de ce tableau sont dans le calendrier grégorien

Ascendance[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Durant la vie de George, deux calendriers étaient utilisés : l'ancien calendrier julien et le nouveau calendrier grégorien. Le Hanovre adopta le calendrier grégorien le 19 février/1er mars 1700 tandis que la Grande-Bretagne fit cette transition le 3/14 septembre 1752. Dans cet article, les dates sont systématiquement données dans le calendrier julien. Le début de chaque année est fixé au 1er janvier et non au jour de l'Annonciation (25 mars), qui a été le premier jour de l'année en Grande-Bretagne jusqu'en 1752.
  2. L'histoire selon laquelle George Ier mourut dans la même pièce que celle où il est né à Osnabrück (comme dans Le Grand Dictionnaire Historique de 1759) est contredite par l'électrice Sophie dans ses Memoiren der Herzogin Sophie nachm. Kurfürstin von Hannover (ed. A. Köcher, Leipzig, 1879, p. 1 et 68) qui avance que ses deux fils aînés étaient nés à Hanovre (Michel Huberty, Alain Giraud et F. et B. Magdelaine, L'Allemagne Dynastique, Tome III, Le Perreux, Alain Giraud,‎ 1981 (ISBN 2-901138-03-9), p. 85)
  3. a, b et c Alison Weir, Britain's Royal Families: The Complete Genealogy, Revised edition, Random House,‎ 1996 (ISBN 0-7126-7448-9), p. 272-276
  4. Hatton 1978, p. 26-28
  5. a et b Hatton 1978, p. 29
  6. Hatton 1978, p. 34
  7. Hatton 1978, p. 30
  8. Hatton 1978, p. 36, 42
  9. Hatton 1978, p. 43-46
  10. Il y eut une autre fille en 1701. Mélusine von der Schulenburg resta ouvertement la maîtresse de George de 1698 jusqu'à sa mort.
  11. a et b Hatton 1978, p. 51-61
  12. Michael Farquhar, A Treasury of Royal Scandals, New York, Penguin Books,‎ 2001 (ISBN 978-0-7394-2025-6), p. 152
  13. Hatton 1978, p. 60-64
  14. La principauté ecclésiastique n'était pas un territoire héréditaire et son contrôle alternait entre des souverains protestants et catholiques.
  15. B. Schemmel, « Hanover », rulers.org
  16. Simon Schama, A History of Britain - The British Wars 1603-1776, BBC Worldwide,‎ 2001 (ISBN 0-563-53747-7)
  17. Hatton 1978, p. 74
  18. Hatton 1978, p. 75-76
  19. Hatton 1978, p. 77-78
  20. Hatton 1978, p. 90
  21. Hatton 1978, p. 86-89
  22. Hatton 1978, p. 101-104, 122
  23. Hatton 1978, p. 104
  24. (en) François R. Velde, « Holy Roman Empire »,‎ 26 septembre 2006
  25. Christopher A. Whatley, Bought and Sold for English Gold?: Explaining the Union of 1707, East Linton, Scotland, Tuckwell Press,‎ 2001, 2e éd. (ISBN 1-86232-140-X)
  26. p. W. J. Riley, The Union of England and Scotland: A Study in Anglo-Scottish Politics of the Eighteenth Century, Totowa, New Jersey, Rowman and Littlefield,‎ 1978 (ISBN 0-8476-6155-5)
  27. « Union with Scotland Act 1706 »
  28. « The Treaty of Union », Parlement écossais
  29. Hatton 1978, p. 119
  30. 8 juin dans le calendrier grégorien adopté par le Hanovre en 1700.
  31. Hatton 1978, p. 108
  32. Hatton 1978, p. 109
  33. Hatton 1978, p. 123
  34. Hatton 1978, p. 158
  35. a, b, c et d G. C. Gibbs, « George I (1660-1727) », dans Oxford Dictionary of National Biography, Oxford University Press,‎ septembre 2004 (lire en ligne) (inscription nécessaire)
  36. a et b J. H. Plumb, The First Four Georges,‎ 1956
  37. « George I », Site officiel de la monarchie britannique
  38. Hatton 1978, p. 174-179
  39. Williams 1962, p. 151-152
  40. « Septennial Act 1715 (c.38) » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), The UK Statute Law Database, Ministry of Justice
  41. Owen C. Lease, « The Septennial Act of 1716 », The Journal of Modern History, vol. 22,‎ 1950, p. 42-47 (lien DOI?)
  42. Hatton 1978, p. 199-202
  43. Hatton 1978, p. 207-208
  44. Harry T. Dickinson, Walpole and the Whig Supremacy, Londres, The English Universities Press,‎ 1973 (ISBN 0-340-11515-7), p. 52
  45. R. L. Arkell, « George I's Letters to His Daughter », The English Historical Review, vol. 52,‎ 1937, p. 492-499 (lien DOI?)
  46. Hatton 1978, p. 239
  47. Bruce Lenman, The Jacobite Risings in Britain 1689-1746, Londres, Eyre Methuen,‎ 1980 (ISBN 0-413-39650-9), p. 192-193
  48. Daniel Szechi, The Jacobites: Britain and Europe 1688-1788, Manchester and New York, Manchester University Press,‎ 1994 (ISBN 0-7190-3774-3), p. 109-110
  49. Hatton 1978, p. 238
  50. a et b Valeurs calculées sur la base des salaires moyens (average earnings) en utilisant le site Measuring Worth.
  51. Williams 1962, p. 13-14
  52. Dickinson 1973, p. 49
  53. Carswell 1960, p. 72
  54. a et b Hatton 1978, p. 244-246
  55. Carswell 1960, p. 103
  56. Carswell 1960, p. 104 ; Hatton 1978, p. 249 ; Williams 1962, p. 176
  57. Carswell 1960, p. 115 ; Hatton 1978, p. 251
  58. Carswell 1960, p. 151-152 ; Dickinson 1973, p. 58 ; Hatton 1978, p. 250
  59. Erleigh 1933, p. 65
  60. Erleigh 1933, p. 70
  61. Dickinson 1973, p. 58 ; Erleigh 1933, p. 77, 104 ; Hatton 1978, p. 251
  62. Dickinson 1973, p. 59 ; Erleigh 1933, p. 72, 90-96
  63. Dickinson 1973, p. 59 ; Erleigh 1933, p. 99-100
  64. Dickinson 1973, p. 59
  65. Erleigh 1933, p. 112-117
  66. Erleigh 1933, p. 125 ; Hatton 1978, p. 254
  67. Erleigh 1933, p. 147-155 ; Williams 1962, p. 177
  68. Erleigh 1933, p. 129 ; Hatton 1978, p. 255 ; Williams 1962, p. 176
  69. Black 2001, p. 20
  70. Black 2001, p. 19-20 ; Dickinson 1973, p. 61-62
  71. Dickinson 1973, p. 63
  72. Black 2001, p. 19-20
  73. Hatton 1978, p. 251-253
  74. (en) « Order of the Bath », Site officiel de la monarchie britannique
  75. Hatton 1978, p. 274
  76. « George I », dans Encyclopædia Britannica, Londres, Cambridge University Press,‎ 1911, 11e éd. (lire en ligne)
  77. Hatton 1978, p. 282
  78. Son jeune frère, Ernest-Auguste de Brunswick-Lunebourg, fut prince-évêque d'Osnabrück de 1715 à 1728.
  79. 22 juin dans le calendrier grégorien adopté par le Hanovre en 1700.
  80. Black 2001, p. 29-31, 53 et 61
  81. a et b Hatton 1978, p. 291
  82. Hatton 1978, p. 172
  83. Hatton 1978, p. 131
  84. Mike Ashley, The Mammoth Book of British Kings and Queens, London, Robinson,‎ 1998 (ISBN 1-84119-096-9), p. 672
  85. Hatton 1978, p. 132-136
  86. W. M. Thackeray, The Four Georges: Sketches of Manners, Morals, Court and Town Life,‎ 1860
  87. Hannah Smith, Georgian Monarchy: Politics and Culture, 1714-1760, Cambridge, Cambridge University Press,‎ 2006 (ISBN 0-521-82876-7), p. 3-9
  88. J. H. Plumb, « George I », dans Collier's Encyclopedia, vol. 10,‎ 1967, p. 703


Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :