Gare Sainte-Anne (Morbihan)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sainte-Anne.
Sainte-Anne
Image illustrative de l'article Gare Sainte-Anne (Morbihan)
Localisation
Pays France
Ville Pluneret
Coordonnées géographiques 47° 40′ 43″ N 2° 57′ 38″ O / 47.678638, -2.96051247° 40′ 43″ Nord 2° 57′ 38″ Ouest / 47.678638, -2.960512  
Gestion et exploitation
Propriétaire RFF / SNCF
Exploitant SNCF
Services TER Bretagne
Caractéristiques
Ligne(s) Savenay à Landerneau
Voies 2
Quais 2 latéraux
Altitude 34 m
Historique
Ouverture 26 septembre 1862
Architecte Archimède Vestier

Géolocalisation sur la carte : Bretagne

(Voir situation sur carte : Bretagne)
Sainte-Anne

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

(Voir situation sur carte : Morbihan)
Sainte-Anne

Géolocalisation sur la carte : arrondissement de Lorient

(Voir situation sur carte : arrondissement de Lorient)
Sainte-Anne

La gare Sainte-Anne, dite aussi gare de Sainte-Anne-d'Auray ou gare Sainte-Anne-en-Pluneret, est une gare ferroviaire française de la ligne de Savenay à Landerneau, située sur le territoire de la commune de Pluneret, à trois kilomètres de Sainte-Anne-d'Auray, dans le département du Morbihan, en région Bretagne.

Elle doit son nom au fait qu'elle est construite par la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans (PO), en 1862, pour les pèlerins du sanctuaire de Sainte-Anne d'Auray au village de Ker-Ana. C'est une des rares[1] gares française, avec la gare de Rocamadour, comportant une statue au sommet de son toit.

C'est une halte voyageurs[2] de la SNCF, desservie par des trains TER Bretagne de la ligne 12 circulant entre la gare de Lorient et la gare de Vannes.

Situation ferroviaire[modifier | modifier le code]

La gare Sainte-Anne est située au point kilométrique (PK) 581,996 sur la voie ferrée de la ligne Savenay - Landerneau, entre les gares de Vannes et Auray.

Histoire[modifier | modifier le code]

La gare Sainte-Anne est mise en service à l'occasion de l'ouverture de la ligne Rennes - Redon et du tronçon, à voie unique, jusqu'à Lorient de la ligne Savenay - Landerneau, le 26 septembre 1862. Le nœud ferroviaire de Redon permet la desserte de la Bretagne sud par des trains en provenance de Paris. En septembre 1863 la ligne est prolongée jusqu'à Quimper. La deuxième voie est ouverte par tronçons, en 1888 entre Redon et Vannes, en 1900 entre Vannes et Lorient puis Lorient et Quimper.

En 1862, c'est la Compagnie du Chemin de fer de Paris à Orléans (PO) qui confie la construction de la gare à l'architecte Archimède Vestier. La construction utilise les matériaux habituels des gares de la ligne, avec une alternance de lignes rouges en brique et de blanc en tuffeau. Le bâtiment voyageur, apparenté au style Louis XIII, présente la particularité d'avoir une tour centrale, de deux étages surmontée d'une toiture coiffée d'une sculpture de Saint-Anne, due à Amédée[3] Ménard[4] (sculpteur nantais), rappelant le lieu de pèlerinage proche. Une marquise recouvrant le quai complète l'ensemble[5].

Gare Sainte-Anne au début du XXe siècle

À la fin du XIXe siècle la gare est le lieu d'arrivée des pèlerins, « plusieurs centaines de milliers »[6] vont l'utiliser, à raison d'environ 100 000[7] par an, avant la Deuxième Guerre mondiale, ensuite, le déclin de sa fréquentation est parallèle au développement du transport routier.

En 1912, la Compagnie du PO fournit au Conseil général un tableau des « recettes au départ » de ses gares du département, la gare Sainte-Anne totalise 41 183 francs, ce qui la situe à la 19e place sur les 30 gares ou stations[8].

En 1934 les express partent de la Gare Montparnasse au lieu de la Gare d'Orsay et c'est en 1991 et 1992 que la ligne est électrifiée de Rennes à Quimper[9].

Services voyageurs[modifier | modifier le code]

Halte ferroviaire pour les TER Bretagne

Accueil[modifier | modifier le code]

Il n'y a plus de personnel permanent, la gare SNCF est un arrêt en accès libre. Les voyageurs ont à leur disposition un abri sur chaque quai, des indicateurs d'horaires, et des parkings. Le passage d'un quai à l'autre se fait en empruntant le passage à niveau situé à quelques dizaines de mètres.

Desserte[modifier | modifier le code]

Aujourd'hui le TGV Atlantique ne s'arrête plus, il emporte les pèlerins jusqu'à la gare d'Auray située à peu de distance. Les quais de la gare sont néanmoins toujours fréquentés par les voyageurs qui empruntent les trains TER Bretagne parcourant la ligne de Lorient à Vannes.

Infrastructures[modifier | modifier le code]

Bâtiment voyageurs[modifier | modifier le code]

L'ancien bâtiment voyageurs, non classé monument historique, de la gare de 1862 n'est plus utilisé pour le service ferroviaire, il a perdu sa marquise, après avoir été longtemps fermé (vers 1969). Restauré dans son aspect d'origine pour l'extérieur, il est intérieurement transformé en habitation par la commune de Pluneret[10], l'architecte Georges Le Neillon y a aménagé des logements sociaux[11].

Autres édifices[modifier | modifier le code]

De l'ancienne gare d'origine, visible sur les cartes postales anciennes, il reste outre le bâtiment voyageurs, un petit édifice annexe restauré et la remise marchandise avec son quai est à l'abandon. L'abri du quai 2, visible sur l'une des cartes postales, n'existe plus.

A l'extrémité des quais, en direction d'Auray, la maison de gardien du passage à niveau, maintenant automatisé, est devenue une habitation.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Société des bibliophiles bretons et de l'histoire de Bretagne, revue de Bretagne de Vendée & d'Anjou, volume 29, O. de Gourcuff, 1903, p. 81
  2. Site SNCF TER Bretagne, Informations pratiques sur les gares : Halte ferroviaire de Sainte-Annelire en ligne (consulté le 17/08/2010).
  3. Revue de Bretagne et de Vendée, v. 12, J. Forest ainé, 1862, p. 381 intégral (consulté le 28 septembre 2010).
  4. Notre-Dame d'Espérance: sa chapelle et son pèlerinage, Prud'homme, 1865 p. 191 intégral (consulté le 28 septembre 2010).
  5. Site lesgares.com, Saint Anne, lire (consulté le 12/09/2009).
  6. Patrick Huchet, La grande histoire de Sainte-Anne d'Auray, Pierre Téqui, 2, 2005 (ISBN 9782740311783), p. 176 Lire (consulté le 12/09/2009).
  7. Yannic Rome, « Les pèlerins de Saint-Anne d'Auray », dans Grandes et petites histoire des tramways et petits trains en Morbihan, Liv'éditions, Le Faouet, 2005 (ISBN 2-84497-070-2), p. 26
  8. Site gallica.bnf.fr « Recettes au départ effectuées, en 1912, par les gares et stations situées dans le département du Morbihan », dans Rapports du Préfet et délibérations du Conseil général - Conseil général du Morbihan, 1913/09/08, p. 30 (consulté le 8 mai 2014).
  9. Site rail-bretagne.com lire (consulté le 10/09/2009).
  10. Site officiel de Pluneret, Marchés Publics, conclus en 2008, Réhabilitation de l'ancienne gare de Sainte Anne lire (consulté le 12/09/2009).
  11. Site du quotidien Le Télégramme, article du 1er août 2009 : Plunéret, Habitat. L'ancienne gare devient logements sociaux lire (Consulté le 12/09/2009).

Iconographie[modifier | modifier le code]

  • Sainte-Anne d'Auray - la Gare, carte postale ancienne, n° 2076.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]


Origine Arrêt précédent Train Arrêt suivant Destination
Lorient Auray TER Bretagne Vannes terminus