Ska Keller

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Franziska Keller)
Aller à : navigation, rechercher
Ska Keller
Ska Keller en novembre 2013.
Ska Keller en novembre 2013.
Fonctions
Députée européenne
En fonction depuis le 14 juillet 2009
Élection 7 juin 2009 (Allemagne)
Réélection 25 mai 2014
Législature 7e et 8e
Groupe politique Verts/ALE
Biographie
Nom de naissance Franziska Keller
Date de naissance 22 novembre 1981 (32 ans)
Lieu de naissance Wilhelm-Pieck-Stadt Guben
Drapeau de l'Allemagne de l'Est Allemagne de l'Est
Nationalité Allemande
Parti politique Alliance 90 / Les Verts

Franziska Keller, souvent appelée Ska Keller, est une députée européenne allemande née le 22 novembre 1981 à Wilhelm-Pieck-Stadt Guben. Elle est élue pour la première fois lors des élections européennes de 2009 à l'âge de 27 ans. Durant son mandat, elle s'est spécialisée sur les questions migratoires, commerciales et de la jeunesse. En 2014, elle arrive en tête de la primaire verte européenne[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Née en Allemagne de l'Est (RDA), fille d'un médecin, Ska Keller grandit près de la frontière polonaise et développe très tôt une conscience politique[2]. Elle s'engage sur la question du bien-être animal dès l'âge de 13 ans. La confrontation avec un mouvement néonazi, particulièrement violent contre les immigrés et des militants d'extrême gauche à Guben, la conduit à rejoindre le mouvement antifasciste local à 17 ans.

Plus tard, elle décide de poursuivre des études en sciences islamiques, turcologie et judaïsme à l'université libre de Berlin et à la Sabanci Üniversitesi Istanbul[2].

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Membre de l’Alliance 90 / Les Verts depuis 2002, elle a été porte-parole de la Fédération des Jeunes Verts Européens de 2005 à 2007. Elle a été également membre du bureau des Jeunes Verts allemands et porte-parole des Verts allemands du Brandebourg.

Au Parlement européen, Ska Keller siège au sein du groupe des Verts/Alliance libre européenne. Elle est membre de la Commission commerce international (INTA) et de la délégation à la commission parlementaire mixte UE-Turquie[3]. Elle s'investit également sur les questions migratoires[2],[4], le droit des réfugiés et des demandeurs d'asile en Europe en tant que membre de la Commission des libertés civiles, de la justice et des affaires intérieures (LIBE).

La primaire verte européenne[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Primaire européenne verte de 2013.

En novembre 2013, nommée par la Fédération des Jeunes Verts Européens et soutenue par sept partis verts membres du Parti vert européen[5], Ska Keller devient officiellement candidate à la primaire verte européenne, au côté de José Bové, Rebecca Harms et Monica Frassoni[6]. Les Verts européens organisent en effet une primaire qui permet à tous les Européens âgés de plus de 16 ans (les Verts défendent le droit de vote à partir de 16 ans) de désigner entre novembre 2013 et janvier 2014, leurs deux têtes de liste paneuropéennes qui parcourront l'Union européenne lors des élections européennes de 2014[7]. Elle arrive en tête de cette primaire, avec 11 791 votes devant José Bové. Elle est la seule femme mise en avant par une coalition de partis du parlement européen pour briguer la fonction de président de la Commission européenne et y remplacer José Manuel Durão Barroso : « ça illustre la vision que les autres partis ont de la politique » commente-t-elle[2].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Ska Keller est mariée au militant finlandais Markus Drake (fi)[2],[8] et parle couramment l'allemand, l'anglais, le turc, le finnois, l'italien et l'espagnol[9][10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://europeangreens.eu/news/bové-frassoni-harms-and-keller-contend-green-primary.
  2. a, b, c, d et e Alemagna 2014, p. 32.
  3. Présentation sur le site du Parlement européen.
  4. Renon 2013.
  5. Les Verts maltais, finlandais, suédois, anglais, irlandais, estoniens et bulgares (zelena)
  6. http://www.taurillon.org/choisissez-votre-candidat-vert
  7. Gatinois 2014.
  8. Kade et Schiltz 2014.
  9. Clavel 2014.
  10. Nicolas Barotte, « Ska Keller : la plus verte des candidates », Le Figaro, samedi 24 / dimanche 25 mai 2014, page 9.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles de journaux[modifier | modifier le code]

  • Lilian Alemagna, « Portrait : Ska Keller. Reverdir. », Libération,‎ 15 mai 2014 (lire en ligne).
  • Geoffroy Clavel, « En direct. Présidence de la Commission européenne: dix détails que vous ignoriez sur les candidats. », The Huffington Post,‎ 15 mai 2014 (lire en ligne).
  • Rédaction Le Monde, « Européennes : qui sont les candidats à la Commission ? », Le Monde,‎ 12 mars 2014 (lire en ligne).
  • (de) Lisa Caspari, « Jung, freundlich, gefährlich », Die Zeit,‎ 1er février 2014 (lire en ligne).
  • (de) Claudia Kade et Christoph B. Schiltz, « Ex-Punkerin führt Grüne in EU-Wahl », Die Welt,‎ 29 janvier 2014 (lire en ligne).
  • (es) Andrés Gil, « Ska Keller y José Bové serán los candidatos de los verdes europeos a presidir la Comisión », Eldiario,‎ 29 janvier 2014 (lire en ligne).
  • (nl) ANP, « Groenen kiezen twee boegbeelden EU-verkiezingen », De Volkskrant,‎ 29 janvier 2014 (lire en ligne).
  • Claire Gatinois, « Quel champion européen pour les écologistes ? », Le Monde,‎ 12 mars 2014 (lire en ligne).
  • Danièle Renon, « Après Lampedusa, Eurosur ne rassure guère », Courrier international,‎ 14 octobre 2013 (lire en ligne).
  • (de) Matthias Wyssuwa, « Jung, gebildet, ehrgeizig - Berufspolitiker », Frankfurter Allgemeine Zeitung,‎ 28 août 2009 (lire en ligne).

Sources sur le web[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :