Frédéric II de Hesse-Hombourg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Frédéric II.
Frédéric II.

Frédéric II (30 mars 1633, Hombourg24 janvier 1708, Hombourg) est landgrave de Hesse-Hombourg de 1680 à sa mort.

Biographie[modifier | modifier le code]

Frédéric II est le cinquième fils du landgrave Frédéric Ier de Hesse-Hombourg et de Marguerite-Élisabeth de Leiningen-Westerburg (de). Selon le désir de cette dernière, il est élevé avec Georges II de Hesse-Darmstadt à Marbourg.

À seize ans, il commence à voyager, il visite l'Italie et la France et se fixe à Genève afin de poursuivre ses études. N'étant pas l'aîné des fils de Frédéric Ier, il ne reçoit pas l'éducation d'un futur landgrave. Il apprend la danse, l'équitation, l'art de la guerre et perfectionne son français. En 1659, il est grièvement blessé lors d'un orage qui s'abat sur Copenhague. Il est amputé au-dessus du genou. L'alchimiste de la Cour, Paul Andrich, lui fabrique une prothèse articulée en argent, ce pourquoi il est surnommé « le landgrave à la jambe argentée ».

Cadet de famille sans héritage, il choisit de faire carrière dans les armées étrangères. De 1654 à 1661, il est colonel dans l'armée suédoise de Charles X Gustave. Après la mort de celui-ci, il entre au service du Grand Électeur Frédéric-Guillaume Ier de Brandebourg qui le nomme général de sa cavalerie. Pendant la guerre de Hollande, il fait campagne en Alsace en 1672 et 1674 contre le maréchal français Turenne. En 1674-1675, la Suède, alliée de la France, envahit le Brandebourg. Frédéric II participe à la bataille de Fehrbellin comme général de la cavalerie brandebourgeoise contre le roi Charles XI de Suède: il remporte la victoire, mais en violation des ordres reçus. C'est une défaite sévère pour les troupes suédoises qui doivent évacuer leurs conquêtes. Cet événement historique inspire en 1809 le dramaturge Heinrich von Kleist pour la rédaction de sa pièce Le Prince de Hombourg, dont le héros, le prince Frédéric, n'a qu'une lointaine ressemblance avec le personnage historique.

Après la mort de son frère aîné Guillaume-Christophe, survenue en 1681, Frédéric II hérite du landgraviat de Hesse-Hombourg. Il prend pour devise « Tient en réalité » et comme emblème « l'herbe de lin ». Après la révocation de l'édit de Nantes en 1685, il accueille sur ses terres de nombreux huguenots français persécutés. À sa mort, en 1708, son fils aîné, également appelé Frédéric, lui succède.

Famille[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

En 1661, Frédéric II épouse Marguerite Brahe (1603-1669), fille du comte Abranham Brahe. Ils n'ont pas d'enfants.

Veuf, Frédéric II se remarie en 1670 avec Louise-Élisabeth (de) (12 août 1646 – 16 décembre 1690), fille du duc Jacques de Courlande. Ils ont onze enfants :

À nouveau veuf, Frédéric II épouse en troisièmes noces Sophie-Sibylle de Leiningen-Westerburg (1656-1724). Ils ont trois enfants :

  • Louis-Georges (1693-1728) ;
  • Frédérique-Sophie (1694-1694) ;
  • Léopold (1695-1695).

Liens externes[modifier | modifier le code]